AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité, viens nous donner ton avis sur PRD et Bazzart
et récolte des points supplémentaires dans la course au membre du mois ! ♥
Le forum fête ses trois ans ♥
Merci à chacun de vous pour ces belles années !
Des intrigues ont été mises en place pour fêter l'anniversaire du forum !
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil dans la partie évènements ♥

 Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Sam 11 Juin 2016 - 22:01



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
Depuis l'épisode de l'entraînement, Valentino n'avait pas vraiment vu ou passé du temps avec sa coéquipière, Madeline. Les premiers jours, en la voyant absente, il avait hésité à lui envoyé un message pour s'excuser, qu'il s'était laissé allé aux mots. Mais la vérité, c'était qu'il n'était même pas sûr de ne pas les avoir pensés, ces mots. Peut-être qu'au fond, s'ils étaient sortis, c'était pour une raison précise, et cette raison était que c'était ce à quoi il songeait à ce moment précis. Mais quoi qu'il en soit, il ne s'était pas résigné que pour ça. Elle n'avait pas été tendre non plus avec elle, et il ne voulait pas être le premier à rendre les armes. Quand on parle de fierté italienne, on ne sait jamais ce à quoi on a affaire lorsqu'il s'agit de l'aîné DiBello. Et enfin, la pire des idées pour lui, avait été d'imaginer d'envoyer un texto dans le vide, et d'attendre une réponse. Alors, en fin de compte, il s'était tout bonnement résigné. C'était plus simple comme ça. De toute façon, Madeline devait désormais le voir comme un connard, alors ça n'allait pas changer la face du monde.

Autant l'avouer, Valentino s'était senti coupable les premiers jours, mais avait jouer l'innocent avec le boss, prétendant que de toute façon, il y aurait toujours des désaccords entre eux, qu'il ne s'agisse du niveau personnel ou professionnel, arguant que de toute façon, c'était comme ça avec tous les collègues et encore plus entre partenaires. Mais bon la vérité, c'était qu'entre Madeline et lui, c'était loin d'être une relation de travail normale, entre deux flics partenaires.
Et puis, finalement, elle était revenue. Il n'avait pas eu d'égard à son absence, préférant éviter le sujet. Valentino était prêt à faire les efforts qu'il avait avancés, soit de mettre de côté leurs problèmes personnels. Et de toute façon, ce n'était pas une de ces journées où ils devaient bosser en binôme. Au contraire, ils étaient tous sur leurs bureaux, à vaquer à leurs occupations. Pour une fois que les criminels semblaient se reposer.. Enfin, ça, c'était une chose assez improbable, mais aujourd'hui, tout à la brigade semblait tourner au ralenti. Alors, quand James avait pris la parole pour parler des rapports et de divers examens, c'était au ralenti que Valentino avait eu l'impression de tourner la tête. Avery, n'oublie pas ton rapport sur l'enquête de la disparition du pont. Dibello, j'attends toujours le rapport que tu me dois d'il y a plus d'une semaine.. Il marqua une pause, plantant son regard dans celui du flic sous ses ordres. Ce qui rappela à Valentino ce qu'il n'avait pas fini ! Mais oui, c'était ce qu'il avait commencé le jour du retour d'Ellis. Il soupira et hocha la tête, tandis que le boss reprenait. Ellis et encore DiBello, j'attends vos rapports personnels sur la dernière enquête.. Au plus vite. Et pas le mois prochain, n'est-ce pas ? Remarque rhétorique appuyée à l'intention de Valentino. Il hocha la tête et regarda vers le bureau de Madeline. Il allait forcément devoir lui parler, de toute façon, tôt ou tard. Est-ce que tu saurais ou se trouve le dossier ?Pour une fois qu'il n'était pas le dernier à s'en être occupé, il n'avait juste aucune idée. Et ça lui permettait d'avoir une occasion de parler avec sa coéquipière, muée dans un silence perturbant. Au fond, il ne comprendrait jamais pourquoi il était incapable de lui dire ce qu'il ressentait vis à vis d'elle, et que la seule chose qu'il laissait dominer en lui, c'était la rancune. C'était ce qu'il y avait de plus simple à exprimer pour Valentino, qui était devenu, en six ans, fermé comme une huitre sur les sentiments positifs, à moins qu'ils n'étaient familiaux, ou présents depuis avant le départ de Madeline.


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 236
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Mer 15 Juin 2016 - 11:05




I'm not too perfect to ever feel this worthless...

Deux jours de congés : si seulement Madeline avait pu en demander davantage sans avoir ce sentiment de déserter à nouveau son poste, de fuir, d’être lâche au possible… C’était un poids qu’elle portait désormais comme un fardeau, craignant à nouveau de décevoir toute la brigade. Néanmoins, elle ne pouvait pas réellement s’en vouloir pour ce break, qui était devenu essentiel pour le maintient de sa santé mentale. Oui, à ce point ! Les mots étaient pesés… Elle ne parvenait plus à tenir le choc et à faire ainsi le yoyo avec Valentino : apercevoir une lueur d’espoir, puis se fracasser la tête la première ; pour recommencer à nouveau et ainsi de suite… C’en était déroutant, et il fallait bien avouer que ce petit jeu inconscient et malsain devenait à la longue épuisant. C’était à celui qui ferait le plus mal à l’autre, cherchant à frapper toujours plus fort avec des mots cassants, des punchlines sanglantes, et des termes difficiles à encaisser. Ils s’étaient retrouvés sur un ring ; pourtant ça n’avait pas suffit pour qu’ils en viennent à réellement vider leur sac et briser cette colère qui les rongeait. Val plus qu’elle, étant donné que ses interrogations et sa rancoeur remontaient à de nombreuses années. Il avait eu le temps de les nourrir à l’aide d’hypothèses, de suppositions, de douleur… Madeline n’avait jamais oublié cela, cherchant d’ailleurs à faire au mieux pour ne pas s’imposer de trop et provoquer le jeune homme sans s’en rendre compte. Malheureusement, elle faisait cela avec maladresse et son partenaire semblait interpréter tous ses faits et gestes de la mauvaise façon.

Même les mots ne les aidaient pas. Ils avaient essayé de discuter l’autre jour, après leur combat express… Ca n’avait rien donné. Au contraire, les dernières paroles de Valentino avaient été des plus tranchantes, blessant Madeline au plus profond de son être. Hystérique… Il l’avait traité de folle à demi-mots, chose qu’elle n’avait pas digéré. Encore aujourd’hui, alors qu’elle se rendait au bureau, elle avait ces propos en travers de la gorge. Jamais il n’avait été aussi brutal et méchant dans ses paroles, chose qui avait bouleversé la jeune femme. En arrivant à la brigade, elle salua le  sergent d’accueil d’un signe de la main, et fila dans l’open-space, pour s’asseoir derrière sa table. Volontairement, elle avait pris soin de s’acheter un café sur le chemin, pour ne pas à se rendre dans la petite cuisine du boulot. Au moins, elle ne prenait pas le risque de se retrouver seule avec Valentino, de devoir le saluer ou même lui servir une tasse de café chaud. Elle avait prévu de lui adresser le moins possible la parole, de se tenir à l’écart et de lui montrer qu’elle n’était pas si timbrée que ça ! En tout cas, qu’il lui avait fait très mal.

Ca ne faisait pas longtemps qu’elle était installée et déjà, elle sentait que la journée serait longue. Il n’y avait pas grand chose de palpitant à faire, se cantonnant à de la paperasse. Elle n’aurait pas dû s’en plaindre, non ? C’est qu’il n’y avait pas de drames ou de crimes connus en cours au sein de la ville, ce qui était un bon point… Mais ça l’obligeait à rester là, en face de lui. Madeline faisait mine d’être occupée, complètement plongée dans ses relectures de rapports et la rédaction du sien. Le premier ici depuis six ans ! Et le plus pénible puisqu’elle se repassait ces derniers jours en boucle dans sa petite tête brune. James les avait rappelé à l’ordre, trouvant qu’ils trainaient un peu trop dans la régularisation et la classification des affaires. Alors elle s’appliquait à tout remettre en ordre. « Pardon ? » Elle releva la tête vers lui, l’interrogeant du regard. Qu’est-ce qu’il lui voulait ? Madeline sentit le regard pesant de leur boss sur elle, et elle serra les dents. Elle se sentait surveillée depuis ce matin, sans doute suite à son pétage de câble au gymnase. Ne laissant pas le temps à Valentino de répéter sa question, elle en déduit toute seule qu’il devait réclamer le dossier. Quoi d’autre après tout ? « Tiens. » Elle s’en empara et le lui tendit, sans lui adresser le moindre regard. Elle s’était aussitôt replongée dans sa lecture, ou du moins faisait tout comme. Et lorsque le jeune homme allait se saisir du dossier, elle le lâcha. Les papiers s’étalèrent sur le sol. « Ah bah désolée ! » Allait-elle se relever pour les ramasser ? Oh non !

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Sam 18 Juin 2016 - 8:45



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
Il ne restait plus qu'une possibilité dans l'esprit de Valentino pour ne pas rendre la collaboration avec Madeline impossible : faire comme si elle était quelqu'un de lambda, et d'oublier, le soir arrivé, qu'il avait passé la journée avec son ex. Au fur et à mesure du temps, il oublierait sans problème qu'elle était son ex, qu'elle était Madeline. Déjà, s'il arrêtait de l'appeler par son prénom, ça allait aider. Parce que c'était à peine s'il avait fait attention à son nom de famille dans les années passées. Sauf avant d'être ensemble, quand ils se moquaient l'un de l'autre, pour se faire des vannes. Mais Valentino n'avait jamais trop fait attention au reste par la suite. Elle avait été Madeline. Et désormais, il ne serait plus du tout familier avec elle. Parce que ça ne faisait que lui rappeler des mauvais souvenirs.

Il lui avait demandé si elle savait où se trouvait le dossier et il s'était avéré que c'était elle qui l'avait. Heureusement, puisque comme ça, Valentino n'aurait pas à courir partout dans le commissariat pour trouver ce qui allait l'aider à faire son rapport. Déjà qu'il en avait deux, et qu'en plus, James venait tout juste de lui mettre la pression pour qu'il rende tout en temps et en heure... Lui qui d'habitude se montrait un peu plus patient avec lui. Valentino se retrouvait avec pa d'autre choix que de speeder. Il s'était levé pour aller récupérer le dossier qu'elle lui tendait, et lorsqu'elle le fit tomber, il serra les dents. Elle le faisait exprès, c'était chose sûre. Et ça n'allait pas aider à améliorer leurs relations, d'autant que Valentino était une tête de mule telle qu'il était tout à fait capable de faire de même. Et d'ailleurs, en la voyant faire, c'était ce qu'il se disait.
Il soupira, presque en soufflant, et ramassa. Une fois toutes les pièces rassemblées, il jeta un regard noir à la jeune femme. Tu peux pas faire un peu attention ? Puis il lui tourna le dos et se mit à travailler. Il finit très vite le dossier le plus ancien, de toute façon, il n'avait pas grand chose à écrire, et puis, il attaqua son rapport le plus récent. Il avait travaillé main dans la main avec Madeline sur cette affaire. Et au fond, il y aurait pu y avoir des tonnes d'autres scénarios... Mais ils n'arrivaient qu'à se haïr un peu plus, on aurait dit. Et au final, ça détruisait totalement Valentino de l'intérieur, bien qu'il ne voulait pas se mettre face à l'évidence, clamant tant haut et fort qu'au fond de sa tête que ça ne l'atteignait pas. Comme si tout le monde  y croyait. Il leva les yeux vers le bureau de Madeline et l'observa quelques instants, sans vraiment s'en rendre compte.

*Pourquoi tu me regardes comme ça ? Le lieutenant Ellis faisait encore partie des petits bleus de la brigade. Et Valentino, quand à lui, avait été affecté à la criminelle environ six mois avant l'arrivée massive de nouveau. On lui avait dit que désormais, Ellis était sa partenaire. Mais il ne voyait pas vraiment comment une fille comme elle pouvait avoir eu envie d'être flic. Généralement, excusez les stéréotypes, mais c'était des femmes masculines, qui avaient manqué le gêne de la féminité qui devenaient flic, et encore plus dans une brigade criminelle. En réponse à sa question, Dibello avait haussé les épaules. Comme ça, je me demandais juste, qu'est-ce qui t'as poussée à être flic ? la véritable question ne comportait pas "quoi" mais "qui"... Parce que généralement, les femmes, c'était plus pour faire plaisir à quelqu'un que par passion ou destinée. Pendant le temps qu'il la regardait, elle avait haussé un sourcil et répondu Certainement pour faire taire ce genre de question accompagné de ce regard incrédule et machiste ? Et bam! En voilà une qui envoyait. Et ça plaisait à Valentino. En fait, peut-être que ce qui le dérangeait, au fond, c'était qu'elle était dans la même brigade que lui, et que ça la rendait intouchable? Dieu seul le savait *

Si chacun agissait comme un idiot pour embêter le plus possible l'autre, le temps passé à la brigade allait être long, et surtout, le travail en collaboration sera rendu impossible. Valentino le savait. Et pourtant, il échafaudait déjà un plan pour se venger et rendre sa journée impossible. Bonjour la maturité !


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 236
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Sam 18 Juin 2016 - 15:09




I'm not too perfect to ever feel this worthless...

Faire attention ? Madeline aurait pu le faire, en effet… Si elle en avait eu envie. Or, elle avait préféré tout renverser, dans un élan complètement puérile de vengeance enfantine. Elle n’avait pas envie de faire le moindre effort pour lui être agréable. Pas aujourd’hui, ni même le reste de la semaine à venir parti comme c’était ! Madeline avait beau être une gentille fille, elle avait tout de même un sale caractère et elle se montrait parfois très rancunière. En tout cas, cela lui arrivait lorsqu’elle était blessée. Et manque de bol pour son coéquipier, les mots de Valentino avaient eu cet impact sur elle. Elle avait passé deux jours à se les répéter, à se demander si elle avait réellement adopter l’attitude d’une hystérique… Ce genre de question à de quoi vous laminer le moral, vous remettant en question de manière assez rude et brutale. Alors, s’il n’était pas trop bête, il allait très vite comprendre qu’elle agissait à l’instinct et que ce dernier lui dictait d’être égoïste et mauvaise. Il prétendait qu’elle était folle, soit… Il n’avait pas idée de ce que pouvait être une Madeline hystérique, bien qu’il l’ait déjà vu en colère.
_________________

« Tu penses vraiment ce que tu viens de dire ?! » La jolie brune le fusilla du regard, alors qu’il venait de hausser le ton sur elle. Une fois de plus, ils en venaient à se disputer pour des broutilles insignifiantes. Mais ils fonctionnaient ainsi… Leurs deux caractères faisaient des étincelles, et lorsqu’ils ne tombaient pas d’accord il y avait parfois des accrocs. Madeline se tenait devant lui, appuyée contre le comptoir de leur petite cuisine, prête à bondir sur lui s’il osait en rajouter une couche. Or, il s’agissait de Valentino et de sa fierté non seulement masculine mais surtout italienne. Bien sûr qu’il pensait ce qu’il venait de lui dire, affirmant à nouveau ses propos en croisant les bras sur son torse. Madeline cru s’en décrocher la mâchoire, surprise de l’entendre confirmer tout ça. « Si tu n’avais pas… » Elle le stoppa en jetant un verre au sol, folle de colère. Il savait que ça lui tenait à cœur de réussir à surmonter ses émotions lors d’une telle enquête, et pourtant il appuyait là où ça lui faisait mal. En réalisant ce qu’elle venait de faire, Madeline s’était figée. Cet excès de colère, devenu physique, ne lui ressemblait pas tellement. Aussitôt, elle s’était baissée pour ramasser les morceaux, et Val’ s’était rapproché. Sans rien dire, il s’était emparé de ses mains et l’avait obligé à arrêter ce qu’elle faisait. « Stop. Tu vas te couper. » Elle releva le regard vers lui, un peu confuse. « Viens par là, bébé… » Il la fit se relever et enjamber les débris de verre, pour finalement la prendre dans ses bras et la calmer. En fait, pour se calmer mutuellement.
_________________

En fait, elle était peut-être réellement devenue hystérique puisque rien ne se passait plus comme ça. Ca ne s’était pas bien terminé cette fois-ci. Maddy n’avait pas eu droit à une étreinte réconfortante, et il n’avait pas cherché à l’apaiser. Au contraire, elle avait eu droit au scénario inverse. Alors oui, peut-être qu’elle était folle ! Peut-être qu’elle avait pété une durite ! Et il était difficile d’y faire face. Son retour était bouleversant, et Valentino ne l’aidait en rien à gérer tout ça. La moindre de ses réaction la plongeait encore plus profondément dans un nuage de confusion. Si bien qu’à sa question, elle s’était contentée de faire un vague petit bruit en hochant la tête, comme si elle n’y prêtait pas tellement d’attention. « Oh, désolée… Tu sais, je n’ai plus toute ma tête, je fais comme je peux… » Elle avait balancé cette réplique sans même lever le bout de son nez de sa paperasse. L’ignorance était fausse, mais la rancœur bel et bien réelle.

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Mar 28 Juin 2016 - 23:46



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
A chaque mot que Valentino avait pu dire, les choses s'étaient empirées. Et de son côté, il en était de même pour les mots qu'elle aurait pu dire, les actes qu'elle aurait pu avoir. A chaque fois, à chaque toute petite fois qu'il avait l'impression que les choses pouvaient redevenir comme avant, qu'il pouvait essayer au moins de retrouver la Madeline avec qui il avait tant aimé travaillé, sans juste celle qu'il avait tant aimée, histoire de ne plus souffrir, c'était comme si elle dressait un lot d'obstacles pour que Valentino ne fasse qu'une chose : se rétracter. Et elle en faisait de même. C'était un cercle infini. Alors, au final, il avait décidé, en la voyant revenir après son temps d'absence, de se comporter avec elle comme une personne lambda, avec qui il devait travailler, mais sans qu'il n'y ait de lien au delà. Pas d'amitié. Pas de pitié. Juste du travail. Même si, au fond, ça le tuait. Mais encore, il était trop fier pour l'avouer.

Et elle devait bien s'en rendre compte. Mais surtout, aux yeux de Valentino, elle jouait du fait qu'il essayait de prendre sur lui, de ne pas s'énerver. La preuve en était : elle s'amusait à simuler qu'elle allait lui donner le dossier, pour le faire tomber, et l'obliger à ramasser les pièces écarquillées par ses soins. Le policier grinçait des dents, mais silencieusement, échafaudant un plan de riposte, enfin, plutôt, en tentant de le faire. Parce que de tout ce qui lui venait en tête, rien n'était assez bon pour se venger. Mais il finirait par trouver une corde sensible sur laquelle tirer, en douceur pour qu'on ne puisse pas l'accuser de façon directe et certaine. Juste que ça prendrait du temps.

Valentino ne se rendait pas compte que de ne pas parler avec Madeline et de mettre les choses à plat, ça le faisait changer. Autrefois, jamais il n'aurait imaginé aller chercher une faiblesse chez un autre pour le faire tomber. Sauf chez les suspects, pour les faire avouer et cracher tout ce qu'ils savaient. Mais là, c'était différent. C'était Madeline, Mads. La femme pour laquelle il aurait pu donner sa vie auparavant. La seule avec laquelle il avait jamais imaginé un futur. Et pourtant, voilà où il en était rendu. A agir comme un con, tout simplement.

Il aurait pu dire quoi que ce ne soit les mots de Madeline le faisaient réaliser -même s'il était fort possible que ça reste dans son très fort subconscient- que niveau maturité, il ne pouvait pas parler. Il avait dit ce qui lui passait par la tête pour la blesser, dont notamment qu'elle était folle. Il ne le pensait pas vraiment, mais dans le contexte où il l'avait sorti, c'était ce qu'il avait trouvé pour lui faire mal, tout en s'y prêtant parfaitement.Tu n'aurais pas mieux su le montrer. avait-il argué avec ironie, en la fusillant à peine -humhum- du regard. Il allait vraiment falloir faire quelque chose, eux deux, ensemble à travailler, ça allait faire plus de meurtres à résoudre, ou au moins, un en plus. A voir qui en serait la victime..


Il soupira après quelques heures. Il avait un stylo dans la main, et le laissa tomber - ou plutôt le jeta légèrement- contre un coin de son bureau, le faisant aller rentrer et rebondir sur le pot à crayon. Valentino passa sa main derrière sa nuque, remontant légèrement sur la base de ses cheveux. Finalement, il décidait de baisser les armes. C'était plus simple comme ça. Mads.. fit-il sans même réaliser qu'il l'appelait par son surnom qu'il lui avait lui même assené des années auparavant sans que forcément, elle n'ait le choix. Je suis désolé, je n'aurait jamais du dire ça.. et j'ai pas envie qu'on passe notre temps à se taper sur la gueule, que ce ne soit physiquement ou verbalement.. Il y avait une chose qu'elle serait forcée d'avouer. Elle était une des rares sinon la seule à l'entendre s'excuser mais pire encore, faire le premier pas pour arranger les choses.


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 236
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Jeu 7 Juil 2016 - 16:38




I'm not too perfect to ever feel this worthless...

Madeline provoquait et évidemment, elle se doutait qu’il allait bien le lui rendre. Si elle ne faisait plus le moindre effort pour être agréable ou du moins rester neutre, elle savait pertinemment qu’il en ferait de même. Pourquoi en aurait-il été autrement en sachant que c’était lui qui, à la base, lui en voulait à mort ? Aujourd’hui, les mots qu’il avait pu avoir à son égard avait profondément blessé la jeune femme et elle exprimait ainsi sa colère et sa peine. Il avait approuvé qu’elle perdait la tête et le montrait avec brio, la fusillant du regard au passage. En guise de réponse, elle esquissa un sourire forcé au possible, et d’un signe de la main imita une petite révérence sans bouger de son bureau. Son altesse pouvait disposer avec sa paperasse qui n’intéressait plus le lieutenant Ellis. Elle avait du pain sur la planche, et des dossiers à boucler elle aussi. Alors elle s’était remise au travail, en s’efforçant tant bien que mal de l’ignorer. Ca la blessait toujours autant d’être loin de lui, mais elle avait l’impression qu’il avait été trop loin cette fois-ci. Passer pour une folle, une véritable hystérique, ça n’était pas possible pour elle, car la folie qu’elle avait à ses yeux était l’amour qu’elle lui avait toujours porté. Malgré la distance, les non dits, les erreurs… Elle n’avait jamais cessé de l’aimer et c’était sans doute en cela qu’elle avait perdu la tête. Pour rien d’autre.

Le fait qu’il revienne vers elle fut très étonnant. Elle sentait qu’il était un peu tendu dans son coin, qu’il brassait de l’air sans parvenir à se concentrer, mais de là à chercher à engager une conversation… C’était surprenant ! D’autant plus qu’il venait d’utiliser son surnom pour l’interpeller. Madeline releva aussitôt la tête, incapable de cacher son étonnement. Elle le fixait, de ses grands yeux caramels, attendant alors qu’il enchaine… Et ce fut des excuses qu’il lui présenta ! Wouah ! C’était assez perturbant tant elles n’étaient pas attendues. Maddy restait sans voix, l’écoutant exprimer ses regrets et la volonté que les choses s’apaisent entre eux. Des disputes, ils en avaient connu un certain nombre… Et rares avaient été les fois où le premier pas vers la réconciliation avait été fait par le jeune homme. Parfois, elle l’avait laissé croire que si, amorçant la conversation ou la confrontation d’un petit rien. Un geste, un signe, une attention… Aujourd’hui, six ans après, elle n’avait rien fait du tout ! Il était venu à elle sans qu’elle ne l’y invite ou le pousse. « Je… » Val’ la prenait de court. A tel point qu’elle n’avait même pas imaginé la réaction qu’elle aurait dû adopter dans une telle situation. Il s’agissait d’improviser désormais, et elle craignait le faux pas.

Valentino commença à baisser la tête, et ce simple mouvement eut pour effet de faire paniquer intérieurement la brunette. Non ! Il ne fallait pas qu’il fasse marche arrière, pas maintenant, pas parce qu’elle restait muette comme une idiote ! « Val’ ! » Oup’s ! Elle aussi venait de prononcer son surnom, le plus spontanément du monde. Leurs regards se croisèrent et Madeline expira doucement comme pour se donner du courage, le tout en restant très discrète. Elle se redressa de son fauteuil et s’appuya contre son bureau après l’avoir contourné. « Ok. J’arrête mes conneries. » Elle admettait avoir agit comme une sale gosse, et l’assumait totalement. « Je ne serais plus… enfin je serais moins chiante. » La connaissant, on pouvait y deviner un semblant d’excuses. Sauf qu’elle n’allait pas les formuler plus clairement, hors de question ! Cependant, elle faisait un pas vers lui, à sa manière. En signe d’accord, elle lui tendit la main. Il n’avait plus qu’à s’en saisir pour la serrer doucement, pour qu’un deal tacite soit passé entre eux.

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Lun 18 Juil 2016 - 14:06



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
Ce qu'il venait de proposer à Madeline allait être quelque chose d'assez difficile. Il allait devoir faire comme s'il n'avait pas l'impression que son cœur était serré si fort qu'il ne tombait pas perpétuellement en miette. Comme si la voir ne ramenait pas les souvenirs si brûlants, et à la fois, d'autres si douloureux. Mais c'était malgré tout plus facile à supporter que de passer leur temps à se disputer. Valentino avait les épaules solides, mais elle savait où appuyer sur les points faibles. Ils n'étaient restés qu'un an ensemble, à plus ou moins quelques semaines. Mais pourtant, ils savaient beaucoup de choses l'un de l'autre. Comme le fait que lorsqu'il ne l'appelait pas par son prénom, c'était qu'il souhaitait vraiment arranger les choses. Et c'était peut-être pour ça qu'il avait cru voir un instant son visage s'adoucir, laissant les traits moins fermés qu'ils ne l'étaient auparavant.

Mais elle n'avait pas répondu, laissant le flic dans un océan de doutes. Il baissa la tête, en espérant que si jamais elle ne répondait pas, elle pourrait faire comme s'il n'avait rien dit, vu le malaise grandissant en lui. Décidément ça n'était pas facile, tant que Valentino, se disait qu'il ferait peut-être mieux de rendre les armes, et de demander soit une mutation dans une autre ville, soit dans un autre service.

Cependant, alors qu'il commençait à se dire que le retour de la jeune femme allait chambouler sa vie bien plus que de raison, et que ça allait entraîner des changements qu'il n'aurait jamais envisagé, elle l'appelait par son surnom. Il eut un pincement au coeur. Décidément, ça faisait toujours aussi mal de l'entendre prononcer ce mot uni-syllabique. Mais il ne dit rien, attendant d'entendre la suite. Il croisa son regard, et il n'y trouva aucune mimique de moquerie. Et pour une fois depuis son retour, il n'avait qu'une envie, la prendre dans ses bras, et.. et.. non, il ne fallait pas, c'était la voie directe vers un nouvel abandon, et une nouvelle déprime, voire dépression, comme il avait eu précédemment. Il hocha la tête, en remerciement, et il pris la parole. J'arrête aussi mes conneries Il n'y avait pas que lui qui était fier, Madeline avait sa petite fierté également, mais il comprenait que tout comme lui, elle présentait des excuses tacites. Il se leva et lui serra la main, avec un léger sourire. Les choses seront plus simples comme ça. Oui, comme plus simple d'oublier ce qu'elle lui avait fait, si leurs disputes ne le lui rappelaient pas constamment. Et désormais, Valentino restait debout, face à elle, en ayant complètement oublié le travail. Mais c'était sans compter sur James, ça, encore.


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 236
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Dim 7 Aoû 2016 - 11:08




I'm not too perfect to ever feel this worthless...

Est-ce que se serrer ainsi la main allait signer un nouveau départ ? Madeline se le demandait, alors qu’elle émettait une légère pression, profitant inconsciemment de la chaleur de sa peau, de sa poigne ferme. Évidemment, elle était prête à faire des efforts pour que tout se passe mieux entre eux. Le quotidien était vite devenu pesant pour elle, souffrant de cette distance, de ces regards froids et de ces mots lourds de sens et de venin… Elle aussi s’était murée dans un silence malsain, profondément blessée et vexée au possible. Seulement il venait de faire un pas vers elle, et il était impossible de ne pas y répondre positivement à son tour. Quelque part, elle avait attendu cela depuis un moment déjà, malgré l’indifférence qu’elle lui affichait dès lors qu’elle franchissait le seuil de leur bureau. Lorsque leurs regards se croisèrent à nouveau, elle esquissa un léger sourire en coin. Là, tout de suite, elle aurait eu envie de se blottir contre lui… Mais elle s’en empêcha, faisant alors le premier effort découlant de sa promesse. Elle devait se contenir, ne pas le provoquer, ne pas évoquer chez lui de douloureux souvenirs par simple respect. Elle ne devait pas oublier ce qu’elle avait fait -c’était impossible- et surtout garder à l’esprit qu’il avait sûrement plus souffert qu’elle et qu’il était déplacé de trop lui en demander. Maddy devait rester à sa place et c’est en hochant légèrement la tête qu’elle acquiesça et mit un terme à leur poignée de mains. Ils se faisaient face, silencieux, tout ça parce que Madeline n’avait pas la moindre envie que cela s’arrête. Ça faisait du bien de le voir sourire… Même si c’était léger, presque timide et retenu… Il retrouvait ses traits doux et bienveillant, ces mêmes expressions qui l’avaient rassuré par le passé.

« Ellis, Di Bello…! Vous voulez un transat et une limonade, ou vous vous mettez au boulot ? » La voix de James venait de retentir dans le bureau, faisant presque sursauter Madeline, qui s’était perdue dans les yeux clairs de son ex petit-ami. Elle tourna la tête, baissant les yeux face à son supérieur et se détourna des deux hommes pour regagner son bureau. « Désolée. » Seulement, James eut à son égard un regard plutôt bienveillant. Comme s’il avait voulu approuver ce qu’il venait de voir, content de voir que son équipe allait peut-être retrouver un équilibre et une entente cordiale. Madeline s’installa donc sur son siège, s’enfonçant doucement dans son assise et scruta son écran. Elle referma quelques dossiers, et hésita quelques instants avant d’ouvrir le serveur de messagerie interne de la brigade. La souris survola quelques noms, puis s’arrêta sur celui de Valentino. Elle ouvrit la fenêtre de conversation et tapota sur son clavier. 


Citation :
« Plus simple, oui : ça me va.    Merci. »


Pour cet accord ? Pour son geste ? Sans doute les deux. Elle lui lança un rapide regard, puis reporta son attention sur le dossier qu’elle était sur le point de clore.

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Lun 8 Aoû 2016 - 23:17



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
Bien évidemment, avec James dans les parages, les moments "hors boulot" ou qui plutôt n'étaient pas directement liés aux affaires de la police, ne duraient pas longtemps. Valentino se souvenait parfaitement bien de certains moments un peu inappropriés au boulot, sans être dans l'excès que James avait tout gentiment stoppés. Comme à ce moment précis, d'ailleurs. Toujours au bon moment, ce James. Valentino avait hoché la tête, et fait demi-tour, se mettant derrière son ordinateur, imperturbable, comme si rien de gênant, comme l'interruption du chef dans ce qu'il semblait considérer comme des discussions de café. Ni une ni deux, le flic s'était remis sur le dossier en cours, en faisant son rapport sur sa dernière intervention, avec un brigadier de patrouille, vu qu'à ce moment là, Madeline n'était pas présente, et il avait dû faire équipe avec un membre de la brigade. Il avait presque commencé à être à fond, quand il avait reçu une notification de conversation. Il s'agissait de Madeline, ce qui le fit sourire. Ils en étaient rendus à devoir s'envoyer des messages pour ne pas communiquer à haute voix, un peu comme lorsqu'on est à l'école. Il répondit plutôt rapidement, avant de s'y remettre :

Cool ! :) Merci à toi. Je suis content qu'on arrête de se prendre la tête pour des bêtises.

Autrefois, il y aurait presque pris plaisir, un petit jeu bête qu'il avait déjà eu, à l'énerver parce qu'il la trouvait mignonne, et que ça lui donnait envie de l'embrasser. Sauf que les choses avaient changé, et désormais, il n'avait qu'envie de répliquer quand il l'énervait. Mais il avait toujours ce besoin de ne pas se prendre la tête avec elle, et de se sentir en bons termes. Complications et dualité bonjour bonjour.

Le temps était passé, et Valentino venait de clore son rapport. Il lui avait tout de même fallu quoi ? Une heure ? Presque deux en fait. Mais parfois, c'était compliqué de raconter avec précision ce qu'il s'était passé, sans pour autant y perdre de l'objectivité. Et ce, même lorsque rien de grave n'était arrivé. Alors qu'il relevait la tête, il réalisait que depuis son retour, Madeline était passée un peu à la trappe dans les "soirées" entre collègues. Comme ce soir-là, qu'ils allaient boire un coup, mais jusque là, c'était sans elle. En essayant de ne pas trop faire le lien entre le passé et maintenant, Valentino prit enfin la parole.
Tu fais quoi après le boulot ? Ce n'était, cette fois-ci, pas une proposition de rencard, mais bien d'enterrer la hache de guerre. En espérant que ça ne soit ni mal interprété, ni refusé.


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 236
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Mer 24 Aoû 2016 - 18:14




I'm not too perfect to ever feel this worthless...

Oui, ça pouvait paraître idiot, complètement enfantin et surfait… Mais Madeline en était arrivée à laisser un petit message en ligne à Valentino, contente de cet accord plutôt franc entre eux. La simplicité allait être de mise entre eux, et c’était plaisant à imaginer. Ces derniers jours avaient été si pénibles pour elle qu’elle se sentait soulagée suite à cet échange cordial qu’ils avaient eu. Elle avait eu besoin de le remercier, de lui montrer réellement à quel point elle lui était reconnaissante du pas qu’il avait fait vers elle. Bien sûr qu’elle s’était vexée, qu’elle n’en avait fait qu’à sa tête et qu’elle avait été carrément furax… Mais c’était Valentino. Qu’importe ce qui pouvait se passer, elle ne tenait pas très longtemps face au beau brun. De plus, elle n’avait de cesse de se rappeler qu’elle avait fait bien pire le concernant. En voyant du coin de l’oeil l’icône de la conversation clignoter sur son écran, elle releva la tête et se concentra sur la réponse de son partenaire. Elle bloqua un peu sur le terme « bêtises », mais afficha un léger sourire en coin. Évidemment, Madeline lui adressa un regard, ne pouvant dissimuler son amusement face à la situation et se consacra ensuite à ses rapports.

Le tout se termina bien rapidement. Elle se montrait toujours très efficace, synthétisant les fait avec minutie et précaution, sans pour autant en écrire de trop, inutilement. Elle avait été distraite par moment, se perdant quelque peu dans ses pensées… Mais rarement très longtemps car plus vite serait terminée cette paperasse, plus vite elle pourrait quitter la brigade pour un peu de détente. D’ailleurs, quand la fin de journée pointa le bout de son nez, elle fut un peu surprise d’entendre Valentino l’interroger à ce sujet. Madeline en eu un petit loupé au niveau des battements de son cœur, heureuse de voir qu’il ne s’agissait pas que de paroles. Il allait plus loin que ça, faisait un nouveau pas vers elle. Depuis sa réintégration de la brigade, elle avait certes repris quelques marques et bons contacts avec d’anciens collègues, mais elle était restée en retrait. Là, il semblait lui proposer de sortir après le travail. « Rien de particulier… Pourquoi ? » Elle esquissa un sourire, détendue et bienveillante.

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Sam 10 Sep 2016 - 15:22



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
Il était clair que les choses n'allaient pas être très simple pour Valentino. Dans un sens, c'était le risque, à laisser Madeline avoir une place désirée dans sa vie, même s'il ne devait la laisser qu'être que professionnelle. Mais la vie était devenue compliquée lorsqu'il avait vu les choses s'aggraver. Il n'espérait pas que les choses redeviennent comme avant, mais la détester quand elle était loin, c'était facile. Une fois qu'il la voyait tous les jours, c'était pénible, et pleins de souvenirs toujours plus douloureux à chaque dispute. Après lui avoir envoyé son message, il avait levé les yeux vers elle, et quasiment aussi vite les avait baissé, espérant qu'elle n'avait pas remarqué son regard. A chaque expression, chaque parole ou chaque geste, il se souvenait de celle qu'il avait aimé, et c'était encore difficile. Il ne devait pas retomber dans ce qu'il avait été dans le passé, il allait souffrir. Peut-être qu'ils n'étaient pas faits pour être ensemble.. Mais amis, pourquoi pas ? Il ne serait pas capable de vivre à côté d'elle en l'ignorant.

C'était pourquoi il lui avait demandé ce qu'elle faisait après le boulot, puisque tous se retrouvaient après le boulot, pour boire un verre, et passer du temps entre collègues et amis, ce qu'ils étaient quasiment tous. Alors autant arrêter de la mettre de côté, ce qui, de toute façon, faisait jaser les autres. Et puis, c'était le bon moment pour enterrer la hache de guerre, même si, bien que Valentino faisait tout pour ne pas le faire, ils devraient à un moment en parler, parce que noyer le poisson dans l'eau, ce n'était pas forcément la bonne solution.
On se retrouve tous au bar du coin, après, si tu veux nous rejoindre, je suis sûr que ça ferait beaucoup de plaisir à tout le monde que tu viennes. Et surtout à Sean et à lui, en fait, quand on y réfléchissait. Valentino sourit à la demoiselle, attendant une réponse. C'était un petit peu risqué, il plongeait peut-être la tête la première dans la gueule du loup, mais à ses yeux, ça en valait la peine. Et peut-être qui sait, il pourrait être surpris ?


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 236
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Mar 20 Sep 2016 - 11:42




I'm not too perfect to ever feel this worthless...

La tension qui régnait entre eux depuis son retour, et plus encore depuis leur altercation lors de leur entrainement commun, semblait peu à peu se dissiper. C’était une bonne chose et Madeline était la première à voir cette évolution d’un très bon oeil. Bien qu’elle pouvait se montrer rancunière et fière au possible avec son sale caractère, ces conflits l’avaient énormément blessé. Elle avait beau jouer les fortes têtes, la jeune femme n’en était pas moins touchée. Surtout lorsque cela venait de Valentino, le seul homme ayant encore ce pouvoir indescriptible sur elle. Il n’y avait que lui pour la cerner de la sorte, deviner ce qui pouvait lui faire mal et avoir la capacité de le faire. Il n’y avait que lui pour qui elle avait eu de tels sentiments et à qui elle avait laissé tant de place dans sa vie. Alors même six années après une rupture soudaine et inattendue, la jolie brune pouvait se montrer vulnérable face à lui. Si bien qu’elle était soulagée de le voir baisser les armes. Mieux encore, il en arrivait à faire un pas vers elle, à lui tendre la main en lui proposant de rejoindre la brigade après le travail pour se détendre autour d’un verre… Les after works étaient de vrais souvenirs dans l’esprit de Maddy, et l’idée de retrouver cette ambiance lui décrocha un sourire franc. « Oui, avec plaisir ! » -répliqua-t-elle, sans pouvoir s’empêcher de bloquer sur ces mots… Sa présence ferait donc plaisir à tout le monde ? Vraiment tout le monde ? C’était bien là l’esprit typiquement féminin, à se poser un tas de questions en partant de rien et d’alimenter ces interrogations et curiosités avec du vent et une bonne dose d’imagination. C’était bien évidemment tourné vers Valentino, se demandant alors s’il se comptait parmi tout ce monde susceptible d’apprécier une soirée en sa compagnie. Madeline aurait aimé cela… Mais elle se cacha de formuler à voix haute sa question. « Il y aura Sean et les autres ? » Elle lui adressa un regard, tout en tassant une petite montagne de paperasse en tout genre sur son bureau. « Enfin peu importe, je viendrais… » Elle s’était aussitôt reprise, pour ne pas qu’il interprète mal ses propos et se dise qu’elle y voyait déjà quelques conditions pour s’y rendre… Loin de là ! Madeline avait beau connaître les lieux, retrouver le même boss et des visages connus, elle avait tout de même besoin de retrouver ses marques et de se réintégrer au sein d’une équipe pour se sentir réellement à sa place. Or, ça n’était pas encore le cas, puisque Valentino avait toujours été son pilier… Devenu par le passé et malgré lui la pièce maîtresse et rassurante au sein de sa carrière, voir même de sa vie…

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Here today or gone tomorrow, I still got something to say - Madeline&Valentino    - Lun 26 Sep 2016 - 21:55



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Here today or gone tomorrow I still got something to say.


Madeline░Valentino
Parfois, prendre son courage à deux mains, c'était un peu plus pénible, parce que c'était compliqué, que ce que ça pouvait en avoir l'air. Non pas que Valentino ne soit un lâche, mais il y avait toujours des choses plus difficiles à réaliser que d'autres. Mais une fois que c'était fait, cela avait le don de procurer un bonheur sans pareil, parce que c'était les choses qui nous paraissaient les plus insurmontables qui avaient le meilleur effet sur nous une fois qu'elles étaient passées. Et c'était le cas pour ne plus laisser Madeline sur la touche, et lui laisser une place dans sa vie, pour Valentino. Parce que cette place, elle l'avait toujours eue, restait juste à bien savoir la définir pour ne pas qu'il se referme comme une huitre devant le moindre problème avec elle. Pour l'instant, et c'était bien comme ça, c'était une collègue de travail, sa partenaire, avec qui les choses se passaient bien. Bien depuis quelques heures seulement, mais vu leur passif, c'était l'équivalent de quelques mois, voire quelques trimestres déjà.
Une fois qu'il lui avait proposé, elle acceptait. Ce qui le fit sourire, assez soulagé de ne pas se faire remballer. D'un côté, ça aurait très bien pu arriver, il n'avait pas été tendre avec elle, et finalement, il devenait du tout au tout l'opposé de ce qu'il lui avait laissé voir depuis son retour. Elle lui demanda s'il y avait tout le monde qui serait présent. Et Valentino hocha la tête. Bien évidemment ! Rétorqua-t-il avant de se mordre la lèvre, en se rendant compte que ça pouvait être mal interprété plus comme un "je me risquerai pas à passer du temps seul avec toi" alors que c'était plus un "ben oui, c'est une sortie entre collègue, du coup on y sera tous MDDDDRRR" en oubliant l'aspect un peu excessif et sms de cela. Valentino soupira de soulagement en l'entendant dire qu'elle viendrait. Si ça se trouvait, il s'était fait des films, et ne l'avait pas vexée avec sa phrase de deux mots. Super. Je passe te prendre, si tu veux ? Enfin, il allait falloir feindre également de ne pas savoir où elle habitait depuis son retour. Ahlalala, qu'est-ce que les fiches employées pouvaient servir, quand on devait attendre dans le bureau de James, et qu'il n'était pas là...


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Elyass ▬ Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow.
» • I hope that tomorrow will be better
» What 's the date today ?
» FREYA&LOGAN → tomorrow belongs to me
» The Puppet, the Dictator, and the President: Haiti Today and Tomorrow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-