AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité, viens nous donner ton avis ou nous laisser un message d'amour sur PRD et Bazzart
et récolte des points supplémentaires dans la course au membre du mois ! ♥️
Le forum a trois ans ♥️
Merci à chacun de vous pour ces belles années !
Préparez-vous à frémir de peur
L'événement d'Halloween est toujours là ! Les inscriptions sont fermées mais il vous est toujours possible de poster dedans ♥️

 How wonderful life is, now you're in the world - Joan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 14/04/2016
Messages : 610
Avatar : holland roden

Message
Sujet: Re: How wonderful life is, now you're in the world - Joan    - Dim 22 Jan 2017 - 22:36

how wonderful life is, now you're in the world.

patch
&
joan
Peur de se sentir jugé disait-il ? Avec moi ? On est bien d’accord que ça ne pouvait qu’être une mauvaise plaisanterie de sa part ? C’était ça qui était magique avec Patch. Nous avions, bien évidemment, pas toujours le même avis mais on trouvait toujours un terrain d’entente. Et encore, les fois où nous avons dû le faire se compte sur les doigts d’une main. « On a toujours trouver un compromis quand nos avis divergeaient aucune raison que tu sois jugé. », me contentais-je de lui dire dans le but de le rassurer. Il s’était finalement installé de l’autre côté du canapé, une distance qui montrait peut-être un peu trop la situation inhabituelle pour tous les deux. J’avais du mal à saisir si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Il pensait quand même à ses sœurs en me voyant installée comme ça et peut-être qu’au vu de ce qu’on venait de vivre tout à l’heure c’était un peu .. étrange. Je crois que c’est une des raisons qui m’a poussé à m’asseoir de manière plus conventionnelle. Attaquant la pizza, je le laissais faire un peu comme chez lui. Après tout ça avait toujours été comme ça, depuis tout gosse chez moi c’était un peu chez lui et visiblement cette habitude-là elle n’avait pas changé. Mes yeux ce sont levé vers le plafond, prenant l’air le plus sérieux du monde, je terminais ma part. « Ca reste une pizza, calme-toi., terminais-je par dire avant qu’un sourire ne vienne s’afficher sur mon visage, croisant son regard je n’ai pu m’empêcher de rire aux éclats devant ses yeux tout ronds. J’ai pris une deuxième part de pizza, pas sûre que j’arriverais à le pardonner d’être venu le soir où ils diffusaient la suite de la série, mais je n’ai pas dit un mot, comme si je n’avais rien entendu. Après tout ce n’était pas si grave. Continuant de manger tout en l’écoutant avec plus ou moins d’attention entre la télévision et la pizza, j’ai tout de même remarqué qu’il perdait à nouveau ses mots, ce qui m’a fait sourire. « Elle y est pour rien la jolie rousse aussi, c’est les scénaristes qui sont mauvais. On attends ça depuis cinq saisons il a fallu qu’ils attendent la dernière. », expliquais-je à mon .. ami ? petit-ami ? Ca me faisait bizarre tout à coup, petit-ami, j’avais vraiment pas l’habitude. « On est pas toute pareille tu sais, chaque caractère réagis différemment et c’est pas facile de s’ouvrir aux autres. Enfin à l’autre .. Y a des filles qui sont plus expressive, d’autre qui sont beaucoup trop réservée pour assumer et y en a qui se batte perpétuellement contre elle-même dans le but de ne pas se laisser submerger par les sentiments pour diverses raisons. », évidemment, je faisais partie de celle de ce dernier exemple. Mais ça il devait l’avoir compris depuis le temps que je le laissais m’embrasser pour finalement reculer de vingt-cinq pas en arrière. Je posais mon regard plein d’interrogation sur lui, on se ressemblait ? Je sais pas si c’était une bonne chose. D’un point de vu physique elle était plutôt jolie mais s’il parlait de son côté relationnel avec le fameux fils du shérif c’était un peu moins positif. « Ah oui ? Et de quelles ressemblances tu parles exactement ? », le questionnais-je un peu interloquée. Il n’avait peut-être pas tort dans le fond, peut importe de quoi il parlait d’ailleurs. Physiquement il y avait un petit quelques choses, la couleur de cheveux peu commune sans doute. Et puis cette manière qu’elle avait de toujours reposer ce petit bonhomme un peu maladroit mais au grand cœur, c’était un peu ce que je faisais avec Patch à une échelle différente. L’épisode avançait et si j’avais bien vu le beau ténébreux se rapprocher de moi, c’est le plus naturellement du monde que j’ai pris la position que j’avais toujours eu quand on regardait un film. La tête posée sur sa cuisse, la main sous ma joue, qui laisserait sans doute la marque de la bague que m’avait offerte ma grand-mère. En fait c’était la position idéale pour lui réclamer des papouilles dans les cheveux. Comme la plupart des filles, j’adorais ça, ça avait quelque chose d’apaisant je crois. Et puis sentir la main de Patch se glisser dans mes cheveux légèrement ondulés m’avait toujours fait frissonner. Ce n’est qu’après quelques longues minutes d’épisode que je me suis redressé. La pub était arrivée, « Tu es bien conscient que ça va être de la torture pour moi s’il laisse l’épisode dans un gros, gros suspens à la fin des quarante minutes ? », demandais-je assise sur le bord du canapé la tête tournée vers lui tandis que j’attachais mes cheveux qui avaient bien séchés à présent. Ramassant les canettes de sodas vide, je me suis lever du canapé ne laissant rien trainer sur la table pour qu’il n’est pas dans l’idée de se lever pour faire quoi que ce soit même si, admettons-le, venant de Patch ce serait étonnant qu’il reste assis à rien faire. J’ai tout déposé sur la table, sortant de quoi boire à nouveau avant de jeter un œil à la pizza. Mes yeux s’arrondissaient en voyant la couleur, bien plus sombre que la précédente, qu’elle avait prise. « Patch ? Je crois qu’on a été un peu trop absorbés par .. la série. », lançais-je avant d’attraper la plaque avec un gant histoire de pas me brûler. Je l’ai posé sur la table et à la lumière, mes soupçons se confirmaient, la pizza avait bien prit un coup de chaud. C’était là tout l’inconvénient de mon four, autant quand on était dans la cuisine l’odeur du repas enivrait la pièce, autant au salon on ne sentait mais alors rien du tout. Pourtant aucun mur ne séparait les deux pièces. J’ai pincée mes lèvres entre elle pour éviter de rire, Patch était tellement fier de ses pizzas que je n’avais pas envie de lui faire de la peine en riant de son malheur. Mais il fallait bien l’admettre il y avait plus grave. « Ca n’a pas l’air immangeable non plus. Je te propose de tenter l’expérience et si vraiment ça va pas on se réconfortera dans la glace. Qu’est-ce que t’en penses ? », proposais-je histoire de ne pas gâcher une pizza entière. Après tout ce n’était pas comme si elle était noire de brûlures elle avait juste un petit coup de soleil. J’ai relevé mon regard vers lui avec un sourire que j’espérais rassurant. J’avais pas envie qu’il se décourage, le pas de géant qu’on avait fait l’un vers l’autre ce soir avait été magique et j’espérais juste qu’il ne pense pas avoir mal fait quelque chose ou qu’il est foirer quoi que ce soit. « Puis bon, même si la deuxième pizza est pas aussi bonne que la première, au moins j’ai de belles roses maintenant. », l’ai-je taquiné avec un sourire pour lui montrer que tout allait bien, que ce n’était rien et surtout que j’étais malgré tout ravie de tout ce qu’il m’avait apporter ce soir. J’ai attrapé sa main, faufilant mes doigts entre les siens, avant de lui sourire une nouvelle fois. Mais le son du lancement de la pub nous à stopper dans ce nouvel élan d’affection, l’épisode recommençait, j’ai caressé le dos de sa main avec mon pouce avant de la lâcher non sans mal …

camo©015

_________________________

I'M STILL. BREATHING.
find light in the beautiful sea. i choose to be happy, you and i, you and I we're like diamonds in the sky. you're a shooting star i see a vision of ecstasy when you hold me, i'm alive. we're like diamonds in the sky i knew that we'd become one right away oh, right away at first sight i felt the energy of sun rays. i saw the life inside your eyes. so shine bright, tonight you and i. we're beautiful like diamonds in the sky. eye to eye, so alive. we're beautiful like diamonds in the sky shine bright like a diamond.©️.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: How wonderful life is, now you're in the world - Joan    - Lun 23 Jan 2017 - 0:02



How wonderful life is, now you're in the world
Ft. Jowy

Oui... Oui bon un point pour l'équipe des filles, ça fait 5 saisons qu'on attend qu'il se passe un truc... En tout cas on peut leur reconnaître qu'ils savent comment nous mettre l'eau à la bouche et nous rendre addict à une série juste pour le love de deux personnages... M'enfin faut voir la tête qu'ils ont aussi ! On ne peut pas ne pas être fan ! C'est simple ! Ce n'est pas : possible. Pas possible vous dis-je ! Suffit de les voir ! Bref !
J'écoutais Joan m'expliquer de manière très éloignée du sujet des personnages de cette série ce qu'il se passe dans la tête d'une fille qui a des sentiments pour un mec... Je me demande si finalement c'était pas plus simple de pas savoir ? Non parce que du coup, jusqu'alors dans ma vie je m'occupais de la psychologie féminine des Cipriano et de Joan et c'était tout, et ça me va très bien. Parce que si en plus : c'est différent pour chaque fille de la planète. Autant vous dire les gars, que j'suis bien content d'avoir trouvé ma moitié et d'avoir cerner mes soeurs, je change plus rien ! Merci à tous ! A sa question de ressemblance avec l'actrice, j'ai eu la sensation d'avoir cassé les oeufs sur lesquels je marchais... Mais... mais c'est juste que j'étais pas encore à l'aise avec la situation ? Et que la moindre réaction le moindre mouvement de Joan me donne une sensation de faux pas de ma part, alors que... Euh ben ? Enfin non ? Enfin pas tout le temps quoi ? Non mais c'est vrai je fais pas tout le temps des gaffes quoi ? Mais voilà quoi, j'ai pas pu m'empêcher d'avaler ma salive un tout ptit peu de travers, et de tousser un bon coup avant de répondre à ça.
« Eh ! Hum ! Eh ben hé, je... Enfin tu, non elle je veux dire, elle est belle, et tu clairement enfin, tu es largement plus belle mais dans l'idée je, enfin vous vous ressemblez quoi... » En essayant de la sortir celle là, j'ai senti mes yeux qui se mettaient à briller en regardant Joan, et du bout du pouce je suis venu essuyer le peu de sauce tomate qui trainait sur le côté de ses lèvres en finissant par un sourire un peu niais et en disant oui de la tête, et de me lancer sur une suite un peu plus bancale... « Non puis vous avez visiblement toutes les deux un peu de mal à dire les choses par moment... Mais uniquement par moment hein. Le reste du temps c'est très clair.... Très très clair ! » Et puis, quand elle a fini par poser sa tête sur moi, je n'avais plus trop de doute sur la manière dont elle avait pris les choses, ça me permettrait certainement de prendre de l'assurance pour l'avenir ça ! Et puis un réflexe, et un réflexe, et ça s'oublie pas trop... Enfin je crois pas... et malheureusement pour la série, je baissais les yeux pour voir Joan comme ça, et pour passer ma main dans ses cheveux le plus délicatement possible. Je pouvais vraiment faire ça pendant des heures... mais quand même le fait qu'ils soient un peu humide rendait l'affaire moins agréable que quand ils sont bien secs ! Et que ça glisse... Et qu'y'a pas de nœuds... « Ouais... ouais ouais j'en suis conscient c'est pareil pour moi. Mais tu sais comment je relativise ? J'me dis qu'à moins que la télé explose j'suis sûr d'avoir la fin de l'épisode. Donc en fait... ça va ! » dis-je alors que Joan ne me laissait rien remporter à la cuisine, si ce n'est mon humble présence....

Joan commençait à parler de la couleur inquiétante de la pizza, et je jetais les sodas vide dans la poubelle sous l'évier. Je juste tourné la tête en arrière en la regardant sortir la pizza. Non. Mais. Non. Me dites pas qu'elle venait de cramer celle là ? Mais non. Non non non !!! J'étais tellement dègue. Ca allait pas se produire là tout de suite ce soir ? Enfin mais merde on loupe une pizza quand ça fait 10 ans qu'on habite ensemble et qu'on fini par oublier à cause de l'habitude non ? Là en plus on avait fait exprès et tout de tout couper proprement ! Et shit. Shit. Ca c'est parce que je connaissais pas encore assez bien son four... Allez à tout péter c'est ça...!!! Aaaaah j'étais vert !!! J'ai fini par me rapprocher de la pizza...et Joan. « Oué... oué non ça va t'inquiète je vais la manger moi si t'en veux pas hein ! Déjà, je m'attendais à pire mais ensuite... Ensuite j'suis quand même un peu dègue ouais... Je pense que j'suis d'accord avec toi ! Maiis... Mais que j'suis quand même trop déçu !!! » Son rappel des roses pour m'aider à avaler ce malheureux événement était trop mignon ! Trop mignon mais un peu trop surfait, même si très sincère attention, et j'ai pas pu m'empêcher de lever les yeux au ciel avec un le sourire du mec qui comptait pas se laisser entourlouper par ces mots doux, alors que sa main se glissait dans la mienne et que j'avais très très très envie de voir si ses lèvres avaient un goût de pizza en plus de leur saveur naturelle sauf que... Sauf qu'à la fin de la pub on a eu le même réflexe, et en tournant la tête vers le salon, c'est la suite de l'épisode qui aura eu raison de ce moment tout mignon.

Elle prenait la pizza qu'on allait quand même tenter de manger, et je m'étais contenté de prendre de l'eau cette fois, j'étais pas sûr d'avoir très très envie de remettre le couvert avec du soda même si ça ferait passer le goût d'une pizza cramée bien plus rapidement que de l'eau. « Je crois que le retour du mec qu'a disparu c'est pas pour cet épisode... Ca commence à être long ça aussi là ! Ils sont chiants mais ils sont malins avec leur suspens là... » Je terminais une nouvelle part de pizza, que je considérais comme mangeable, mais il en restait encore la moitié. En regardant ce qu'il restait je me suis dis que j'arriverai pas à la finir... Mais par par souci de capacité "estomacale" surtout par souci de "le stress c'est quand même un frein à l'appétit". Et malgré la simplicité et le naturel évident qu'il y avait toujours eu entre nous et qu'il y a ce soir, j'étais quand même stressé...
Y'a qu'à certain moment que j'suis pas stressé. Y'a que quand je fais des trucs précis que j'arrivais enfin à me sentir à l'aise... La plupart du temps, c'est quand je me jette à l'eau. « Vas-y !! Mais on sent presque qu'ils font exprès qu'il y ait de l'action, mais pas trop ! Pour nous faire croire qu'on a vu plein de truc pour attendre enfin le retour du fils du shérif au prochain épisode ! C'est chauuuud.... » Mais même quand j'ai très envie de me jeter à l'eau, c'est toujours plus simple de changer de sujet... J'ai sagement attendu que Joan ait aussi fini de manger sa pizza avant de prendre délicatement sa main dans la mienne sans quitter la série des yeux pour me convaincre de l'aspect naturel de la chose.........
L'épisode touchait à sa fin, et mon stress était de moins en moins présent parce qu'une petite idée me trainait trop en tête et que j'avais très très envie de partager tout ça à Joan...
« Eh ben tant pis pour eux, il va falloir qu'ils attendent le prochain épisode avant de pouvoir se retrouver alors que... » En disant ça je m'étais décollé du canapé et j'avais rapproché, bien rapproché ma tête de la joue de Joan ce qui fait que mon nez pouvait rentrer en contact avec elle. J'ai commencé par faire un bisou tout simple et tout doux sur sa joue avant de faire glisser mes lèvres sans trop les décoller de sa joue vers le bas de sa mâchoire, comme si j'allais enfouir ma tête dans son cou dégagé car ses cheveux étaient attachés. Mais ! Mais non je suis juste resté comme ça, avec mon visage collé au sien.
« Alors que moi j'ai pas besoin du prochain épisode pour te faire un bisou... » Tellement fier de mon suspens, j'étais obligé de lui refaire un bisou, et de glisser dangereusement au niveau de son cou où son odeur et le parfum naturel de sa peau était la seule chose que je pouvais sentir, ce qui m'enivrait complètement et que me rendait fou à l'idée d'avoir attendu aussi longtemps pour faire ça..... Je me lançais dans un nouveau bisou, puis un autre... qui a été écourté par ce que mes oreilles ont entendu. "Tout de suite un nouvel épisode !" Tout en restant très proche de celle de Joan, ma tête s'est rapidement tournée vers l'écran.
« Nooon ?! Non j'y crois pas ?! Ca ! Alors ça c'est une surprise de taille ! T'as commandé le numéro 9 pour nous ou quoi Jowy ? Bouge pas je vais vite chercher la glace ! » J'ai rapidement refait un bisous sur la joue de Joan avant de partir comme une fusée vers la cuisine, de chopper deux cuillères, mais il aura fallut que j'ouvre deux tiroirs avant de tomber sur le bon... J'ai pris les 3 pots différents et j'ai couru jusqu'au canapé où j'ai commencé à ouvrir les pots. « Je voulais pas en prendre qu'un pour être sûr que... Que tu puisses avoir le choix et te faire plaiz' en mangeant une glace quoi ? » J'avais encore et toujours cet éternel besoin d'être sûr que ça lui allait... Et de pas avoir fait de faux pas... Il allait falloir que je m'habitue...

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 14/04/2016
Messages : 610
Avatar : holland roden

Message
Sujet: Re: How wonderful life is, now you're in the world - Joan    - Lun 6 Fév 2017 - 23:40

how wonderful life is, now you're in the world.

patch
&
joan
J’aimais bien quand il faisait ça. Cette manière qu’il avait de se perdre tout seul entre ses pensées et ses mots me faisait toujours sourire. J’avais compris l’idée, comme à chaque fois d’ailleurs mais je ne pouvais pas m’empêcher de froncer les sourcils comme si ce n’était pas le cas. Quand sa peau est venue glisser contre le coin de ma lèvre, j’aurais aimé que cela dure bien plus longtemps que quelques secondes. Mais je n’avais pas dit mon dernier mot, puisque je m’installais bien sagement, et sans vraiment lui demander son avis, en position papouille comme j’avais l’habitude de le faire étant plus jeune. Visiblement, il n’avait rien n’oublié puisque sa main se perdait rapidement dans mes cheveux. A chaque caresse je pouvais sentir un frisson traverser mon dos et mes bras ainsi qu’une sensation d’apaisement dont lui seul avait le secret. Puis je l’ai quitté pour rejoindre la cuisine, histoire de débarrasser un peu la table et apporter le ravitaillement pour la suite de l’épisode. Mais visiblement les choses n’allaient pas être si simples puisque la pizza avait souffert d’un coup de chaud. Rien de grave en soi, mais n’importe qui de difficile aurait pu refuser de la manger. Après l’avoir fait remarquer à Patch, j’ai tenté de le rassurer avec une pointe d’humour dans la voix mais il semblerait qu’il ne soit pas si facile à duper. « Comme si un petit coup de chaud sur un pizza allait m’empêcher de manger. », me contentais-je de répondre avant que la fin de la publicité ne nous annonce la reprise de la série. Les commentaires de Patch m’avait fait sourire, on aurait dit une de ses petites sœur qui rageait devant la télévision car les choses ne vont pas assez vite. Je suis néanmoins resté silencieuse, bien trop prise par l’épisode. Ce n’est que lorsque sa main s’est emparé de la mienne que je suis plus ou moins revenu avec lui. Cette sensation de chaleur humaine, la sensation d’une caresse peau contre peau, c’était tellement agréable mais en même je n’étais pas encore très habitué à tout ça et je devais avouer que ça se sentait un peu. La fin de l’épisode arrivé, la voix familière de Patch me faisait tourner la tête, au sens propre du terme même si ça marchait aussi au sens figuré. J’ai arqué un sourcil en attendant la suite de sa phrase, le regard plongé dans le sien. Je pouvais m’y perdre durant des heures. Ses yeux marrons m’hypnotisaient complètement, c’était comme si à travers eux je pouvais lire en lui et que je voulais à tout prix arriver au bout cet interminable bouquin. Ses baisers s’enchainaient, tous plus doux les uns que les autres. Lorsque son souffle est venu effleurer la peau de mon cou, un agréable frisson à traverser mon corps et un sourire à légèrement étirer mes lèvres. Un sourire un peu niais, mais qui en disait long sur ce que ces diverses sensations faisaient naître en moi. Mais tout s’est brusquement arrêté. Alors que j’étais concentré sur lui et les agréables ressenties qu’il provoquait en moi, celui à détourner son regard pour porter son attention à la télévision qui visiblement venait d’annoncer une nouvelle importantes que j’avais manquée. « Je .. euh .. », je n’avais pas vraiment eu le temps de dire quoi que ce soit, ni même de comprendre réellement tout ce qui venait de passer puisque le temps que mon euphorie du moment redescende, le beau ténébreux m’avait déjà embrasser pour filer comme un courant d’air sans vraiment crier gare. Ou peut-être l’avait-il fait, je n’avais pas vraiment tout suivi pour le coup. Quand il s’est assis, sa voix masculine et pleine de bienveillance s’est à nouveau adressée à moi, faisant se dessiner un sourire au coin de mes lèvres. « Tu sais Patch, j’ai jamais été difficile et c’est pas vraiment quelque chose qui a changer en quelques mois .. », lui ai-je adressé en déposant la cuillère qu’il m’avait donné sur la table échangeant au passage avec lui un regard que je voulais rassurant. « J’en mangerais un peu plus tard, la pizza m’a bien calé pour l’instant. », terminais-je par dire avant de venir déposer sur sa joue un baiser doux et affectueux. Le dos contre le dossier du canapé, j’ai relevé mes jambes jusqu’à ce que mes genoux ne se collent à ma poitrine avant de reposer mon regard sur l’écran de télévision. Evidemment ce retrait à l’égard de Patch n’avait rien de personnel, je ne voulais juste pas l’étouffer, préférant le laisser manger tranquillement sa glace. Je crois que mes yeux étaient grands ouverts, concentrés sur ce qui se passait à l’écran. Finalement, il n’avait pas tort, il n’était pas si vilain le fils du shérif, les bras un peu faible mais il avait un petit quelque chose dans le visage qui le rendait vraiment sympathique. La moitié de l’épisode est passé à une vitesse folle, d’ailleurs, sans vraiment m’en rendre compte, j’avais posé ma tête sur ce que je pensais être le dossier du canapé. Mais au moment de me redresser le temps de la pause publicité, je me suis bien vite rendu compte qu’il s’agissait plus de l’épaule de Patch que du canapé en lui-même. Je ne sais pas comment je m’étais débrouillée, j’avais sans doute posé ma tête sur le côté comme j’avais l’habitude de le faire quand j’étais seule mais ma tête avait dû glisser. Enfin bref, toujours est-il que je me redressais, pour attraper ma cuillère et l’un des pots de glace histoire de patienter le temps de la pub. Evidemment elle avait un peu fondu entre temps, mais je l’a préférais ainsi : ni trop congelé, ni à l’état de soupe. Juste dans un entre deux parfait. J’ai rapidement jeté un coup d’œil au gout avant de l’ouvrir pour y planter ma cuillère. « Alors tu crois qu’il va finir par revenir ? J’ai entendu dire que l’acteur ne ferait pas parti du casting de la seconde partie de la saison. Du coup, je me dis qu’au final il se pourrait qu’il ne revienne pas du tout. », lançais-je un peu déçue. Mine de rien je l’aimais bien ce personnage il avait un côté attachant qui apportait un certain charme à la série. J’ai finalement planté ma cuillère dans la glace pour attraper le bras de Patch, le passant autour de mes épaules, calant avec délicatesse mon dos contre une partie de son torse. J’ai repris ma cuillère avant de l’enfourner dans ma bouche, collant le dos de ma main contre mes lèvres surprise par le froid. « Dans le fond, je suis un peu déçue que la série se termine mais dans un autre je me dis qu’elle a déjà tellement évolué depuis le début que finalement, il pourront pas nous proposer mieux. », ai-je finalement ajouté après avoir avalé ma cuillérée de glace à la vanille. « Mais l’univers, la particularité de chaque personnage et l’ambiance qu’ils ont réussi à créer va vraiment me manquer. », ai-je conclus avant de pencher ma tête en arrière pour chercher son regard. « Pas toi ? », demandais-je avant de reprendre ma position initiale continuant à dévorer le pot de glace. « Je t’ai même pas demandé, tu en veux ? », ai-je ajouter sans qu’il n’ait vraiment eu le temps de répondre à ma première question. En fait, je crois que je souffrais du même mal que lui mais à un autre stade, j’avais peur de mal faire mais contrairement à Patch j’avais ce côté un peu plus détendu qui ne me poussait pas nécessairement vers la perfection absolue à tout prix. La pub devait avoir commencée et la suite de l’épisode ne devrait pas tarder mais c’était toujours tellement interminable ces histoires de spot publicitaire, des fois j’avais l’impression que ça ne terminerait jamais. Cela dit, si ça ne terminais jamais et que je pouvais resté pour l’éternité contre Patch je signais tout de suite …

camo©015

_________________________

I'M STILL. BREATHING.
find light in the beautiful sea. i choose to be happy, you and i, you and I we're like diamonds in the sky. you're a shooting star i see a vision of ecstasy when you hold me, i'm alive. we're like diamonds in the sky i knew that we'd become one right away oh, right away at first sight i felt the energy of sun rays. i saw the life inside your eyes. so shine bright, tonight you and i. we're beautiful like diamonds in the sky. eye to eye, so alive. we're beautiful like diamonds in the sky shine bright like a diamond.©️.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


Message
Sujet: Re: How wonderful life is, now you're in the world - Joan    - Dim 5 Mar 2017 - 10:45



How wonderful life is, now you're in the world
Ft. Jowy

Jowy ? Pas trop difficile ? C'était ma mémoire qui flanchait ou c'était vraiment pas vrai et les quelques souvenirs que j'ai, je les confondaient avec d'autres souvenirs plus en lien avec mes soeurs qui elles ont le chic pour être casse pied sur des détails, comme par exemple le parfum de la glace... Non mais il se trouve que je peux comprendre ! Imagine ton grand frère va faire les courses -super sympa le type !- mais ! Il ramène aucun parfum de glace qui te plait ? enfin je veux dire, c'est hyper chiant ? Pas vrai ? Enfin c'est gentil mais... Peut mieux faire ? Donc ben... J'étais à la fois content de savoir que visiblement ce n'est pas le cas de Joan. En revanche j'aimerais bien voir jusqu'où elle n'est pas difficile... Parce que, sans aucun gène macho de ma part : c'est une fille ! Passons...
En ce qui concerne l'état d'esprit des scénaristes de cette superbe série, j'en savais rien. Est-ce que je voulais qu'elle s'arrête ? Qu'elle continue ? Qu'ils trouvent un moyen de la faire survivre alors qu'on est bien d'accord, sans les 3 acteurs principaux dont le ptit garçon du shérif, c'est pas le même délire cette série...  J'en savais rien du tout. Je crois que... A cet instant précis j'étais juste agacé de devoir attendre 15 mois entre chaque dernier épisode... Alors que les teasers montrent bien qu'ils sont déjà filmés !!! Avec un petit spoil tout mignon d'un truc trop craquant qu'on meurt d'envie de voir, et qui n'arrive : jamais......
En revanche je savais ouais qu'elle allait me manquer à moi aussi parce que cet univers surnaturel me plait beaucoup.... Ca fait fleure bleue, mais osef ! J'aime les histoires de lycéens parfois mal dans sa peau avec une révélation, des supers pouvoirs ou autres !

J'avais commencé à picorer dans un bac de glace sans faire attention à comment elle s'était mise sur le canapé. Je commençais à devenir à l'aise ou quoi ? Et avant que j'ai le temps de lui répondre quoique ce soit sur mes attentes pour la suite de cette série, elle s'était approprié mon bras, et s'appuyait tout simplement contre moi, non pour me déplaire.. J'avais laissé mon bras autour d'elle sans trop bouger parce que toute façon ma respiration c'était coupée... C'était toujours dans la case inhabituel ! J'allais pas m'y faire en 1h30 ! Elle semblait tellement à l'aise à s'approprier la chose, bon le fait qu'on soit chez elle devait jouer un peu... Alors que moi je restais le souffle coupé de sentir son odeur de si près et pendant aussi longtemps. « Euh.. Non, enfin euh pour la glace non merci enfin j'en ai déjà pas mal pris, merci ! Et puis ben... Ben... Oua... Ouais ! Ouais, c'est sûr que... ben ça risque de me manquer. Mais en fait, j'aimerais bien je crois, que la fin arrive pour de vrai ! Tu sais au lieu de nous faire attendre comme des débiles pendant encore 6 mois..? » Ah ! Je venais de mettre le doigt dessus ! On sait que ça va se finir, alors autant qu'ils crachent le morceau tout de suite, non ?

Ses cheveux si près de ma tête qui répandaient son odeur en plein dans mon nez me donnaient juste envie de fermer les yeux, ce que je fis avant de légèrement tourner ma tête vers elle pour que mon nez et ma bouche soient complètement mélangés à sa masse capillaire et collés contre sa tête.
Ca me coupait même l'envie de parler, faut le faire hein ! L'épisode passait, et je ne le regardais que d'un oeil, j'étais bien trop concentré ou plutôt captivé par autre chose... Les glaces avaient beau se transformer en liquide, je crois que je m'en foutais... Quand elle en eu fini avec sa glace, ma main a instinctivement cherché la sienne, et s'est empressée de glisser mes doigts entre les siens. Tout en continuant de faire mine de regarder ce qu'il se passait à la télé, mais soyons bien clairs, j'y étais plus du tout... Je crois que... Je rentrais dans un état second qui menait au sommeil... Mais ! Je me suis vite ressaisi quand j'ai compris que la fin de l'épisode approchait, et j'ai tendu le bras pour choper la télécommande et éteindre la télé. Avant de... de reprendre là où j'en étais... Dans mon état comateux bien trop confortable pour en sortir... J'ai passé l'autre bras autour de Joan, ma tête elle, n'avait pas bougé d'un millimètre. « Eh ben... eh ben... pas de bisou ! C'est ce que je disais... Attendre... Encore attendre... » Après avoir dit ça je pouvais plus m'empêcher de faire des espèces de mini bisous sur le dessus de sa tête.
C'était le genre de moment tellement agréable, où il n'y avait pas besoin de parler. Juste de rester comme ça, l'un contre l'autre, ou plutôt l'un avec l'autre... Et juste profiter... Je sais pas combien de temps venait de s'écouler mais je sais que moi ici, j'étais bien, et que fallait pas me déranger... « Ils t'ont plu quand même ces épisodes ? » Je posais cette question autant pour elle que pour moi. Je crois que j'attendais beaucoup trop de chaque épisode et que je pouvais pas m'empêcher d'être un peu déçu à chaque fois que le suspens durait un épisode de plus... Mais... Mais bon, ça restait cool quand même. « Je crois que mon avis est trop mitigé... J'en peux plus d'attendre que les séries avancent... enfin surtout celle là... »

Le temps continuait de passer et nous n'avions toujours pas besoin de bouger. Non j'vous jure, ça servait à rien !
Et en même temps... Je pense que... je pense qu'il était temps que je pense à dire qu'il fallait peut-être que je pense à partir..? Mais ça allait juste être impossible... Et en même temps... Au delà du fait que c'était raisonnable, il me semblait que c'était ce qu'il fallait faire... de toute façon j'envisageais bien de venir la voir tous les jours. Si c'était pas ici mais à son boulot c'était la même chose. C'était même pas une décision à prendre, c'était bien plus qu'évident ! C'était, enfin mais merde c'était normal ! J'ai posé ma joue contre sa tête pour qu'elle puisse entendre ce que j'allais dire, au lieu de lui parler dans la tête... « Je pense.... que... enfin je veux dire que... Il faudrait certainement que je pense à partir..? »

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 14/04/2016
Messages : 610
Avatar : holland roden

Message
Sujet: Re: How wonderful life is, now you're in the world - Joan    - Mar 25 Avr 2017 - 1:42

how wonderful life is, now you're in the world.

patch
&
joan
Les heures s’étaient écoulées à une vitesse folle. Il faut dire qu’à coup de quarante minutes par épisode et de quinze minutes par débat post-épisode, ça s’expliquait plus ou moins. Je m’étais levé, d’un seul coup à vrai dire. Quittant ses bras le temps de débarrasser le dessert. Assise sur le rebord du canapé, je rattroupais l’ensemble des glaces. « Tu as raison. Rose doit s’inquiéter de ne pas te voir rentrer à une heure aussi tardive. », lui adressais-je avant de tourner ma tête en sa direction un léger sourire aux lèvres. Il ne vivait plus chez sa mère et je le savais très bien, mais je crois que j’aimais bien le taquiner. Il est vrai que sa mère était toujours plus ou moins inquiète pour ses enfants et cette inquiétude avait dû s’accroître après le décès de sa fille. A cette pensée, je lui ai finalement adressé un sourire bien plus large, je l’espérais un tant soit peu rassurant. Puis, j’ai fini par me lever apportant avec moi le peu de chose qui restait sur la table. Dans la cuisine, je n’arrêtais pas de gigoter : une fois vers le réfrigérateur pour y ranger tout ce qui y avait sa place, une autre pour faire la vaisselle. C’est en voulant passer de l’évier à la table de je tombais nez à nez avec Patch. « Excuse-moi. », lui adressais-je avec un petite grimace. « L’habitude de tout finir au plus vite après la visite des amis. », admis-je en haussant les épaules. Il était vrai que j’étais du genre à ne pas traîner, j’aimais que les choses soient faites et qu’on en parle plus. Alors quand je recevais des amis à la maison, j’avais cette fâcheuse habitude de faire au plus vite histoire de ne pas passer trois heures à le faire le lendemain et, ainsi, pouvoir profiter de ma matinée de repos. J’ai finalement souris, je connaissais son visage par cœur et je ne me trompais jamais. J’ai finalement pincé mes lèvres entre elles. « Et bien, je crois que le moment est venu de se dire aurevoir. », ai-je repris baissant légèrement le regard. Le silence avait commencé à s’installer entre nous, cela dit, il n’avait rien de gênant. En réalité, je crois que nous voulions tous les deux gagné du temps. Retarder ce moment fatidique ou nous devrions nous séparer encore une fois. Puis, quelqu’un se mit à frapper trois fois à ma porte ce qui ne manquait pas de me faire sursauter. Les coups avait été violents et pas vraiment réguliers. Portant ma main à mon cœur qui battait à mille à l’heure après cette frayeur,  je pinçais mes lèvres entre elle avant de m’avancer vers la porte. J’avais une vague idée que qui il pouvait s’agir, à cette heure tardive il n’y avait qu’une seule et unique personne pour frapper contre une porte de cette manière. Le souffle court je m’approchais du judas pour y jeter un coup d’œil. J’ai finalement tourné les talons, face à Patch, j’appuyais mon dos contre la porte. Un sourire pincé aux lèvres, je crois que je n’allais pas pouvoir le laisser partir aussi facilement qu’il ne l’aurait souhaité. « Tu te souviens de ce type bizarre dont je te parlais tout à l’heure .. », commençais-je par dire, mon regard inquiet plonger dans le sien. « Il faut vraiment que je me prenne un chien. », ajoutais-je le regard vitreux. Je ne savais pas qui était cet homme et encore moins ce qu’il trafiquait dans nos couloirs à des heures aussi tardives. J’ai finalement replongé mon regard dans celui de Patch. « Je suis pas certaine que ce soit le moment idéal pour sortir d’ici. », avouais-je une pointe de désolation dans la voix. J’avais fini par décoller mon dos de la porte pour venir enrouler mes bras autour du cou du jeune Cipriano, je crois que j’avais besoin de me sentir en sécurité. A chaque fois que ce détraqué venait trainer dans les parages j’étais terrifiée, alors le fait de sentir une présence masculine me rassurait un tant soit peu. Finalement, après quelques minutes de silence absolu dans le couloir, la voix tremblante et malsaine de l’individu se fit entendre. Je n’étais pas capable de vous dire ce qu’il disait mais toujours était-il qu’il le chantait. J’ai légèrement resserré mon étreinte autour du jeune ténébreux. « Me laisse pas. », ai-je souffler d’une voix à peine audible, si bien qu’il n’avait pas dût m’entendre. Ce type me flaquait une trouille monstre, tournant la tête de manière à ce que Patch sente mon souffle dans sa nuque, j’ai finalement pris ma décision. « Tu veux bien rester ? », demandais-je en profitant de son parfum. J’ai finalement relevé la tête pour lui faire face. Fronçant les sourcils, je venais de me rendre compte de ce que je venais de lui demander. Les choses pouvaient sembler légèrement rapides présenter comme ça, c’est pourquoi mes yeux se sont arrondis quand je m’en suis rendu compte. « Enfin, je veux dire .. », commençais-je à balbutier perdant le fil lorsque mon regard s’arrêtait sur ses lèvres. « Jusqu’à ce qu’il parte.. Je veux dire jusqu’à ce qu’il parte. », ai-je ajouter reprenant le cours de mes pensées. « Enfin, je veux dire que, tu peux rester plus longtemps, mais .. enfin, .. », terminais-je par dire abandonnant l’idée de lui faire comprendre ce que je voulais dire. J’ai fermé les yeux pinçant mes lèvres entre elles sous la gêne préférant, ne rien ajouter de plus…

camo©015

_________________________

I'M STILL. BREATHING.
find light in the beautiful sea. i choose to be happy, you and i, you and I we're like diamonds in the sky. you're a shooting star i see a vision of ecstasy when you hold me, i'm alive. we're like diamonds in the sky i knew that we'd become one right away oh, right away at first sight i felt the energy of sun rays. i saw the life inside your eyes. so shine bright, tonight you and i. we're beautiful like diamonds in the sky. eye to eye, so alive. we're beautiful like diamonds in the sky shine bright like a diamond.©️.mad love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message
Sujet: Re: How wonderful life is, now you're in the world - Joan    -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» wonderful, wonderful, wonderful life ~ 14/05, 14h00
» [Stinger's Story n°13] It's a wonderful life !
» ∆ Wonderful life.
» — bring me to life
» Life in UCLA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-