AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité, viens nous donner ton avis sur PRD et Bazzart
et récolte des points supplémentaires dans la course au membre du mois ! ♥
Le forum fête ses trois ans ♥
Merci à chacun de vous pour ces belles années !
Des intrigues ont été mises en place pour fêter l'anniversaire du forum !
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil dans la partie évènements ♥
Les soldes font leur retour pour la rentrée !
C'est par ICI ♥

 Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 239
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino    - Mar 4 Juil 2017 - 21:21




...'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em.

Doucement, Madeline ouvrit les yeux. Son regard tomba instinctivement sur le réveil qui trônait sur la table de chevet, annonçant 3h43. Dans la pénombre de la chambre, la jolie brune eut tout d’abord du mal à se rappeler du lieu où elle se trouvait et comment elle était arrivée dans ce lit. Puis c’est en sentant ce bras puissant qui l’encerclait avec une infime délicatesse que tout lui revint en tête : le verre entre collègues, la fin de soirée des plus douces et surprenantes, le baiser et enfin, le retour chez Valentino. Ce dernier la tenait contre lui, profondément endormi. Maladroitement, elle tenta de relever la tête pour l’observer. Il avait l’air si paisible… La jeune femme osait à peine bouger, craignant de le déranger en se décalant de nouveau. Alors elle resta là, la tête reposant sur son torse, calée avec soin dans le creux de son épaule. Ainsi blottie contre lui, sa main se baladait de manière hasardeuse sur son ventre. Madeline était bien, comme rassurée après de nombreuses et trop longues nuits à chercher une présence à ses côtés, une chaleur qui lui faisait terriblement défaut. Elle avait sur le dos un de ces t-shirts trop grands pour elle qui autrefois avait pu lui servir de chemise de nuit et qu’elle avait tant aimé porter. Un qui ressemblait d’ailleurs au vêtement qu’elle avait embarqué avec elle, lors de son départ précipité. Bien que prêté pour cette nuit uniquement, il n’en faisait pas moins remonter de nombreux souvenirs. Bons comme mauvais. D’une moue boudeuse et en restant toujours la plus silencieuse possible, Madeline décida de chasser de son esprit ce qui pouvait la peiner, au profit d’un sentiment plus doux. Cette nuit, il n’y avait rien eu d’autre que de la tendresse, mêlée à une certaine forme de pudeur et de retenue. Ils s’étaient simplement enlacés, et la jeune femme avait fini par se noyer dans ses pensées. Le sommeil avait été plus fort, malgré une lutte acharnée pour profiter du moindre instant passé à être bercée par la respiration de son ex. Ils s’étaient observés, apprivoisés et finalement accordés l’un à l’autre un peu de répit. Ils avaient baissé la garde, comme si le besoin de l’autre était trop fort pour passer au-delà de tout ça et conserver ces relations cordiales qu’ils venaient tout juste d’instaurer entre eux. Seulement, elle se doutait bien que ça ne serait pas aussi simple… Bien sûr, elle en avait bavé en revenant à la Nouvelle-Orléans. Mais suffisamment pour retrouver la confiance de l’italien ? Non, c’était certain. Machinalement, elle chercha à réduire davantage le peu d’espace qu’il y avait encore entre eux, pressant son petit corps contre le sien. Et cela, sans réaliser qu’elle risquait de le réveiller… Un grognement léger annonça un sommeil perturbé ; puis la main de Valentino, posée sur la hanche de la jeune femme, émit une douce pression sur cette dernière. Elle lui intimait l’ordre de ne plus bouger, sans doute par peur qu’elle ne s’en aille et disparaisse une nouvelle fois. « Mad’ ? » Sa voix endormie en semblant plus grave et terriblement sexy. Il devait à peine se reconnecter à la réalité à en entendre ce surnom prononcé si spontanément. « Chut… -murmura-t-elle doucement. Je suis là. Rendors-toi… » Sa main glissa sur la sienne, l’enveloppant pour le rassurer et affirmer sa présence à ses côtés. Elle déposa un baiser délicat dans le creux de son cou et ferma à son tour les yeux pour tenter de se rendormir et espérer avoir le cœur plus léger au petit matin.
_________________

Cela avait-il été le cas en se réveillant ? Pas vraiment. Pour autant, Madeline s’était efforcée d’agir normalement afin de n’éveiller aucun soupçon chez le beau brun. Elle ne voulait pas lui communiquer ses angoisses ou encore faire germer dans son esprit des interrogations qu’il ne se posait pas pour le moment. Et encore ce matin, assise derrière son bureau, elle lançait quelques regards dans sa direction. Ils n’avaient pas tellement reparler de ce rapprochement et rien de tel ne s’était reproduit depuis. Une telle gêne n’avait jamais été de mise entre eux, hormis lors de son retour surprise dans la région -qui avait été un vrai choc pour Di Bello. Madeline composait avec, esquissant de temps à autre un sourire bienveillant ou effleurant discrètement sa main ou son avant bras lorsqu’ils se croisaient au détour d’un couloir. C’était parfois imperceptible, mais toujours suffisant pour lui arracher un doux frisson et faire comprendre à Valentino qu’elle était toujours là… « Ellis, tu as terminé la recherche que je t’ai demandé sur le dossier Baldwin ? » La brunette hocha la tête, tout en tournant l’écran de son ordinateur en direction de son patron. « J’ai scanné la base de donnée et trois profils sont ressortis. Je t’envoie ça… » En trois clics, tout le contenu fut transféré, offrant le temps à l’inspectrice de prendre un second café dans la salle de pause. Tasse à la main, elle se dirigea vers la petite cuisine aménagée en sifflotant.

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino    - Lun 31 Juil 2017 - 21:14



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Bask in the glory of all our problems.


Madeline░Valentino
Cette nuit, le cœur de Valentino semblait être en paix. Comme une vague de bonheur, de sentiments paisibles, le submergeant, et laissant au très loin chacun de ses problèmes. Madeline était là. Ils avaient passé une bonne soirée. Et elle était là, surtout. Il ne s'était rien passé, mais c'était juste suffisant pour l'apaiser. Madeline était tout contre lui, et les rêves du jeune flic n'avaient jamais semblé être si doux. Dans son sommeil, Valentino resserrait légèrement l'étreinte avec la jeune femme, comme s'il craignait qu'elle ne s'en aille pour toujours, une fois de plus. D'ailleurs, en la sentant se mouvoir, il n'avait pu s'empêcher de se réveiller à moitié, l'appelant pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, qu'elle était bien là. Elle lui avait confirmé qu'elle était là, et sans l'ombre d'un doute, il s'était rendormi. Non, ça n'était pas un rêve. Tout ça était réel.
Le reste de la nuit se passa très bien pour Valentino. Il était comme entouré d'une aura paisible, très certainement en provenance de sa belle, bien qu'il n'affirmerait jamais, ô grand jamais, ou plutôt il n'était pas prêt à le faire, qu'elle comptait tant que ça, à ce moment précis.

La matinée avait été assez étrange. Un sentiment que l'aînée des Ellis l'évitait. D'un côté, tout cela, ça avait été passablement étrange. Il ne savait trop quoi faire ou trop quoi dire. Il avait beau jouer le fier, il avait laissé parler son cœur bien trop de fois depuis la soirée dernière. Il serait complétement idiot de nier tout cela en bloc. Ou plutôt digne de Valentino, bien qu'il ne soit pas totalement bête.
Et au travail, l'impression restait la même. Il avait choisi de rester silencieux, bien qu'un peu nerveux de cette situation. Comment devait-il agir ? Que devait-il dire ? Qu'est-ce que tout cela signifiait dans l'esprit de sa brune.. Mais ses angoisses semblaient à chaque fois balayées par les moments de proximité. Entre les contacts physiques qu'elle créait quand ils passaient à côté, il aurait fallu être aveugle pour croire qu'il y avait un quelconque problème.. Quoique, par moment, cette idée n'avait de cesse de revenir pour tenter de s'insinuer dans son esprit.

Valentino s'était levé juste au moment où James était venu parler à Madeline -pure coïncidence- et s'était rendu dans la cuisine, pour se faire un café. Le temps d'allumer la cafetière, il ouvrit un des placards et récupéra sa tasse, y versant un large jet de café, dégueulasse, au passage, et s'était installé le dos contre la fenêtre, retourné de trois quart vers celle-ci, qui menait vers un petit balcon. C'était le temps de pause, et depuis qu'il ne le prenait plus pour fumer, il fallait bien qu'il le passe autrement. Il entendit des pas arriver, et se redressa, en se tournant légèrement pour voir qui il s'agissait. Madeline. Évidemment. Ce qui lui arracha un sourire. Salut.. Ils s'étaient déjà croisés, mais pas vraiment en tête à tête, vu qu'elle était partie juste avant lui. Il baissa les yeux, en se rendant compte qu'à sa vue, son cœur s'emballait.


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 239
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino    - Jeu 24 Aoû 2017 - 14:00




...'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em.

Prise dans ce qu’elle faisait, Madeline n’avait même pas vraiment fait attention aux allers et retours dans l’open-space. C’est donc tout naturellement qu’elle s’était rendue dans la petite cuisine des bureaux, sans se rendre compte que Valentino l’avait devancé. Alors, lorsque son regard se posa sur le beau brun alors qu’elle était encore dans le couloir, Mads ne pu s’empêcher d’avoir un petit temps de pause. Machinalement, elle s’était appuyée contre l’encadrement de la porte, discrètement, son mug toujours en main. Val lui tournait le dos, s’affairant à préparer son café, si bien qu’elle en profita pour promener son regard sur lui. Elle le détailla de la tête aux pieds, en prenant le soin d’admirer ses épaules développées et son joli derrière ! C’est qu’elle n’allait pas s’en priver ! Tout ça lui avait aussi manqué, mine de rien ! Mais en réalisant qu’un sourire en coin était apparu sur ses fines lèvres rosées, elle se reprit aussitôt et jugea bon d’entrer dans la dite cuisine. Valentino avait dû entendre ces derniers pas puisqu’il l’avait aussitôt salué, accompagnant ce simple mot d’un sourire totalement craquant. « Hey…! Toi aussi tu avais besoin d’une dose de caféine ? » Il fallait bien brisé la glace, non ? En tout cas, Madeline en avait l’impression. Non pas que la situation soit tendue entre eux, mais elle sentait venir un fin nuage de gêne. Il suffisait d’observer Valentino, qui avait détourner le regard comme pour éviter d’assumer un éventuel silence. Ce matin, ils avaient échangé quelques banalités tout en se préparant rapidement, puis elle avait filé avant lui… En bref, ils avaient évité de parler d’eux, et Madeline leur avait évité des explications à n’en plus finir auprès de leurs collègues pour justifier le fait qu’ils venaient ensemble au travail. Pouvait-elle lui faire le moindre reproche ? Sûrement pas. C’était délicat, et elle le savait très bien… Pourtant, elle ne regrettait pas un seul instant cette évolution et cette prise de risque avec lui, car elle avait là le sentiment de le retrouver un peu et d’alléger ses peines anciennes.

Elle s’avança vers le comptoir et versa du café dans sa tasse, tout en lançant quelques regards dans la direction de son coéquipier. « Tu t’en sors sur ton dossier ? » Elle tentait d’échanger avec lui, et il était plus facile de parler du travail que d’abord des sujets plus personnels. Peut-être que ça n’était pas le moment, ni le lieu pour parler de ça après tout… Madeline ne souhaitait pas le mettre mal à l’aise et commettre une bourde. C’était la dernière de ses envies ! Alors pour ne pas faire de faux pas et reculer de 3 pas alors qu’elle en avait fait un en avant la veille, elle s’appliquait à aborder des sujets neutres dans un premier temps. Tout en l’écoutant, elle porta sa tasse à ses lèvres et… « Ah…! » Elle se crispa et pinça sa bouche sous l’effet de la douleur. Elle venait de se brûler, bêtement ! « C’est pas possible… Je suis pas futée ! »

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino    - Jeu 31 Aoû 2017 - 22:13



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Bask in the glory of all our problems.


Madeline░Valentino
Valentino avait cette horrible impression que la journée promettait d'être longue. Très longue. Madeline passait son temps à l'éviter, presque même à l'éviter du regard. Pourtant, même quand ils ne se parlaient plus, Valentino s'était rendu compte à quel point il s'agissait d'une tâche ardue. Avec son bureau en face de celui de la flic, il y avait forcément un moment où le regard de l'un se posait sur l'autre. Pourtant, le flic avait l'impression que devant lui, il y avait un mur, impassible et froid.
Déjà qu'il lui était souvent compliqué de rester concentrer dans le bruit des cerveaux qui fusent, comme il disait, à la PJ, c'était encore pire dans ces conditions. Et il n'avait de cesse de repasser la soirée de la veille dans sa tête. Pourquoi est-ce que ça avait changé du tout au tout au petit matin ? Cette femme avait l'art et la manière de le déboussoler, de lui faire perdre tous ses moyens, comme aucune autre n'avait pu le faire, et ce, depuis le tout premier jour où il l'avait vue. Il s'en souvenait encore, comme si c'était de la veille que c'était arrivé. James avait été tellement fier de faire un binôme qu'il considérait comme compliqué, vu que Valentino était du genre macho, et à prendre des décisions inconsidérées, alors que Madeline était tout l'inverse. Il se souvenait du sourire qu'elle avait eu quand il lui avait souhaité la bienvenue, et de la façon dont elle l'avait envoyé bouler quand il lui avait fait une vanne machiste. James l'avait dit à Sean, à l'époque, qu'il était sur que ça allait faire une équipe explosive, qui défrayerait les chroniques. Or, il ne savait pas, à l'époque, combien il aurait raison, et surtout, que c'était sur de si nombreux plans.


A cause du manque de sommeil, et du besoin impressionnant d'énergie dont il avait besoin ce jour-là, il était parti se faire une tasse, puis deux de café dans la cuisine du poste. Il y passait beaucoup plus de temps que ce qu'il n'aurait dû, mais comme il n'avait jamais un dossier en retard, les heures supp non payées aidant, il ne se faisait pas vraiment réprimandé sur ça. C'était un peu son repère. Depuis des années.
Quand Madeline était arrivé, il avait pris le parti de ne pas lui parler de la nuit passée, de laisser le sujet en suspens. C'était mieux comme ça. A sa salutation, elle avait très rapidement répondu.
Et oui, la caféine, c'est la vie. Il avait baissé la tête sur sa tasse, et il l'avait vidée d'un trait. Le café était devenu tiède, parfait pour un quasi cul-sec. Il s'en remis une tasse pleine dans son mug, juste après la demoiselle. Oui, ça va.. C'est pas un dossier de folie, mais la personne qui s'en est occupée a un peu fait n'importe quoi au niveau des PV, il faut tout vérifier.. le bonheur de refourguer le travail aux petits stagiaires ou à ceux de l'école de police, sans les superviser, puis de les donner à revoir cent ans plus tard à un officier de brigade. Et toi ? ajouta-t-il, en tournant la tête en l'entendant crier. Madeline ! Est-ce que ça va ?! Il ne savait pas quoi faire pour l'aider, et avait posé sa tasse sur le comptoir, attendant de voir ce qu'il pouvait faire. Il avait tiré de l'essuie-tout, donné une partie pour qu'elle s'essuie, et l'autre, l'avait mise sous l'eau froide pour les endroits de sa peau ayant été touchée par le liquide chaud. Tiens. Passe toi ça sur la peau, ça soulagera le feu. fit-il, lui tendant le dit papier mouillé, pour ne pas dire le papier trempé.


par humdrum sur ninetofive

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 239
Avatar : Sophia Bush
Métier : Agent de Police

Message
Sujet: Re: Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino    - Dim 3 Sep 2017 - 18:31




...'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em.

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans une situation qui vous échappait totalement ? De celles qui vous bouleversent, qui vous déroutent… Dont vous aimeriez garder un certain contrôle et pourtant qui vous file entre les doigts. Ne pas tout saisir, ne pas comprendre, s’interroger… C’était exactement ce que traversait Madeline ce matin ! Alors, pour éviter de faire la moindre erreur, elle restait sur la réserve avec Valentino ; ne se rendant pas compte au passage qu’elle pouvait lui envoyer de mauvais signaux. Mais il fallait bien la comprendre, comme le jeune homme avait toujours pris soin de mettre des distances conséquentes entre eux, elle ne voulait pas le bousculer après cette nuit passée dans sagement dans ses bras, dans le plus grand des secrets. Personne ne les avait vu repartir vraiment ensemble. Aucun témoin de leur baiser furtif. En agissant comme d’habitude, elle n’allait pas le forcer à assumer quoique ce soit auprès de l’équipe. Elle n’était pas dans sa tête, elle ne savait pas ce qu’il pensait de tout ça puisqu’ils n’en avaient pas parlé. Peut-être que cette pause café serait l’occasion, non ?

« Ou pas ! » -répondirent en cœur le destin et la maladresse de la jolie brune. En voulant boire une première gorgée de café chaud, Madeline s’était brûlée, sans manquer d’en renverser un peu sur son t-shirt dans un mouvement de recul. Pas le temps de répondre tant la surprise fut grande et la douleur soudaine ! Elle s’était légèrement penchée en avant comme pour éviter que le tissu chaud n’entre trop en contact avec sa peau, les bras écartés… La tasse termina sa course sur le plan de travail, alors qu’elle faisait le constat haut et fort de sa bêtise. Valentino, quand à lui, eu une réaction plutôt chevaleresque et bienveillante, en s’inquiétant pour elle. « Je… Oui, oui.. Ça va… Je suis juste maladroite… » Oui, on dira ça Madeline ! Tss ! C’était surtout qu’elle avait la tête ailleurs et qu’elle ne faisait plus vraiment attention à ce qu’elle faisait. « Merci… » -lança-elle en récupérant l’essuie-tout qu’il lui tendait. Doucement, elle tenta d’éponger un peu de café sur son haut, laissant tout de même une tâche conséquente après son passage. Et puis Valentino lui donna des petites compresses fraîches improvisées avec ce qu’ils avaient près d’eux. En voulant s’emparer du papier imbibé, sa main effleura la sienne. Du bout des doigts. Alors elle releva le regard vers lui, et plongea dans le sien quelques instants. Finalement, ce n’est pas le papier qu’elle récupéra, mais la main de son coéquipier à la place. Lentement, elle la guida tout d’abord vers son menton un peu rougis, pour qu’il se charge lui-même de l’apaiser. Un silence régnait dans la cuisine, sans pour autant devenir gênant. Madeline n’avait pas lâcher Val’ du regard. Leurs mains glissèrent jusqu’au haut de sa poitrine, suivant le col rond de son t-shirt… Même sans compresse, cette simple caresse aurait pu la soulager, Maddy en était persuadée ! Elle laissa échapper un sourire en coin, émis une légère pression sur les doigts de Valentino, puis le libéra de son emprise. « Je pense que je vais éviter la caféine finalement… » Son cœur battait tellement fort qu’elle n’avait pas besoin de plus, en effet !

_________________________

    'Cause I got issues, but you got 'em too. So give 'em all to me and I'll give mine to you. Bask in the glory, of all our problems. 'Cause we got the kind of love it takes to solve 'em. Yeah, I got issues. And one of them is how bad I need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 25/02/2015
Messages : 351
Avatar : Jesse Lee Amazing Soffer
Age : 34
Métier : Flic à la Criminelle

Message
Sujet: Re: Bask in the glory of all our problems... - Madeline&Valentino    - Mer 13 Sep 2017 - 22:25



“perfect love is the most beautiful of all frustrations because it is more than one can express.”



Bask in the glory of all our problems.


Madeline░Valentino
L'attitude de Madeline le perdait totalement. Et cela ne l'aidait pas non plus à agir comme il le faisait ou l'aurait fait. Il s'était promis, quand elle était revenue, de ne pas être trop proche d'elle, ni même de lui faciliter la tâche pour le travail. En vérité, à son arrivée, il aurait presque souhaiter lui faire comprendre qu'il valait mieux qu'elle s'en aille, qu'elle retourne de là où elle venait. Il s'était promis de ne plus lui laisser accéder au Valentino plus ou moins agréable, quitte à lui rendre la vie dure, très dure. Et pourtant, il avait décidé d'abandonner cette attitude puérile très vite, en se promettant de laisser le travail plutôt facile entre eux. Et puis, après, il avait fini par lui ouvrir à nouveau son coeur. A ce sujet il s'était confié à son grand père Sicilien, le seul qui ne soit encore en vie. Il lui avait, sagement conseillé d'attendre, et de voir ce que la vie lui réservait, plutôt que d'essayer de tout prévoir, et de gâcher son existence avec des questions et des angoisses. Qu'il fallait attendre, et ce  avec tous les risques que cela comprenait. Dont celui qu'elle reparte à nouveau. D'ailleurs, à la suite de cette matinée assez tendue, il avait presque était prêt à entendre à nouveau qu'elle était partie, qu'elle avait vidé son bureau, et qu'elle avait laissé son appartement, quittant la ville. Encore une fois. Qu'il se retrouve avec Sean, à discuter de ce qu'il avait perdu en buvant quelque chose comme sa sixième, peut-être septième pinte. Il adorait Sean. Mais il préférait largement éviter ce genre de situation une fois de plus.

Il préférait largement se retrouver là, dans l'espèce de cuisine du poste, avec un café, face à Madeline, malgré le silence quelque peu gênant. Mais malgré tout, c'était quelque peu rassurant de la voir là, sans pour autant qu'il n'y ait de l'animosité entre eux. Juste la maladresse de Madeline.
Valentino s'y connaissait assez bien pour tout ce qui concernait couper le feu. C'était notamment grâce à sa grand-mère de Sicile. Quand elle était en vie, elle passait son temps à lui donner des remèdes de grands-mères, qui passaient de génération en génération. Et puis, il y avait aussi ses propres remèdes, qui étaient modifiés et testés au fur et à mesure. Pour couper le feu, elle passait son temps à le regarder droit dans les yeux, et à lui parler d'adresse, mais surtout d'huile d'olive. Tous ses remèdes étaient avec ça. Mais ici, pas d'huile d'olive. Alors, les compresses mouillées suffiraient, il l'espérait.
Quelle ne fut pas sa surprise, quand Madeline attrapa non pas l'essuie tout mais sa main, le guidant sur sa peau. Il n'était pas vraiment gêné, mais plutôt... déboussolé. Lui qui pensait presque qu'il finirait par apprendre son départ, voilà autre chose. Il la laissa faire, et quand elle délivra sa main, il essuya encore les traces de café. Il ne pu retenir un léger rire en l'entendant. Oh, ça... Tu es encore capable de trouver autre chose pour te bruler. Dit-il, avant de lui tourner le dos pour mettre l'essuie-tout à la poubelle.


par humdrum sur ninetofive


Spoiler:
 

_________________________


She just walk away
She just walked away.. Why didn't she tell me, and where do I go tonight? She didn't say a word, just walked away.. When she left me, i was the last to know..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» People's Glory
» MARQUE BATTLE HONORS et OLD GLORY votre avis?
» TNA Bound For Glory 2010
» LES CITYZENS : Triumph without peril brings no glory.
» Glory, Mon âme est froide comme la glace.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-