AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité, viens nous donner ton avis sur PRD et Bazzart
et récolte des points supplémentaires dans la course au membre du mois ! ♥
Le forum fête ses trois ans ♥
Merci à chacun de vous pour ces belles années !
Des intrigues ont été mises en place pour fêter l'anniversaire du forum !
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil dans la partie évènements ♥
Les soldes sont à nouveau présentes jusqu'au 30 juin.
Intéressés ? Alors n'hésitez pas à aller lire ce sujet

 I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Ven 16 Sep 2016 - 20:45

Illeana Davalos

   
One day, the flowers will grow again.

   
Tell us about you

   

   Moi c'est Prénom p² nom mais tu peux également m'appeler surnom. Je suis né(e) le jj/mm/aa à ville. J'ai donc ici ans. J'ai des origines ici. Je suis orientation sexuelle et statut civique. Je bosse en tant que métier. Je fais partie des groupe. Les gens me disent que je ressemble comme deux gouttes d'eau à célébrité.
   © crédits
Comment te définirais-tu? ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici
   Pour toi, que représente la musique? ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici
   Quelle est la chose la plus importante pour toi? ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici

   
Caractère & Physique • Décris le plus précisément ton personnage afin que les autres joueurs ne s'y trompent pas. Essaie de le faire en un maximum de lignes afin que ce soit le plus complet possible.
   Habitudes • Quelles sont les habitudes de ton personnage? Qu'aime-t-il faire pendant son temps-libre ? A-t-il des hobbies particuliers? Dis-nous tout!
   

   
▬ Qui je suis ▬
Pseudo/Prénom .NIGHTINGALE • Âge 28 • Scénario/Inventé inventée • Fréquence de connexion occasionnelle en semaine, plus poussée en weekend • Comment as-tu découvert le forum? j'ai fricoté avec les fondas, bien sûr Qu'en penses-tu? super boulot sur la maj, mes jolies !! • Ton avatar Anna Torv • Un double compte? Svana • Un dernier mot? ce compte est les soldes de septembre de Svana, accordé par ma Clo bella

   
Code:
<span class="pris">ANNA TORV </span>♠ illeana davalos
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Ven 16 Sep 2016 - 21:18


Here i walk where we once did before, and I remember we held hands. And it was dark, and I was cold but now i'm sweating and the sun burns my arms and I couldn't imagine a place I knew so well to be so different.

« his eyes said it all »
i started to fall
Ma vie à moi ne débuta pas différemment de celle de n'importe qui: dans la douleur et les cris. Je ne me souviendrais jamais des personnes qui accompagnèrent ma mère tout au long du processus de naissance, ni même de toute l'agitation qui régna lorsqu'elle poussa son premier hurlement de souffrance. Cris, douleur, panique et une inquiétude mêlée d'amour inconditionnel, ainsi furent passées les premières secondes de mon existence. Je suis née de parents qui avaient toujours été certains de ne jamais pouvoir procréer, tenter depuis des années sans pour autant y parvenir. Et maintenant que j'étais née, mon père se renfrogna un instant, comme pour faire le deuil de l'absence de descendance mâle, mais se ragaillardit bien rapidement à la vue de ma petite silhouette emmaillotée et déposée au creux des bras de ma mère. A leurs yeux, j'étais bien rapidement devenue leur petit miracle,et une célébration eut lieu pour fêter ma naissance. De miracle, on ne parlait bientôt plus que de moi dans la demeure, et mon apparence de jeune ange avait sûrement dû y jouer également: une petite brunette était née, possédant la grâce de sa mère, mais avec les yeux incroyablement profond de son père qui avaient eu tant d'effet au au coeur de madame lorsqu'elle fut présentée pour la première fois à cet homme charismatique que fut mon père.

Née dans une famille originaire de Santorin mais en permanence expatriée afin de répondre aux desseins professionnels de mon père, je me suis rapidement démarquée de mes pairs par une intelligence vive et un désir d'apprendre et de m'affirmer auprès des miens. Quand on a deux parents qui bossent plus que de raisons, on passe énormément de temps seul, ou avec des tuteurs... J'avais très tôt compris le fonctionnement du système et je ne voulais pas qu'on me serve le tout sans que j'aie un minimum de mérite: je ne supportais pas d'être considérée comme la petite princesse de la famille. Je n'étais pas l'une de ces gosses gâtées pourries qui traitent les employés de ses parents comme de la merde. Non, ils étaient ma famille, on ne traite pas sa famille comme des moins que rien... Quoiqu'il y avait à découvrir, je n'attendais pas qu'on vienne me l'enseigner, je posais des questions à tout va, sur n'importe quoi, à n'importe quel moment. Pour moi, il fallait se lancer et faire le premier pas, parce qu'il y a toujours une question dans votre esprit qu'on ne va pas nécessairement vous expliquer en cours.. Oser tenter, oser risquer, ne pas craindre l'échec et recommencer jusqu'à atteindre son but. J'étais très têtue déjà à cette époque, très curieuse aussi... J'ai toujours tenu ça de ma mère.

Alors comment aurais-je pu deviner -dans toute cette candeur de la découverte- que la fierté masculine pouvait mener à de pareilles exactions? Que l'égo d'un homme rejeté par une femme pouvait être si blessé, surtout lorsque la plaie était un peu plus ouverte sous l'effet de l'alcool? Je n'aurais jamais pu le deviner et encore moins présumer sur le niveau incroyable avec lequel un homme savait être lâche. Je savais que je lui plaisais, ça faisait très plaisir... mais lui, il était différent. Il m'a surprise alors que je rentrais chez moi d'une promenade nocturne, et me susurra à l'oreille que si je refusais de comprendre l'amour qu'il pouvait porter à mon égard, alors il me ferait réaliser à quel point ça pouvait également être un véritable cauchemar. Et moi, je n'étais pas de taille à me battre, ou même à le repousser, bien que ce n'était pas faute d'essayer. Je n'étais tout simplement pas forte assez et tout ce que je récoltais de mes essais furent des coups portés à répétition ainsi que la morsure d'un couteau dans mon épaule endolorie par le froid du sol sur lequel il me maintenait allongée. Un vieillard nous surprit et fit fuir l'homme à coups de cris et de gestes brusques, braillements en grec ou ce que je pouvais probablement considérer comme leur langage un peu trop familier. Il avait fui, mais le mal était fait et rien qui ne puisse être réalisé ou dit n'allait pouvoir changer le cours des évènements de cette nuit là. Je n'avais que 17 ans.

Je me souviens du vieil homme qui m'avait accueillie le temps que la police arrive. Il était sincère et inquiet, de son petit sourire franc et, l'espérait-il, réconfortant. Moi, je ne ressemblais plus à rien et bien que je n'allais pas refuser les soins qu'il me prodigua, j'étais bien trop hagard et sous le choc pour réellement prendre conscience de l'étendue des dégâts. Une seule chose ne cessait de résonner à mes oreilles: j'avais grandi en faisant des aller-retours entre les USA, Macau, le Japon et la Grèce, selon les besoins de ma famille. J'avais grandi avec cette façon de penser en tête et dès lors, je ne pouvais retirer l'idée de mon esprit: j'étais déshonorée et par extension, ma famille l'était également. Mon père avait beau avoir l'apparence du paternel aimant et attentif, il était également plus à cheval sur les traditions qu'il aimait le faire croire et il était complètement obnubilé par la culture nippone, et avoir à offrir une fille qui portait le sceau du déshonneur n'allait rien lui apporter. Il aurait certainement préféré que je soie morte pour lui éviter la honte que cela allait immanquablement faire naître. Enfin non, pas vraiment, mais il aurait certainement préféré toute autre alternative... Ma mère, quant à elle, s'était mise au fil des années à bien docilement suivre les décisions de mon père, qu'importe de quoi il s'agissait. Il me fallait tout quitter.

Tourner la page, et recommencer...


«a penny for your thoughts»
a picture so it lasts
J'étais persuadée qu'il m'avait tout pris, volé mon honneur, ma vie, ou encore mon désir de vivre. Mon père m'avait congédiée aux États-Unis, chez ma tante, pour que j'y poursuive mes études de manière plus régulière mais je savais ce qui se tramait derrière. Il voulait sauver la face. Ne pas avoir à annoncer au monde que sa fille avait tout perdu. Heureusement encore pour lui que j'avais lu un désolée mêlé d'amour lorsqu'il me l'a annoncé, et encore que j'adorais ma tante, parce que sinon je pense que je ne m'en serais définitivement pas remise. Mais je restais persuadée que je ne parviendrais jamais à comprendre le genre masculin. Je pensais pouvoir m'en sortir seule. Il le fallait, au fond, parce que c'était la seule manière selon laquelle j'allais vraiment pouvoir me tirer de ce bazar et aller de l'avant. Mais lorsque, quelques temps après mon arrivée à San Francisco, on m'annonça je portais la vie, c'était comme si quelqu'un avait ravivé la flamme dans un cœur qui laissait doucement mourir ses braises. Je donnais naissance à une fille, que je nommais Elena.

Je ne voulais rien d'autre que veiller sur ma petite Elena, à ce qu'elle ne manque de rien, quitte à me sacrifier moi-même. Mais arriva un temps où je ne parvenais plus à m'en sortir. Les études que je désirais reprendre si je voulais obtenir un meilleur job que celui que j'avais promettaient de ne pas garantir assez de temps à ma fille et je pouvais difficilement m'occuper d'elle en plein cours. Les options ne faisaient pas légion, et dans tous les cas la situation ne rima qu'un une seule chose. Au jour où le simple fait de m'occuper d'elle du mieux que je pouvait n'était plus suffisant, que si je voulais le meilleur pour elle j'allais devoir me tourner vers d'autres personnes, plus qualifiée qu'une enfant-mère pour s'occuper d'un enfant. Mes parents n'avaient jamais su pour ma grossesse et j'ai pendant longtemps pensé que c'était pour le mieux. Peut-être aurais-je dû leur dire. Peut-être auraient-ils pu aider... ou peut-être qu'ils avaient assez d'un déshonneur pour en voir la preuve tous les jours. Je ne sais pas. Je me suis tue. En conséquence, je n'obtenais pas plus d'argent que nécessaire de leur part. Je vivais vraiment à la dure et au bout d'un temps, cela n'a plus suffit... Autant que possible, en tout cas. J'aimais ma fille plus que tout mais je ne lui étais en aucun cas bénéfique. J'étais une mauvaise mère, mais une mère qui a su ravaler sa fierté et prendre conscience des réalités lorsqu'il l'a fallu...

Aujourd'hui, je pourrais jurer entendre à nouveau mes pas claquer sur le vieux bois de ce petit appartement, mais je ne pensais pas pouvoir me rappeler à quel point mes jambes avaient été flageolantes alors que je m'approchais de plus en plus de mon but. Souvent, c'est en faisant face à l'horreur et à la précarité que nous prenons les décisions les plus difficiles, et celle que j'avais à prendre ne faisait pas exception. J'avais d'ailleurs évité de rentrer trop vite "à la maison" afin d'être sûre que ma fille soit endormie et que je n'aie pas à affronter ses yeux clairs qui ne manqueraient sûrement pas de sonder mon âme pour me faire sombrer à nouveau.

Un sourire tristement attendri se dessine sur mon visage lorsque j'aperçois la frêle silhouette couchée dans son lit, secouée de temps à autre par un toussotement soutenu. Immanquablement, comme si elle avait perçu ma présence malgré le silence de mort avec lequel j'étais entrée, elle ouvre péniblement ses yeux et les fixe sur moi avec un sourire. Et moi je trouve encore à ravaler un sanglot avant d'achever en quelque pas la distance qui me séparent de son petit lit. Je m'assied sur le lit, le dos au mur, et prends doucement Elena dans mes bras en laissant sa tête se poser sur mon cœur avant de refermer les yeux. Moi, je rive les miens au mur d'en face; je suis incapable de la regarder, parce que je sens que si je pose mon regard sur sa petite tête d'ange, ma détermination volerait en éclat et la conviction de faire ce qui est juste et nécessaire suivrait aussitôt. Je lui murmure que tout irait bien maintenant, que ses "parents" prendraient bien soin d'elle. Elle n'avait même pas trois ans, elle ne se souviendrait jamais de cette nuit, mais moi oui.. Très vite, trop vite, je dois la quitter, repartir, pour le bien de l'enfant que je décidais de laisser à l'adoption plutôt que de la faire vivre dans la précarité et le risque de mal la faire grandir. J'embrasse ses cheveux, retenant une larme qui ne désire rien d'autre qu'une belle mort dans la chevelure de ma fille et je sens très vite qu'elle s'est enfin rendormie alors que je l'observe encore un peu. J'avale cette vision angélique, j'embrasse le moindre détail de ce que je refusais d'abandonner à la mort. Je me suis précautionneusement levée et j'ai quitté la pièce, gravant la vision de mon enfant endormie dans un coin précieux de ma mémoire. Le pas que je fis ensuite à l'extérieur de l'appartement fut alors le dernier que je posais jamais en ces lieux...

Dans un curieux mélange de joie, de peine et de douleur, je souris...


Dernière édition par Illeana Davalos le Sam 17 Sep 2016 - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 14/04/2016
Messages : 561
Avatar : holland roden

Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Ven 16 Sep 2016 - 21:53

Ravie de voir que tu as craqué.
Rebienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche
Pense à signaler ton DC dans le sujet prévu à cet effet.

_________________________

I'M STILL. BREATHING.
find light in the beautiful sea. i choose to be happy, you and i, you and I we're like diamonds in the sky. you're a shooting star i see a vision of ecstasy when you hold me, i'm alive. we're like diamonds in the sky i knew that we'd become one right away oh, right away at first sight i felt the energy of sun rays. i saw the life inside your eyes. so shine bright, tonight you and i. we're beautiful like diamonds in the sky. eye to eye, so alive. we're beautiful like diamonds in the sky shine bright like a diamond.©.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Sam 17 Sep 2016 - 4:48

@Joan I. Dixon-Mills a écrit:
Ravie de voir que tu as craqué.
Rebienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche
Pense à signaler ton DC dans le sujet prévu à cet effet.

Si tu te souviens bien, "craquer" n'était pas exactement le problème. "Tous les inscrire en même temps", probablement x)


Oukidoki. Avant ou après validation?


Grosses léchouilles partouuuuuuut
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Sam 17 Sep 2016 - 11:33

Rebienvenue à toi
Hâte de voir ce que tu nous réserve avec ce perso
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 08/03/2014
Messages : 701
Avatar : Camilla Luddington
Age : 28
Métier : Humanitaire

Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Dim 18 Sep 2016 - 10:34

/mille ans trop tard/ ma chouuuuuuuuuuuuuuuuchouuuuu ♡
rebienvenue avec ce personnage ! Je surkiffe le prénom cey trop beauuucoup
Bon courage pour ta fiche et en vas n'hésite pas à venir nous voir
(Aussi tu postes dans le sujet des soldes pour prévenir dès que tu peux, pas d'obligation de validation ou quoi du dois pouvoir le faire maintenant ♥)

_________________________
you never tell me, cauz' that's not our deal
I used to loved you so much i forget who i really was. Now we are just strangers to each others but i hope one day we'll finally be more, like we are meant to be. With you i feel real every single minute of my life and i hope i'll feel this way for ever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Dim 18 Sep 2016 - 23:33

Rebienvenuuuuuue ma chérie !!

Han mais tu as pas prit Paget D: bon Anna est trop belle aussi

Bon courage avec cette nouvelle fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Lun 19 Sep 2016 - 20:05

Nan, j'ai pas pris Paget. J'étais sur mon Tinypic pour choper avatars etc. de Brewster, et puis je suis re-tombée sur le stock d'Anna. Et ça fait une éternité que j'ai plus joué Torv, donc voilà....

En tout cas, j'ai les 3 prochaines de prévu xDDDD (et, bientôt, d'écrites XD *BAF* )


MERCI MA CHEWIIIIIIEUUUUH
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Ven 28 Oct 2016 - 2:33

Ohh une grecqueeee
Je veux un lien DIRECT !
Plus sérieusement : Bienvenue parmis nous et au plaisir de te lire, agaph mou(mon amour en grec au cas où )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 448
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 24
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Mer 2 Nov 2016 - 12:01

Coucou ma belle ! Désires tu prolonger le délai de ta fiche ? Car tu es désormais hors délai et vas tomber inactive d'ici la fin de la semaine

_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 04/01/2017
Messages : 77
Avatar : Connie Amazing perfection Britton
Age : 45
Métier : Chanteuse et propriétaire d'un grand label

Message
Sujet: Re: I. DAVALOS ✘ i don’t regret not saying goodbye, why bother when you’re a stranger?    - Dim 8 Jan 2017 - 2:22

Rebienvenue parmi nous
Bon choix d'avatar Anna est trop choupinou
J'adore sa bouille

_________________________
    I love you so much more than you know
    Même si cela fait plusieurs années que nous sommes ensemble, je suis amoureuse de toi comme le premier jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» [Personnel]Un Message de regret comme dernier vol
» Addison Hill ♦ Sans regret du passé, Ni peur de l'avenir.
» Regards et regrets sur le tourisme haïtien
» Don’t blame Haitians for election fiasco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-