AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité, viens nous donner ton avis sur PRD et Bazzart
et récolte des points supplémentaires dans la course au membre du mois ! ♥
Le forum fête ses trois ans ♥
Merci à chacun de vous pour ces belles années !
Des intrigues ont été mises en place pour fêter l'anniversaire du forum !
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil dans la partie évènements ♥
Les soldes sont à nouveau présentes jusqu'au 30 juin.
Intéressés ? Alors n'hésitez pas à aller lire ce sujet

 Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Sam 23 Juil 2016 - 18:38

Eulalia Antigone Metaxàs

Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.

Tell us about you


Moi c'est Eulalia Antigone Metaxàs mais tu peux également m'appeler Aphrodite. Je suis né(e) le 10/04/1994 à Athènes. J'ai donc 22 ans. J'ai des origines Grecques. Je suis bisexuelle et célibataire. Je bosse en tant que chanteuse dans des bars. Je fais partie des Michael Jackson. Les gens me disent que je ressemble comme deux gouttes d'eau à Barbara Palvin.
© crédits
Comment te définirais-tu? Je ne saurais dire si je suis une bonne ou une mauvaise personne. Trop sûre de moi, parfois trop arrogante, je n'ai pas peur d'écraser ceux qui sont sur mon chemin. Mais si je me sens menacée, ou si quelqu'un menace une personne à laquelle je tiens, je saurai être redoutable. J'ai de multiples visages, et je sais bien que personne ne saurait les compter.
Pour toi, que représente la musique? La musique est presque toute ma vie, je ne peux vivre sans elle, et si j'ai de nombreux rêves et ambitions, je veux que la musique soit mon avenir. Rien ni personne ne m'en empêchera, on ne peut me détourner de mes rêves d'enfant.
Quelle est la chose la plus importante pour toi? Ma liberté et les personnes auxquelles je tiens. Je ne supporte pas que quelqu'un d'autre me fixe des limites, ou que l'on touche à ceux que j'aime. Ce sont les deux principales choses que je serai capable de défendre bec et ongles, jusqu'au bout.

Caractère & Physique • Eulalia n'est pas une personne foncièrement mauvaise, contrairement à ce que peuvent penser certains. A vrai dire, elle se laisse principalement guider par ses ambitions, ses rêves, et ses inépuisables envies de liberté et d'indépendance. D'apparence très sûre d'elle, elle semble parfois hautaine et dédaigneuse, et il arrive en effet que ce soit le cas. Excellente menteuse, Eulalia profite de son esprit affûté pour obtenir ce qu'elle veut lorsqu'il le faut ; il lui arrive en effet de manipuler son petit monde, usant de ses paroles comme de son charme. Elle a un contrôle presque complet d'elle-même, mais a tendance à perdre le contrôle lorsqu'elle s'énerve ou que l'on touche un point sensible chez elle. Elle cache en effet derrière son masque de froideur la petite fille qu'elle n'a jamais cessé d'être, bien que celle-ci se dévoile parfois à travers certaines facettes d'Eulalia. Vive et emportée, il est plutôt aisé de la contrarier, mais elle saura généralement contrôler sa colère, à moi qu'elle n'ait été attaquée sur le mauvais front.
Très joueuse, très franche, elle s'amuse des situations parfois burlesques, et n'a pas la langue dans sa poche lorsqu'il s'agit de rabaisser ouvertement quelqu'un qui aura tenté de la doubler ou de lui nuire, provoquant également beaucoup ceux qui se pensent supérieurs à elle. Autrement, lorsqu'elle apprécie la personne qui se trouve face à elle, elle fera tout pour que ses secrets n'éclatent jamais au grand jour. Elle est effectivement très protectrice envers ses proches, mais aussi envers les femmes en général, puisqu'elle combat sans relâche le sexisme et qu'elle se méfie des hommes, en raison de son passé. Sa personnalité quelque peu « prédatrice », en plus de son côté joueuse, fait qu'elle pourrait très bien mentir à propos de tout et n'importe quoi ; même à propos de son identité. Il est dur de savoir qui elle est réellement, puisque le seul moyen de la découvrir sans masque est de nouer avec elle une relation de confiance totale.

Dotée d'un charme certain dont elle a conscience, Eulalia est plutôt grande et mince. Mesurant en effet environ un mètre soixante-dix, pour une cinquantaine de kilos, elle a sculpté son corps avec minutie en pratiquant avec régularité la course à pieds ainsi qu'un peu de musculation. Étonnamment, malgré son ascendance grecque, sa peau est relativement pâle. Son visage fin et harmonieux est encadré d'une épaisse chevelure châtain. Ses yeux bleus et perçants sont l'une des choses les plus charmantes chez elle, en plus de son sourire qui peut être, à souhait, charmeur ou enfantin. Selon la manière dont elle se coiffe, se maquille ou se comporte, elle peut aisément passer de femme fatale à jeune femme à l'innocence déconcertante. Elle sait d'ailleurs bien en jouer, mais se contente généralement des mots qu'elle souffle aux autres, comme le ferait un serpent avec son venin. Elle met généralement ses formes en valeur afin de pouvoir toujours user de ses charmes au cas où les mots ne pourraient suffire, c'est pourquoi elle choisit ses vêtements avec minutie, étant quelque peu superficielle, physiquement comme mentalement, bien que ce ne soit qu'un masque.
Habitudes • Eulalia a pour habitudes de boire beaucoup de café, de fumer au moins cinq cigarettes par jour, et d'entretenir sa voix au moins une heure par jour. Elle aime beaucoup étudier la psychologie humaine lorsqu'elle en a le temps, et chanter, tout le temps.


▬ Qui je suis ▬
Pseudo/Prénom Bliss • Âge 17 ans • Scénario/Inventé Inventé • Fréquence de connexion Tous les jours en général • Comment as-tu découvert le forum? PRD • Qu'en penses-tu? Il est magnifique ! • Ton avatar Barbara Palvin • Un double compte? Nope • Un dernier mot? J'espère me plaire ici, bien que je ne m'inquiète pas trop.

Code:
<span class="pris">BARBARA PALVIN </span>♠ eulalia a. metaxàs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Sam 23 Juil 2016 - 18:39


La persuasion est fille d'Aphrodite.
♫lostboy♫


2000, Athènes.

-Maman, raconte-moi encore une fois comment papa et toi vous vous êtes rencontrés. S'il te plaît !

Jeanne eut un sourire fatigué en s'asseyant au bord du lit de sa fille. Portant sa main jusqu'aux cheveux déjà sombre de l'enfant, elle les caressa avec douceur tout en reprenant depuis le début, une énième fois. Anatole Metaxàs vivait à Athènes, capitale de la Grèce, dont il était natif. Jeanne Martin, elle, venait de France. En vacances dans la grande cité grecque, c'est par hasard qu'elle rencontra Anatole. Ils se revirent plusieurs fois, jusqu'à tomber amoureux. Jeanne laissa tout tomber pour rester auprès de lui, et après un an de vie commune, ils eurent leur premier enfant, Antoine, puis suivirent Irène, et les jumeaux Gabriel et Eulalia.
D'après Jeanne, la France ne lui manquait pas. Elle avait beau s'y plaire, elle disait ne jamais s'être sentie aussi heureuse qu'en rencontrant Anatole. Tous deux avaient su se construire une vie de couple heureuse et durable, entourés de leurs enfants qu'ils ne souhaitaient -pour rien au monde- voir partir.

• • •
2006, Paris.

-Nous souhaitons donc tous la bienvenue à Gabriel et Eula... Excuse-moi, mais comment se prononce ton nom ?
-Evlalia Metaxàs, souffla avec exaspération la jeune fille.
-Oh, c'est original. Alors Gabriel et Eulalia nous viennent de Grèce, où ils ont vécu jusqu'ici. Je compte sur vous pour les aider à s'intégrer dans ce collège. Va t'asseoir vers Marie, Eulalia. Et toi, Gabriel, mets-toi à côté d'Anna.

Sans un mot, les jumeaux s'exécutèrent. Eulalia posa son sac sur la table, s'asseyant à côté de la prénommée Marie. Sortant ses affaires, elle posa un coude sur la table, déposant sa tête au creux de sa main. Les yeux dans le vide, elle gribouillait nerveusement sur son cahier. Elle dessinait les merveilles d'Athènes, qu'elle avait dû quitter quelques jours plus tôt. En effet, son père ayant récemment décroché une importante prime, en plus d'être muté en France, sa famille et elle avaient dû déménager dans la capitale française. Là où tous les autres membres de sa famille s'émerveillaient devant la beauté de la capitale, elle savait déjà qu'elle ne s'y plairait pas. Ils étaient arrivés en plein milieu de l'année scolaire, et avaient quitté le soleil scintillant de la Grèce pour la pluie de Paris. Alors qu'elle dessinait, de mémoire, l'Acropole, une main vint se poser sur son bras. Son regard las se leva lentement jusqu'au visage de sa voisine, Marie. Elle semblait plus petite qu'elle, mais avait un joli visage. Ses yeux verts ne brillaient pas d'intelligence, mais plutôt d'assurance. Le menton haut, elle avait ainsi la prestance d'une reine. Ses lèvres quelque peu pincées et étirées d'un seul côté lui donnaient l'air d'être une garce, mais une bien belle garce aux yeux d'Eulalia. Celle-ci haussa un sourcil.

-Quoi ?

Son ton était insolent, mais elle n'aimait pas être dérangée. Marie ôta sa main du bras de la grecque, et posa un coude sur la table pour la regarder dans les yeux, se désintéressant complètement du cours d'histoire qu'elles étaient censées suivre.

-Il paraît que tu viens de Grèce alors ?
-Oui. Je vivais à Athènes.
-J'y suis déjà allée en vacances avec mes parents. Tu dessines l'Acropole, c'est ça ?

Eulalia hocha simplement la tête. Mais alors qu'elle allait se détourner de la jeune adolescente pour reprendre son dessin là où elle l'avait laissé, la jolie garce reprit.

-Tu ne parles pas beaucoup. Mange avec mes amies et moi à midi. Je suis sûre qu'on va très bien s'entendre toutes les deux.

• • •


Je le comprends seulement maintenant
combien c'était simple de vivre.

2010, Paris.


Elle tira longuement dans sa cigarette avant de la jeter, plus loin. Eulalia avait beaucoup évolué, en quatre ans. Elle avait grandement changé, passant de la petite fille sage et discrète à l'adolescente rebelle et grande gueule. Il n'était pas rare qu'elle fasse le mur, le soir, pour rejoindre Marie et ses autres amies. Elles allaient parfois dans des clubs, des bars, peu leur importait tant qu'elles pouvaient s'y croire adultes. Elles faisaient bien plus que leurs seize ans, sortant chaque week-end dans leurs robes de soirée moulantes au possible, des talons hauts aux pieds et presque toujours une cigarette à la main. Marie écrasa sa cigarette contre un mur, et la jeta sur la route.

-On y va ?, demanda-t-elle.
-Feu, répondit Eulalia avec un sourire.

Leurs talons hauts claquant sur le goudron, elles marchèrent jusqu'au coin de la rue et entrèrent sans aucune peine dans le club. Les néons illuminaient l'endroit, de la fumée jaillissant de chaque coin de la salle. A l'intérieur, elles retrouvèrent leurs amies, et passèrent la soirée à danser sur toutes sortes de musiques, ne pensant qu'à s'amuser et à boire. A un moment, Eulalia ne se sentit pas très bien. Elle avait de plus en plus de mal à tenir debout sur ses talons, et les néons se mettaient à clignoter à travers la fumée colorée, l'éblouissant. Se sentant nauséeuse, la puissante odeur d'alcool des lieux n'aidant pas, elle quitta la salle au pas de course pour aller prendre l'air.
Alors qu'il n'y avait qu'elle dehors, une puissante main vint se poser sur sa bouche, écrasant ses lèvres et étouffant son cri...

• • •
2011, Paris.


Assise sur son balcon, sa guitare entre les mains, elle en grattait nerveusement les cordes. Au coin de ses lèvres se trouvait la fin de son joint. Elle avait pris l'habitude d'en fumer, avec ou sans Marie, depuis l'événement de l'année précédente. Elle avait été brisée, complètement brisée, par l'horreur qui lui était arrivée. Elle avait vu plusieurs psychologues, plusieurs médecins, mais le diagnostic était toujours le même ; elle était en dépression. Paniquée à cause de cela, sa mère avait donc cherché comment la guérir de son traumatisme et l'empêcher de s'enfermer ainsi dans la dépression. D'après ses recherches, l'un des meilleurs moyens de guérison était la musique. Ayant conscience de la passion qu'avait sa fille, étant petite, pour la musique, elle avait fait venir chez elle une professeure de chant. Mais celle-ci n'était pas encore arrivée, et Eulalia en profitait donc pour se détendre un peu, oublier que le temps passait et que ce qu'il s'était passé était derrière elle. Elle essayait de l'oublier, de se le sortir de la tête, mais elle se rappelait encore de la sensation que cela lui avait fait, lorsque c'était arrivé.

-Ta prof est arrivée, dit sa mère, la tirant de ses pensées.
-Ouais, j'arrive.

Eulalia se leva lentement, posant la guitare contre le mur, jetant son mégot par-dessus le balcon et rejoignant le salon d'un pas las. Elle fit rapidement connaissance avec sa professeure, et le cours put commencer. Au bout d'une heure trente, elle avait étonnamment retrouvé le sourire, comme heureuse d'avoir pu chanter. C'est pour cela qu'elle reprit un cours de chant pour la semaine suivante, trouvant un étrange plaisir à chanter...
• • •


Dans le drame, on se débat
parce qu'on espère en sortir.

2012, Paris.


-Je comprends pas, j'ai été refusée dans toutes les universités possibles et imaginables. Ça me fout la rage, je comprends pas, qu'est-ce que j'ai fait de mal, au juste ?
-Eulalia, tu te rends compte de tous les cours que tu as séché cette année ? Et ton bac, tu te rends compte que tu l'as eu de justesse quand même ?
-C'est qu'un bout de papier. On s'en fout d'avoir une mention, ça sert à rien sérieux !

Tandis que ses parents se déchaînaient sur elle, lui rappelant que ce qui lui était arrivé n'était pas une excuse pour sécher autant de cours et pour avoir des notes très moyennes au bac, Eulalia se sentait bouillonner de l'intérieur. A un moment donné, elle explosa, et fit aussitôt son sac, quittant la maison familiale pour se rendre chez sa meilleure amie.
Arrivée chez elle, elle sonna, et Marie vint aussitôt lui ouvrir.

-Ça va ?, lui demanda-t-elle.
-Tu pourrais m'héberger ? Jusqu'à ce que je me trouve un appart. J'ai dix-huit ans, mes parents ne peuvent plus me retenir maintenant. Et je veux juste me casser de cette baraque, je les supporte plus.
-Mais oui, reste autant que tu veux.

Disant cela, Marie lui adressa un sourire et l'aida à monter ses affaires jusqu'à son appartement. Lorsque les deux jeunes filles furent au calme, dans la chambre de Marie, celle-ci demanda à Eulalia ce qu'elle comptait faire, pour la suite.

-Me trouver un job, et un appart. Et je sais pas si je pourrai faire quelque chose de ma vie, mais bon, je vais faire avec ce que j'ai.
-Pourquoi on ne partirait pas ensemble ?
-Partir où ?, demanda Eulalia dans un rire nerveux.
-Je sais pas... Los Angeles, New York, Londres, ou même la Nouvelle-Orléans ! C'est cool ça !

Eulalia rit doucement aux paroles de son amie, préférant tout de même rester dans la capitale française le temps d'essayer de se reconstruire complètement.

• • •

2015, Paris.


Eulalia était heureuse. En trois ans, elle avait su se reconstruire. Elle avait repris contact avec sa famille après des mois de silence, et s'était grandement rapprochée de Gabriel et d'Irène principalement, Antoine ne vivant plus à la maison. Elle s'était également mise en couple avec un jeune homme qui semblait tout avoir pour lui, et qui s'appelait Paul. Elle l'aimait d'une sincérité sans nom, et il était le premier homme à avoir su regagner sa confiance depuis ce qui lui était arrivé. D'un an son aîné, elle le trouvait mature et très posé dans la vie. Ils étaient ensemble depuis bientôt trois ans, et elle avait récemment abandonné son appartement pour s'installer dans celui de Paul. Sa vie semblait enfin filer droit. Elle avait tenté de reprendre les études, tentant un concours d'entrée en faculté de psychologie, et travaillait également dans un bar en tant que serveuse. Elle continuait les cours de chant, et participait de plus en plus à des manifestations féministes, se plaisant à défendre les femmes et leurs droits au sein de la société. Sa vie était parfaite.
Mais un soir, rentrant du travail, elle découvrit Paul, dans leur lit, accompagné d'une autre femme. Folle de rage mais aussi de tristesse, elle alla aussitôt retrouver Marie à son appartement, le visage baigné de larmes. Arrivée à sa porte, elle n'attendit pas que celle-ci la salue pour dire, déterminée :

-T'avais raison. Viens on se casse, on plaque tout, on plaque Paris, on oublie notre passé et on part loin.

Quelques jours plus tard, elles étaient parties...

• • •


On pardonne au corbeau,
pour percer la colombe.

2016, Philadelphie.


Eulalia leva les yeux vers la grande horloge du restaurant dans lequel elle chantait, depuis quelques mois. C'était ainsi qu'elle gagnait sa vie, tandis que Marie était serveuse. Toutes deux vivaient ensemble depuis leur départ de Paris, et elles avaient passé les trois derniers mois à Philadelphie. Seulement, le contrat qu'avait passé Eulalia se terminait ce jour-ci, et celui de Marie s'achèverait une semaine plus tard. Elles prendraient ensuite la route, pour aller dans une autre ville.
Terminant sa chanson, Eulalia sourit face aux applaudissements des personnes qui se trouvaient dans le restaurant. Elle les remercia, et quitta la scène pour aller saluer les autres membres du personnel, et les remercier pour la bonne ambiance qui régnait au sein de l'équipe. Elle ne resta pas longtemps auprès d'eux, prétextant un rendez-vous important, et quitta le restaurant sans plus attendre. Au coin de la rue, elle retrouva un jeune homme qu'elle connaissait bien, lui adressant un sourire en coin.

-Mike, tu as ce que je t'avais demandé ?
-Oui, ça te fera cinquante euros.

Elle haussa un sourcil, adoptant ainsi une mine étonnée. Puis retrouvant son sourire en coin, ses yeux brillant de perfidie, elle posa une main sur l'épaule de Mike et y laissa courir ses doigts. Plongeant son regard dans le sien, dévoilant ses dents blanches comme le ferait un prédateur, elle reprit d'une voix mielleuse.

-Cinquante euros c'est beaucoup non ? On avait pas plutôt dit... trente euros ?
-C'est cinquante, Eulalia.
-C'est bientôt mon anniversaire, tu sais. Vingt-deux ans ça se fête, non ? Fais-moi un petit cadeau, et peut-être qu'un jour... très bientôt... je t'en ferai un, susurra-t-elle, ses doigts venant glisser doucement sur la joue du jeune homme.

Il tressaillit, pesta, puis accepta finalement l'offre de la jeune femme. Sa marchandise fourrée dans son sac à main, elle déposa un baiser sur la joue de Mike et rentra à l'appartement, où elle jeta le sachet sur le canapé, près de Marie.

-Ça t'a coûté combien du coup ?
-Trente euros et une fausse promesse, rit-elle doucement.
-Bravo Aphrodite, siffla Marie avec un sourire moqueur.
-Mais bref, c'est pas important. Pour l'heure, on a autre chose à faire que de fumer n'importe quoi. Où va-t-on après la fin de ton contrat ?
-J'ai une super destination à te proposer..., souffla Marie. La Nouvelle-Orléans.

Pour l'occasion, les deux jeunes femmes s'ouvrirent chacune une bière, et trinquant à la beauté de leur nouvelle vie, faite d'arnaques, de mensonges et de vagabondages, elles préparèrent aussitôt leur prochain voyage... Et, comme prévu, la semaine suivante, elles allèrent s'installer à la Nouvelle-Orléans, pour rendre une fois de plus leur vie « à zéro ».


Dernière édition par Eulalia A. Metaxàs le Sam 23 Juil 2016 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 14/04/2016
Messages : 567
Avatar : holland roden

Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Sam 23 Juil 2016 - 18:43

Ce prénom je suis absolument fan.
Bienvenue parmi nous. Bon courage pour ta fiche, n'hésites pas si tu as besoin de quoi que ce soit.

_________________________

I'M STILL. BREATHING.
find light in the beautiful sea. i choose to be happy, you and i, you and I we're like diamonds in the sky. you're a shooting star i see a vision of ecstasy when you hold me, i'm alive. we're like diamonds in the sky i knew that we'd become one right away oh, right away at first sight i felt the energy of sun rays. i saw the life inside your eyes. so shine bright, tonight you and i. we're beautiful like diamonds in the sky. eye to eye, so alive. we're beautiful like diamonds in the sky shine bright like a diamond.©.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 08/03/2014
Messages : 534
Avatar : Peter Facinelli ♥
Age : 43

Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Sam 23 Juil 2016 - 18:57

Bienvenue demoiselle ! J'approuve totalement ton choix de prénom, au moins, on risque pas de te le prendre, et puis, il est vraiment classe *commence à être jalouse des idées des autres*
Je te souhaite bon courage pour ta fiche, si t'as besoin de quoi que ce ne soit, n'hésite pas à nous sonner ♥

_________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 02/11/2014
Messages : 107
Avatar : DL
Age : 23
Métier : Bloggeuse mode/musique

Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Sam 23 Juil 2016 - 19:27

Bienvenue parmi nous :D

_________________________
Live your life as if today was your last
One love, one life.When it's one need in the night. One love, we get to share it, leaves you baby if you, don't care for it.
Too late. Tonight. To drag the past out into the light. We're one, but we're not the same, We get to carry each other
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Sam 23 Juil 2016 - 19:38

Merci à vous !

Aaah contente le prénom plaise hehe, en général les gens le trouvent bizarre mais c'est mon préféré parce que les prénoms grecs c'est la vie hehehe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Dim 24 Juil 2016 - 12:26

Bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 451
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 24
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Lun 25 Juil 2016 - 22:21

Coucou ! Alors pour ta fiche, c'est tout bon pour moi, cependant, je viens de voir que, bien que ce ne soit pas écrit dans le bottin (une erreur de notre part ce dont je m'excuse) Barbara Palvin est déjà prise
Du coup, je suis désolée mais comme nous n'acceptons les doublons qu'en cas de jumeaux et d'unanimité du staff, tu es obligée de changer d'avatar

_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/07/2014
Messages : 193
Avatar : Taylor Lautner
Métier : Actuellement au chômage pour maladie

Message
Sujet: Re: Eulalia Antigone Metaxàs || Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas.    - Dim 31 Juil 2016 - 11:43

Bienvenue parmi nous demoiselle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Credo des Assassins | Rien n'est vrai, tout est permis.
» Ezio de Lamberti ♦ Rien n'est vrai, tout est permis
» Rien n'est vrai, tout est permis ; la vérité s'écrit dans le sang || Kenway (UC).
» Hermy: Un vrai panier percé.
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-