AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité, viens nous donner ton avis ou nous laisser un message d'amour sur PRD et Bazzart
et récolte des points supplémentaires dans la course au membre du mois ! ♥️
Le forum a trois ans ♥️
Merci à chacun de vous pour ces belles années !
Préparez-vous à frémir de peur
L'événement d'Halloween est toujours là ! Les inscriptions sont fermées mais il vous est toujours possible de poster dedans ♥️

 Keep calm and come again ft. Thiago
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 10 Sep 2017 - 19:41





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Dans le magasin, Thiago avait pu regardé toutes sortes de maillots de bain, imaginant parfaitement bien Alize dedans. Mais... il avait préféré se taire, connaissant un minimum la jeune femme pour ne pas la rendre mal à l'aise. Mais ouais, il aurait adoré la voir dans ce bikini bordeaux. Tant pis ! Ou tant mieux sinon, il n'aurait pu détacher ses yeux de son corps du temps qu'elle se trouverait en maillot de bain devant lui, et serait sans doute passé pour un pervers. Chose qu'il ne souhaitait pas ! Bref, au final, il n'avait même pas pu voir le maillot de bain que la jeune femme avait choisi. Tant pis, ça lui apprendrait à rêvasser comme ça.

Après avoir fais leurs achats, vestimentaires et leurs repas de midi, ils étaient remontés dans la voiture du jeune homme, bouclant leur ceinture lorsqu'un gargouillis venant du ventre de la jeune femme émana dans l'habitacle de la voiture,provocant un léger sourire sur les lèvres de Thiago. "Est-ce que tu penses réussir à tenir jusqu'à ce qu'on arrive ou bien tu veux qu'on mange ici ?", lui demanda-t-il alors, légèrement amusé par le gargouillis du ventre affamé d'Alize, mais bien plus par son petit "oups". "J'ai une idée où on pourrait manger, c'est à mi-chemin. Est-ce que ça ira ?", il ne voulait pas non plus qu'elle soit affamée ! Mais au pire, si elle avait réellement faim à n'en plus pouvoir, ils pourraient toujours manger dans le parc de la ville qui se situait à quelques rues d'ici.

"Non, pas vraiment. J'ai pas tellement l'habitude de visiter la Nouvelle-Orléans, et la Louisiane en règle générale. ", lui avoua-t-elle. "Quelle tristesse... c'est très joli ici. Moi c'est le contraire, dès que je peux, je pars pour visiter. Des fois tout seul, ou alors je passe chercher mon petit frère à Lafayette quand il est libre. ". En fait, il avait toujours été un peu comme ça, à traîner un peu n'importe où pour visiter ou juste se promener. Et c'est vrai que le fait d'arriver dans un pays étranger avait accentué ce côté un peu solitaire aventurier chez lui. Il avait plus visité ici, qu'au Brésil. Au Brésil il n'avait jamais eu vraiment le temps ni l'énergie pour faire ce genre de choses. "Maintenant je peux visiter, alors j'en profite.", rajouta-t-il par rapport à cette période brésilienne où il n'avait pas pu profiter de sa jeunesse en réalité. On ne dirait pas derrière ses grands sourires, ses blagues idiotes et sa joie de vivre que lui et son frère avaient vécu tant de difficultés à surmonter dans leurs vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Sam 16 Sep 2017 - 10:32

Keep calm and come again

Mon estomac adorait me jouer des tours. Depuis que je l'avais malmené, je ne savais jamais à quoi m'en tenir. J'avais tantôt faim tantôt je n'arrivais pas même à manger. Bref, un véritable plaisir au quotidien quand la personne chez qui on vit aime la ponctualité et les trois repas minimum dans la journée. Enfin... sauf que depuis quelques temps, Nonna me forçait à prendre un goûter si tant était que j'étais à la maison aux heures où elle le prenait de son côté. J'avais fai mais je n'étais pas affamée. Pourtant, il semblait que le grognement de mon ventre véhiculait une idée complètement différente. La blague. Thiago semblait avoir compris ce que mon estomac voulait faire croire, à savoir que j'étais complètement affamée.  « Je peux tenir t'inquiète. » Je n'allais pas non plus me perdre dans des explications sur le fait que mon estomac était détraqué et faisait n'importe quoi. Sinon, de suite, ce serait moi qu'on penserait détraquée.

Mais, je considérais l'offre du sergent. Ouais, en fait ça me semblait tentant quand même. Je n'allais toutefois pas le présenter tel quel. « Honnêtement, tout me va donc c'est comme ça t'arrange le mieux. » Encore une fois, je pouvais patienter, ce n'était vraiment pas un souci. Tant que lui, ça ne le dérangeait pas, je m'adaptais. J'étais quand même loin de chez moi, sans clé, et dans la voiture d'un mec que je connaissais sans le connaître.

La Louisiane, c'était là où j'habitais depuis presque toujours mais à l'exception de la fois où j'étais partie en vacances avec Keo, ma cousine, je n'avais que trop rarement eu l'occasion de visiter. Alors, non, c'est vrai, je ne pouvais pas me vanter de connaître des coins et surtout pas ceux dont il me parlait, qui m'étaient complètement inconnus de nom et de localisation. « Je suis partie une fois en Italie, mais sinon je pars toujours plus loin que la Louisiane. » L'Italie, c'était la Terre de ma mère, mes origines que je tenais d'elle, la seule chose positive qu'elle m'avait donné. Voire la seule chose qu'elle nous avait réellement donné à Bianca et moi. En plus de la vie, mais ça, on n'y pouvait pas grand chose non plus. « Peut-être qu'un jour je visiterai, histoire de profiter aussi un peu, qui sait. »
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 17 Sep 2017 - 18:50





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Alors que Thiago venait de découvrir qu'Alize commençait à avoir faim, il lui avait proposé qu'ils se rendent à mi-chemin entre ici et le lieu où il voulait l'emmener, afin qu'ils puissent manger face à une belle vue, le repas qu'ils avaient chacun choisi. D'ailleurs, en y pensant, lui aussi commençait à avoir les crocs. En même temps, il était debout depuis six heures trente où il avait avalé un bon petit déjeuner certes, mais c'était un vrai ventre sur pattes. Et, comme il n'avait rien mangé depuis, juste bu un café, il commençait à vraiment ressentir cette faim. Fort heureusement, le lieu auquel il venait de penser n'était qu'à vingt ou vingt-cinq minutes ! "Ok, dans ce cas, on va là-bas. Tu verras, ça vaut le coup d'attendre.", lui dit-il avec un léger sourire, tout en tournant la clé de la voiture pour la démarrer après avoir attaché sa ceinture. Et c'était parti ! Ils avaient un peu de route pour aller jusqu'à la destination finale, mais, en la "coupant" en deux avec l'arrêt "casse-croûte", Alize n'y verrait sans doute que du feu !

C'était étrange de se trouver avec la jeune femme dans un autre contexte que le commissariat de police. Ou même lui en uniforme, en service, ou loin du fait de la "sauver". Peut-être que cette fois-ci, elle déciderait de s'ouvrir un peu plus à lui. Non pas pour qu'il puisse l'aider comme parfois, mais plutôt parce qu'elle en aurait envie. En même temps, elle avait accepté de venir avec lui, ce qui était un grand pas d'après lui. En y pensant, ça va que c'était lui, parce qu'en fait, elle était quand même décidé à partir dans un endroit qu'elle ne connaissait pas, avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas non plus. Niveau prudence on repassera ! Enfin... ce n'était que Thiago. Pas un genre de pervers, ou psychopathe. "N'empêche, t'as de la chance que je sois un des gars les plus gentils du monde, parce que t'es quand même montée dans une voiture avec un gars que tu connais à peine et tu vas quelque part que tu ne connais pas.", plaisanta-t-il avec un sourire amusé alors que la voiture circulait dans les rues de la Nouvelle-Orléans, en direction de sa sortie. "Enfin bon, je vais pas m'en plaindre.", rajouta-t-il, un sourire aux lèvres, le regard sur la route. Après tout non, il n'allait pas s'en plaindre car ça faisait un moment qu'il avait envie de passer un moment avec la jolie blonde, ailleurs que dans les locaux de la police.

Alize lui expliquait alors qu'elle,elle partait plus loin que la Louisiane. Comme l'Italie par exemple. D'ailleurs, à cet annoncé, Thiago haussa les sourcils, un peu impressionné à vrai dire. Il n'aurait pas pensé qu'elle ait pu prendre l'avion en direction de l'Europe. Ce n'était pas vraiment la porte à côté. "Et ben... je suis surpris. Le plus loin que j'ai pu faire, c'est le Brésil. Mais je ne suis pas sûr que ça compte.", lui avoua-t-il, gardant les yeux sur la route, doublant quelques voitures. Il ne s'en cachait pas, mais Thiago ne savait même pas si Alize était au courant qu'il n'était pas né ici. En même temps, le brésilien écorchait quelques mots parfois, donc, elle avait sans doute dû remarqué que l'anglais n'était pas sa langue maternelle. Beaucoup pensait que son père, sa mère et son frère avaient quitté le Brésil pour les États-Unis, pour Lafayette plus précisément. Si seulement ils savaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Ven 6 Oct 2017 - 12:17

Keep calm and come again

J'adressais un sourire à Thiago. Si ça valait le coup, c'était cool. Je n'avais pas l'habitude de manger sous une belle vue. Ca avait dû m'arriver moins d'une douzaine de fois dans ma vie, ce qui n'était pas vraiment engageant.  « Ca marche ! » Pas comme si j'avais le choix en même temps, même si le problème ne se posait pas, mais sans clés ni voiture, comment pouvais-je faire, sinon lui faire confiance ?

Nous avions démarré depuis quelques minutes et regarder défiler la route me passionnait carrément, moins qui n'en étais pourtant jamais vraiment fan. C'était très étrange d'être dans une voiture que je ne connaissais pas avec quelqu'un que je voyais toujours dans un cadre très différent, mais étrangement, j'appréciais. Je ne pus m'empêcher de sourire à sa phrase. C'était vrai que j'étais le genre à toujours m'attirer des ennuis. Mais, je n'étais jusqu'alors jamais monté dans la voiture d'un inconnu, ou alors pas seule, avec des gens qui connaissaient cet inconnu et que je connais également. Mais j'avais confiance. Thiago m'avait aidée tellement de fois, que je ne me faisais pas de soucis. De plus, il était agent de police, et il connaissait la loi, pas la peine de flipper pour que dalle. « T'es quand même dans la police, ça marque la confiance quand même... puis tu m'as aidée à de nombreuses reprises, je pense que si tu n'étais pas un type bien, je l'aurais su depuis le temps... » Enfin, même si certains psychopathes apparaissaient comme de bons samaritains, aussi. Je ne relevais pas son autre phrase. Je n'étais pas prête de m'en plaindre non plus, plutôt que d'appeler ma soeur ou ma grand mère pour me faire réprimander... une nouvelle fois.

J'avais parlé de l'Italie. Je ne savais pas si je m'apprêtais à le regretter ou non, mais j'avais étrangement de quoi parler, moi qui me trouvais souvent mal à l'aise si je n'étais pas derrière mes fourneaux.  « Eh oui... ma mère était italienne. » EST italienne. Mais j'avais déjà assez honte d'elle après mon passage en Californie avec Bianca pour raconter qu'elle était une junkie et que j'avais hérité d'une de ses tares avec mon anorexie... « T'es de là-bas ? J'ai remarqué que tu avais parfois des difficultés avec l'anglais... » Même que parfois il avait un léger accent que je n'avais jamais su identifier, sur certains mots.
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 15 Oct 2017 - 22:45





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Après avoir convenu pour le repas du midi, Thiago venait de dire à Alize qu'en fait, elle n'était pas très prudente à être montée dans la voiture d'un inconnu. Même si ce n'était pas lui qui lui ferait du mal, c'était certain. Mais après tout, ça, elle n'en était pas sûre ! Enfin... comme elle venait de le lui dire, il était de la police et en plus, il l'avait aidé plus d'une fois. Elle n'avait pas tort. Non et puis vraiment, il ne pourrait pas lui faire de mal, c'était impensable. Que ce soit à elle comme à une autre d'ailleurs ! Ce n'était pas son genre, loin de là. Lui, il était plutôt du genre a aidé les gens plutôt qu'à les blesser. "Oui, tu n'as pas tort.", avoua-t-il en haussant une épaule alors qu'il reposa les yeux sur la route après avoir regardé rapidement dans la direction d'Alize. Il avait vraiment du mal à croire qu'ils allaient passer un moment "normal" tous les deux, loin du commissariat ou de cette ambiance. Tant mieux, il voulait apprendre à la connaître dans un autre contexte depuis un moment.

Sa mère était italienne. Alors elle aussi elle avait perdue sa mère. Comme quoi, ils avaient peut-être bien quelques points communs. Même si ce n'était peut-être pas les meilleurs. Le décès de sa mère avait été une véritable claque pour Thiago. Pourtant, ça avait aussi été une sorte de délivrance, pour lui, pour elle, comme pour son petit frère. L'atmosphère dans laquelle ils avaient tous les trois vécu avait été insoutenable. Pourtant, avec du recul, Rafael et lui s'étaient plutôt bien débrouillés. En tout cas, ça aurait pu être pire. "Tu sais parler italien ?", lui demanda-t-il alors. Il avait toujours trouvé cette langue chantante. D'ailleurs, ses anciens voisins au Brésil étaient italiens et, même lorsqu'ils s'engueulaient c'était beau ! En tout cas, à ses oreilles.

Thiago lâcha un petit rire lorsqu'Alize lui appris qu'elle avait remarqué qu'il avait parfois quelques problèmes en anglais. "Et encore, tu ne m'as pas vu énervé.". Enfin si, elle l'avait vu une fois, et il n'avait pas parlé, c'est pire quand il est comme ça. C'était dans cette ruelle, lorsque l'ex d'Alize avait voulu la frapper et qu'il était arrivé juste au bon moment. Il avait gardé sa mâchoire serrée afin d'éviter de l'insulter et, après avoir lâcher le poignet de ce co**ard, il avait serré les poings, essayant de garder au maximum son calme. Son simple regard avait parlé pour lui, et indiquant à ce Kris de partir. Et rapidement si possible. Oui, quand il restait muet, c'était pire que lorsqu'il parlait en portugais. Bien pire. "Mais sinon oui, j'ai vécu au Brésil jusqu'à mes...16 ans et quelques.", dit-il, hésitant, ne se rappelant plus exactement. C'était à l'époque où il avait changé sa date de naissance sur son passeport afin de pouvoir travailler donc, il se mélangeait un peu les pinceaux lorsqu'il repensait à cette époque. Le jeune homme se mordilla légèrement la lèvre face à cette conversation, se rendant compte que ce qu'il venait de révéler à Alize allait sans doute engendrer des questions. Des questions auxquelles il n'avait pas forcément envie de répondre, des sujets qu'il n'avait pas envie d'aborder. Thiago serra légèrement la mâchoire en repensant à tout ça, il inspira alors profondément, les yeux fixés sur la route "Fodas... Corra com o teu carro !", s'exclama-t-il alors qu'il fut obligé de freiner derrière une voiture qui ne roulait pas... Un vrai papy... Le genre de chose qui l'agaçait. Autant rouler trop vite était dangereux, mais l'inverse pouvait l'être tout autant. Mais dans un sens, peut-être que la conversation prendrait un autre tournant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 15 Oct 2017 - 23:04

Keep calm and come again

Parler de ma mère, ça me faisait souffrir. Je ne l'avais pas connue, et j'étais allée la voir récemment, en prison, en Californie, pour lui demander des explications. Il se trouvait qu'à chaque fois qu'elle sortait, elle finissait par être à nouveau prise en flag de consommation ou d'achat. Typiquement stupide. Je regardais Thiago, subitement mal à l'aise en réalisant quelque chose qui m'avait frappée. « La mère de mon père aussi est italienne, Nonna. Avec le temps elle a perdu totalement son accent et tu te doutes qu'avec un nom comme le mien, on pense davantage que je suis américaine. Je crois que c'est comme ça que mes parents se sont rencontrés... Enfin, non pas que ça m'intéresse, mais voilà. » J'avais pas honte de mes parents, ça non, enfin... si, ma mère, mais mon père, c'était pas ce que j'avais vécu avec lui qui allait changer ma vie, même si je lui étais reconnaissante de nous avoir donné la vie que l'on avait eu avec notre grand-mère. Et puis, malgré tout, on le voyait souvent, Bianca et moi, il venait souvent nous rendre visite. Bref, autant dire que mon rapport à mes parents était on ne peut plus compliqué et, bien que je n'avais pas envie d'en parler, affirmer que j'en avais rien à faire, c'était totalement vrai.

Je haussais les épaules. « Si, un po'... Mais on parle davantage anglais à la maison. Ma grand-mère a perdu l'habitude de l'italien depuis très longtemps. » Avec qui d'autre le parler sinon ? Bianca ? Ouais, mais il fallait dire que l'anglais, ça restait plus simple dans tous les cas, alors autant ne pas se casser le cul avec toutes ces langues, tant que celle que je parlais était commune à mes interlocuteurs, tout allait pour le mieux. Enfin, j'espérais. Un petit rire s'échappa de ma gorge. « Toi aussi ? Quand je suis énervée, mais vraiment vraiment, les seules insultes qui sortent de ma bouche sont en italien... bon, je t'avoue, j'ai eu le droit à beaucoup de savon sur ma langue en étant petite... » C'était bizarre pour moi de partager ce genre d'informations autant sur moi que sur lui avec Thiago. Jusque là, nous n'étions pas vraiment autre chose qu'un flic et une paumée qui passait son temps au commissariat, du coup c'était une situation qui m'échappait énormément mais qui n'allait pas du tout pour me déplaire, étonnement.

J'écoutais ce qu'il disait, calmement. Mais les questions se bousculaient dans ma tête et la curiosité me piquait. Toutefois, s'il n'en disait pas beaucoup, peut-être était-ce simplement qu'il n'avait pas envie de trop se dévoiler ? En tout cas, c'était mon cas à moi, ça oui ! Mes sourcils se froncèrent automatiquement, sans que je ne les commande. Je m'apprêtais à assouvir ma curiosité en prenant des chemins détournés. « Tu es parti pour travailler ? Suivre ta famille ? » Je ne voulais pas en savoir plus que ce qu'il avait bien envie de me raconter, et je ne voulais pas le pousser à trop en dire. De plus, je ne connaissais pas du tout les législations au Brésil, et je ne savais pas à quel âge on pouvait commencer à y travailler. Ou travailler ailleurs, en tant qu'émigré. Alors, non, je ne posais peut-être pas les bonnes questions, mais un simple "pourquoi", trop vaste pourtant, l'aurait sans doute forcé à aller trop dans le détail de quelque chose qu'il ne voulait pas raconter. Comme moi avec mes parents, par exemple.

Un petit vieux sans doute, face à nous, et Thiago s'embarquait déjà dans une langue que je ne reconnaissais pas et identifiais donc comme du portugais. J'avais donc raison, lui aussi, il insultait dans une autre langue que l'anglais. C'était bien drôle. Avec un peu de mesquinerie, je me demandais si lui aussi s'était fait nettoyé la langue à coup de savon à cause de ses insultes. « OH LA LA ! » m'exclamai-je hilare. « Qu'est-ce que tu viens de dire, là ? »
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Mer 18 Oct 2017 - 21:48





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Le jeune homme écoutait attentivement sa voisine, gardant malgré tout ses yeux sur la route. D'ailleurs, il hocha la tête avec un sourire lorsqu'il l'entendit lui dire qu'en entendant son nom, on pense directement qu'elle est une américaine pure souche. "Moic'est le contraire, t'entends mes deux prenoms et mon nom et tu sais directement que je ne suis pas américain.", plaisanta-t-il dans un rire. En même temps, qu'est-ce qui fait américain dans Thiago Luis Reis ? Pas grand chose. Alize lui expliqua qu'elle savait un peu parler italien, mais qu'elle n'avait pas vraiment de personnes à qui le parler. "Il faut que tu la pousses à te parler italien.", lui dit-il avec un sourire. Thiago avait toujours adoré cette langue alors, peut-être qu'un jour il lui demanderait de lui apprendre quelques bases. Pourquoi pas ? En plus, ça lui ferait une excuse pour la revoir...! "Quand je suis arrivé à Lafayette chez mon oncle, Rafael et moi on avait interdiction de parler portugais pour qu'on puisse apprendre plus vite l'anglais.", lui apprit-il, les mots sortant une nouvelle fois de sa bouche bien trop vite. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait ? Il n'avait qu'à tout lui racontait tant qu'il y était. "Enfin bref.", rajouta-t-il, espérant que cette simple petite phrase indique à Alize que c'était sans grande importance et qu'il ne voulait pas en parler davantage. Est-ce qu'on venait de lui injecter du sérum de vérité ? Il fallait croire oui...

Thiago lui avoua qu'il parlait en portugais lorsqu'il était énervé. Voilà une révélation sans vraiment d'impact, et tant mieux. A partir de maintenant, il faisait attention à ce qu'il révélait. Mais cela s'avérait plus compliqué que prévu. Et voilà qu'Alize lui disait qu'elle aussi, lorsqu'elle était réellement énervée, elle parlait en italien. Mais c'est la phrase d'après qui le surpris le plus. Du savon sur la langue ? "On t'a mis du savon sur la langue parce que tu disais des gros mots ? Ou alors c'est une de ces expressions américaines que je ne comprends toujours pas ?",demanda-t-il après avoir froncé les sourcils, imaginant une petite blondinette se faisant frotter du savon sur la langue... "Une fois, ma tante a sorti une expression à mon petit frère, c'était "Tu as fumé la moquette ?", et on était tous les deux en mode "Mais tata... il y a pas de moquette dans la maison, et en plus, on fume pas. En portugais cette expression on ne la dit pas comme ça. On dit "Cheirar cola", ça veut dire "sentir la colle en gros. Du coup, on comprenait pas ce qu'elle nous disait. Heureusement que mon oncle nous a fais la traduction sinon on y serait encore dessus.", lui raconta-t-il, après avoir réfléchi à si oui ou non ça allait avoir un gros impact. Mais il adorait raconter cette histoire et se souvenir de la tête qu'ils avaient fais tous les deux avant de rire tous les quatre ensemble de ce malentendu.

Mais voilà qu'il avait parlé un peu trop rapidement, un peu trop tout court, et qu'elle lui posait des questions. C'était normal, et il aimait l'idée qu'elle souhaite apprendre à le connaître. Ou bien faisait-elle ça simplement par curiosité... "Je savais pas que t'étais de la police maintenant.", lui lança-t-il alors, un petit sourire aux coins des lèvres, comme pour plaisanter, même si, au fond, il était tendu, ses mains s'étaient fermement agrippées au volant et il ne lâchait pas la route des yeux. Il espérait que cette simple phrase ferait comprendre à Alize qu'il ne souhaitait pas parler de ça. Elle comprendrait sans doute que sa vie n'avait pas été forcément toute rose à lui non plus, mais tant pis. Il préférait ça plutôt que lui en parler, ne serait-ce qu'un peu. Il ne voulait pas raconter cette histoire. Son histoire. C'était émotionnellement trop dur. Même avec son frère il n'en avait jamais parlé, ou bien son parrain, sa tante. Sa mère et les raisons de leur installation à Lafayette, c'était des sujets totalement proscrits chez lui car tout ça ravivait des souvenirs plutôt douloureux, lui remémorant les crises que sa mère avait pu avoir et qui était particulièrement dures à gérer, ou pire, lui rappelant le jour où il l'avait découvert dans la salle de bain...

Après cette petite séquence émotion de son côté, qu'il avait tenté de cacher tant bien que mal et, notamment grâce à ce papy, le rire d'Alize qui résonna dans l'habitacle le fit sourire, tout comme sa question d'ailleurs. "Je lui ai gentiment demandé d’accélérer.", lui répondit-il avec un sourire angélique après l'avoir regardé. Ok, il n'avait pas vraiment dis ça, ou en tout cas pas aussi gentiment, mais... elle comprendrait ce qu'il avait dis sans doute ! Sa voiture n'était peut-être pas toute jeune, mais elle en avait sous le capot. Alors, après avoir bien vérifier qu'il n'y avait personne en face, il accéléra, augmentant rapidement sa vitesse et se déporta afin de doubler la voiture de ce papy avant de se remettre sur sa voie. Ok, il avait peut-être fais un excès de vitesse afin de pouvoir le doubler rapidement, et sans le gêner mais... chut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Jeu 19 Oct 2017 - 22:59

Keep calm and come again

J'avais haussé un sourcil. Il était vrai que jamais jusqu'alors, il ne m'était venu à l'esprit de me poser des questions sur l'identité du sergent qui prenait toutes mes dépositions. Pourtant, je les entendais dire son nom en séparant bien des syllabes qui, si ça n'avait tenu qu'à moi, n'auraient fait qu'une. Je préfère être honnête. Je n'ai pas pour habitude de dire ce que je préfère cacher, mais là, il m'a prise au dépourvu. « Je n'y avais jamais pensé. » Puis, si on reprenait les choses en contexte, je ne m'étais jamais intéressée à Thiago en tant que Thiago, mais en tant que Sergent Reis. Je le vannais sans cesse sur ça, je n'étais pas sympa avec lui, je n'avais aucune raison de m'intéresser à ses origines. Puis c'était pas comme si, jusque là, j'en avais vraiment eu quelque chose à faire, sérieusement. Je secouais négativement la tête. « Non... ça ne m'intéresse pas. » L'Italie faisait peut-être partie de mon identité, je connaissais sans doute beaucoup d'insultes en italien, mais l'apprendre, le parler au quotidien, ça me rebutait. Pourquoi ? Parce que c'était aussi une identité que je devais à ma mère, et je m'étais très bien faite à l'idée d'être Alize James, la petite américaine. Oui, ça me convenait très bien, même si dans le fond, même mon prénom avait une consonance italienne. Enfin, selon la prononciation bien sûr. Mais mon nom de famille effaçait tous les doutes et j'en étais bien contente, à vrai dire.

Mes sourcils se froncèrent une nouvelle fois. Il n'avait pas vécu avec ses parents. Il avait vécu, avec son frère, chez son oncle. Pourquoi ? J'étais terriblement curieuse mais je ne voulais vraiment pas le pousser à se dévoiler. Je n'aurais pas supporté s'il l'avait fait, tout ce temps, de son côté. Alors je me contentais juste d'un petit « Oh... ? » Ainsi, libre à lui de répondre ou d'ignorer, tout simplement. Et il clôturait automatiquement mes interrogations par un "enfin bref" qui laissait clairement comprendre qu'il n'avait pas envie d'en parler. En même temps, ce n'était pas non plus comme s'il me connaissait, alors se confier pouvait être compliqué, bien sûr.

J'explosais de rire face à sa réaction. « Oui... petite ma grand mère m'a menacée, et je l'ai mise au défi de le faire. C'est plus une blague que de la torture, je te rassure. Mais par la suite, elle m'a forcée à arrêter, elle avait trop peur que j'avale, même si c'était moi qui me savonnais la bouche au final. » Mais nooooon ! Je n'étais pas folle DU TOUT. « Il faut jamais prendre tout ça littéralement... ces expressions, elles sont terribles, vraiment ! C'est comme en italien... prendre quelqu'un pour un con c'est prendere in giro, littéralement prendre en tour... ça ne veut rien dire non plus, tu vois. » Je regardais Thiago, impassible. Avait-il seulement conscience de tout ce qu'il me racontait ? Et pourquoi sa mère était-elle toujours exclue du tableau ? Et son père alors ? Mais bon, au moins il avait des bons souvenirs avec son oncle et sa tante, c'était déjà ça.

Je pris un air mystérieux. C'était ça qu'on me demandait non ? « Peut-être bien, qui sait ? » Bon bien sûr, si j'avais fait partie de la police, il l'aurait su. Mais j'avais envie d'en savoir plus sur lui. Après tout j'allais être "bloquée" avec lui au milieu de nulle part au moins savoir à qui j'avais à faire, même si j'en avais déjà une petite idée. Je grimaçais toutefois en me rendant compte qu'il ne semblait pas prêt à en parler, vu qu'il s'était simplement contenté de ne rien dire. « Après si tu n'as pas envie d'en parler, surtout avec une inconnue qui te harcèle dans ta propre voiture, je comprends tout à fait, en t'en fais pas. Mais pitié ne me laisse pas au bord de la route, j'ai même pas d'argent sur moi pour dire de payer un taxi ! » J'essayais de le rassurer d'une façon ou d'une autre. Je n'étais pas le genre à lui tenir rigueur s'il n'avait aucune envie d'en parler avec moi. Je comprenais très bien que certaines choses ne me regardaient pas.

Une fois encore, j'étais sceptique. Son sourire, tout ça, ça n'avait pas l'air d'être exactement ce qu'il avait dit, et j'étais certaine qu'il se moquait de moi, même gentiment. Après tout, je ne connaissais pas un mot de portugais, même s'il m'arrivait de comprendre certaines expressions, bien que surtout des mots, qui ressemblaient énormément à l'italien. Mais ça s'arrêtait là. « T'es sûr de ça ? » à mon tour d'avoir un sourire angélique. Je ne le croyais pas quoi qu'il en était, et je me doutais que s'il m'avait répondu ça, c'était qu'il y avait une part de vrai, même infime. Alors, je préférais laisser voguer mon imagination sur la mer d'insultes et d'expressions grossières que je connaissais. Soit, très très loin.
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Mer 25 Oct 2017 - 22:55





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Parler italien couramment ne l'intéressait pas ? De son côté, ils n'avaient pas eu le droit de parler portugais entre eux pour une bonne raison, mais ça avait une raison difficile à accepter et ils s'étaient quelques fois fâcher avec son oncle pour ça. Des disputes sans grandes conséquences heureusement, mais ils étaient arrivés à un compromis, lorsque les deux frères n'étaient que tous les deux, alors oui, ils pouvaient parler portugais librement. Mais, si quelqu'un venait à entrer dans la pièce, ils devaient se remettre à l'anglais. Au début, ça n'avait pas été facile puisque l'anglais n'était pas facile pour eux, surtout pour Thiago d'ailleurs, mais au fil du temps, tout cela avait changé. Mais après tout, sans doute avait-elle une autre histoire derrière l'italien. Et puis, elle était née ici, avait grandi ici. Ce n'était pas le même contexte.

Le jeune homme, qui n'avait pas réfléchi suffisamment avant de parler, s'en mordait les doigts désormais. Enfin... non en fait puisqu'Alize ne sembla pas poser de questions sur ça. Tant mieux car révéler les raisons de son arrivée à Lafayette chez son oncle, c'était au-dessus de ses forces. Pas parce que c'était en parler à Alize, mais parce que c'était en parler tout court. Fort heureusement, la conversation prit un tout autre tournant, et une atmosphère tendant à la rigolade s'installa. Ah, donc son problème d'expression était totalement compréhensible puisqu'il existait le même genre en italien. D'ailleurs, à l'exemple donné par Alize, le brésilien ne put s'empêcher de rire un peu. "Ceux qui ont inventé les langues abusent franchement... Ils auraient pu tout faire pareil, ça aurait posé moins de problème.", proposa-t-il alors en riant un peu.

Des petits frissons avaient fais leur apparition dans sa nuque à la question totalement réthorique d'Alize "Peut-être bien, qui sait ? ", mais pas le genre de frissons agréables, plutôt celui qui n'augure rien de bon. Malgré tout, Thiago força un petit sourire décontracté, mais au fond, il avait peur des questions qui pouvaient arriver après. Bizarrement, il avait drôlement chaud là tout de suite. Son passé le mettait dans des états impossible à supporter alors, il espérait que cette conversation s’arrêterait ici. Alize, qui avait sans nul doute deviné la difficulté de Thiago à répondre, tenta de le rassurer tant bien que mal sur le fait qu'il n'était pas obligé de répondre. Chose qui fonctionna un peu, il faut l'avouer. Il lâcha même un petit rire en l'entendant le supplier de ne pas la laisser sur le bas côté. "Ne t'en fais pas, je ne vais pas te laisser seule, livrer à toi-même au milieu de nul part. En plus, je serais obligé de venir te secourir après donc bon...", plaisanta--t-il gentiment, mais, même s'il préférerait largement que tout roule pour elle plutôt qu'elle subisse tout un tas de choses, ça ne le dérangeait pas de venir jouer les "chevalier servant". Même si ce n'était pas toujours, voire jamais, accepté avec le sourire de la jolie blonde. "Ce n'est pas de t'en parler le problème. C'est juste d'en parler tout court.", avoua-t-il et c'est sans doute la seule chose qu'il avouerait aujourd'hui. La jolie blonde n'avait sans doute pas l'habitude de le voir avec un point faible. Au commissariat, il n'y avait pas vraiment de raisons à le voir destabiliser, l'environnement ne s'y prêter pas. Mais là, certains sujets pouvaient être abordés puisque le contexte professionnel n'était plus présent. Chose qui s'avérait beaucoup plus difficile que ce que Thiago aurait pu penser.

Thiago s'était énervé contre ce petit vieux, en portugais bien entendu... Chose qui avait fais éclater de rire sa jolie voisine. Jolie voisine qui, soit dit en passant, ne croyait pas Thiago lorsqu'il lui avait expliquait qu'il n'avait rien dis de méchant. A cette question "T'es sûr de ça ? ", le jeune homme ne put s'empêcher de sourire, haussant légèrement les épaules en continuant sa route. Ils étaient à seulement deux ou trois minutes de leur "arrêt pique-empapaoute". "Et bien, ne sais pas trop... ça fait depuis ce week-end que je n'ai pas parlé portugais du coup... Je suis sans doute un peu rouillé.", lança-t-il comme pauvre explication. N'importe quoi...

Après ces quelques minutes de conduite, Thiago prit la sortie suivante, atterrissant dans un endroit un peu vide, près de l'eau. Au moins, ils ne seraient pas embêtés par la foule, et en plus, ils auraient une vue plutôt sympa. Il gara sa voiture sur le côté et arrêta le moteur. "Et voilà, première partie du voyage terminée.", lança-t-il en se détachant avant de sortir de sa voiture et de regarder le paysage. Ce n'était pas un paysage "incroyable", il s'agissait simplement d'une grande étendue d'eau mais lui, il trouvait ça magnifique. C'était peut-être parce que c'était loin des paysages tropicaux brésiliens dans lesquels il avait pu grandir. "Alors ? Qu'est-ce que tu en dis ?", lui demanda-t-il refermant sa portière avant d'aller vers elle, remettant ses lunettes de soleil sur le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 29 Oct 2017 - 23:21

Keep calm and come again

Sur le moment même, je n'avais pas remarqué à quel point le malaise s'était installé. J'avais bien évidemment très vite compris que Thiago parlait de quelque chose, quelque chose que je n'étais pas supposée comprendre. Soit. J'étais curieuse, mais je préférais toujours écouter plutôt que de poser des questions pour savoir. C'est la meilleure façon d'en apprendre plus, d'ailleurs. Là, j'avais juste compris qu'il valait mieux passer à autre chose dans notre conversation plutôt que d'envenimer le malaise déjà bien ancré. C'est au moment où j'aidais la conversation à dévier et que Thiago saisissait cette opportunité que je me rendais compte à quel point tout ça était dérangeant. Au lieu de quoi, c'était la loufoquerie des expressions qui me faisait sourire et qui, visiblement, semblait en faire de même avec le policier. Je hochais la tête en signe d'approbation. « C'est vrai que la tâche est assez ardue... À défaut de tout faire pareil, ils auraient pu se concerter pour permettre la compréhension plus rapidement : les mêmes mots dans différentes langues dans les mêmes expressions... Ou alors la même langue partout. » Même si, en fait, je n'étais pas trop d'accord avec cette idée-là. La beauté du monde allait définitivement avec sa complexité et ses langages différents. Si c'était pour que nous soyons tous les mêmes en parlant tous la même langue, autant oublier carrément notre monde et aller s'enfermer dans un endroit où nous tiendrions tous pour apprendre et parler le même langage. Inintéressant.

J'avais voulu déconner, mais je le regrettais. Car derrière ses sourires, il y avait ce côté figé de Thiago quand j'avais annoncé, tout en blaguant, que je pouvais très bien faire partie de la police. Enfin, pas tellement, vu mon sens de la déduction qui n'avait jamais vraiment brillé ! Je n'avais aucune idée de pourquoi il était ainsi. Il semblait réagir de façon froide, ce qu'il tentait visiblement de cacher. Seulement, j'avais l'habitude d'être face à des personnes et de les sonder. Alors certes, je ne faisais pas dans le détecteur de mensonges, mais à force de côtoyer des personnes avec qui on a pas particulièrement de discussion on finit rapidement par apprendre à tout analyser tant qu'il y a un soupçon de curiosité. C'était mon cas bien sûr.

Je lâchais donc un petit rire, en proie à la nervosité. Je ne savais pas là où j'avais gaffé en premier lieu mais je n'étais pas certaine d'être à l'aise à mon tour. Surtout qu'il s'agissait définitivement d'un de mes points faibles. « Oui effectivement... Puis ça te ferait perdre du temps sur ton après midi... » Déjà que la chieuse est de la partie, ajoutai-je intérieurement. J'avais l'impression de me greffer à je ne savais trop quoi et de forcer un peu tout le monde à me faire la charité tellement j'étais maladroite et tête en l'air. Ou un aimant à merdes, à voir. Et puis, tout revint aussi vite qu'un boomerang. BAM, dans ta gueule Alize ! Toutefois je comprenais. Je n'étais déjà pas une personne proche de lui, et l'inverse était totalement vrai, malgré les nombreux secours qu'il m'avait portés, et je pouvais comprendre que se confier à un inconnu, selon le degré d'indicible de la chose en question, c'était difficile. « Je ne te force pas, ne t'en fais pas. Tu en parleras le jour où tu seras prêt à le faire et à la personne à qui tu voudras en parler. » Ca, c'était mon petit côté philosophe, alors que mon for intérieur criait à la curiosité. Mais même sans ça, je n'étais pas certaine que savoir ce qui le tourmenter m'intéresserait, au final. Alors, je me contentais de grandes phrases, et c'était déjà ça.

Je plaignais sincèrement tous les gens qui affrontaient le portugais du brésilien. je n'avais aucune idée de ce qu'il pouvait dire, de ce que ça pouvait vouloir dire, mais je compatissais sincèrement avec ce petit papy qui avait juste voulu se promener à sa guise. Je haussais les sourcils, toutefois pas convaincue. « C'est ton excuse ça ? Non parce que sérieusement, depuis ce week-end ? Cherche mieux la prochaine fois si tu souhaites que je te crois ! » Le rire me gagnait à vitesse grand V, et j'étais plutôt soulagée et en fait un peu ravie de voir à quel point tout ceci prenait un ton léger. Au moins, ma journée n'était pas complètement foutue, enfin jusqu'à ce qu'il faille que je sonne chez moi et que j'explique pourquoi je n'avais pas mes clés.

Thiago arrêta la voiture. Immédiatement je compris que nous étions arrivés à l'endroit dont il m'avait parlé quelques minutes auparavant. Eh oui ! Une James blonde n'est pas forcément une James stupide ! En me détachant, je me ruais à l'extérieur. Non pas que je craignais la voiture ou que je voulais m'échapper, loin de là, mais apprécier la nature, c'était top. Et puis, ne connaissant pas le coin, j'avais assez hâte de pouvoir admirer. Il n'y avait pas grand chose à voir, d'un point de vue purement technique, mais c'était cette simplicité qui rendait tout ça si magnifique. J'en restais bouche bée. « C'est splendide! » avouai-je en me tournant vers mon interlocuteur. Honnêtement ? Avec ses lunettes, il était à la fois ridicule et impressionnant. Le paradoxe parfait. Alors, je me mordais la lèvre pour ne pas exploser de rire et avoir à expliquer quelque chose que je n'aurais pas su expliquer par un autre outil que ma folie. « Tu viens souvent ici ? » Je m'étonnais un peu. Comment pouvais-je avoir manqué ça ? Bianca avait pourtant essayé de me montrer la Louisiane, et mon récent camping avec Keo, ma cousine éloignée, m'avait permis d'en découvrir un peu plus. Mais jamais je n'avais vu quelque chose d'aussi magnifique et simple à la fois.
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 19 Nov 2017 - 14:29





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Le problème de la langue n'en était plus vraiment un aujourd'hui puisqu'il parlait parfaitement anglais. Même si, parfois, il buttait sur quelques mots. Notamment lorsqu'il était fatigué ou énervé, là oui, la difficulté était de retour. Mais c'est vrai que si tous les pays avaient le même langage, ce serait plus simple. Et en même temps, tous le monde serait pareil, et, de son point de vue, c'était cette diversité qui faisait la beauté du monde. De toute façon, tous le monde était différent, donc, pourquoi les langues ne pouvaient pas suivre cette règle ?

Thiago essayait tant bien que mal de cacher le malaise qui s'était installé en lui. Même s'il avait pas mal de difficulté et qu'Alize avait sans doute compris qu'il y avait une histoire derrière tout ça. Heureusement pour lui, même s'il avait compris qu'elle pouvait être curieuse, elle semblait savoir contenir cette curiosité plutôt que l'assaillir de questions auxquelles il ne pouvait ni ne voulait répondre. Pas parce que c'était elle, il ne parlait tout simplement pas de son passé. Malgré tout, lorsqu'elle l'avait supplié de ne pas la laisser sur le bord de la route, il lui avait simplement répondu que ce n'était pas dans ses projets, et que de toute façon, même s'il le faisait, il se sentirait obligé de venir la "secourir" une nouvelle fois. Tout cela était bien entendu une blague. "Oui effectivement... Puis ça te ferait perdre du temps sur ton après midi... ", lui avait-elle répondu un trop sérieusement au goût de Thiago. Alors, il lança un regard dans sa direction avant de lui donner un petit coup de coude, un sourire aux lèvres "Tu sais, je plaisantais. Parce que ça ne me dérange pas le moins du monde de t'aider quand tu en as besoin. Sinon, comment tu expliquerais le fait que j'ai demandé à l'agent de l'accueil de t'envoyer veers moi lorsque tu te retrouves au commissariat ?", lui demanda-t-il pour lui faire comprendre que sa présence ne le dérangeait pas le moins du monde. Comment ne pouvait-elle pas voir qu'il craquait complètement pour elle depuis plusieurs années ? C'était tellement flagrant. Pleins de ses coéquipiers l'avaient facilement deviné, dont Kara d'ailleurs. Mais en même temps, le cachait-il réellement ? En tout cas, Alize ne semblait pas le voir. Ou peut-être qu'elle faisait semblant de ne pas le remarqué, préférant le voir comme un lieutenant de police seulement. Il respectait ça, dans tous les cas.

Lorsqu'Alize lui annonça qu'elle n'allait pas lui poser des questions ou bien le forcer à parler, qu'il en parlerait quand il le souhaiterait et à qui il voulait, le jeune homme eût un léger sourire triste. En effet, car, dans sa tête, la réponse à ça c'était : jamais et personne. Pourtant, il savait que tout garder pour lui n'allait jamais l'aider à avancer. Les cauchemars réguliers qu'il faisait en était sans doute la preuve, le fait de ne jamais être retourné au Brésil en était sans doute une autre, qu'à chaque fois qu'il voyait une baignoire, il avait de nouveau l'image de sa mère à l'intérieur. Non, décidément, il n'avait pas du tout fait face à tout ça. "Ouais... On verra...", dit-il simplement, haussant légèrement une épaule avant que la conversation prenne un autre tournant, plus léger c'était certain.

Thiago ne put s'empêcher de rire avec Alize. Il était un terrible menteur, et Alize l'avait bien deviné sans doute. En même temps, c'est vrai que son excuse n'était pas terrible. En même temps, il n'avait pas essayé à ce qu'elle soit crédible. "Tu sauras que je ne sais pas mentir.", lui apprit-il en riant légèrement avant d'arrêter la voiture, face à l'eau. Après être sorti de la voiture, avoir mis ses lunettes de soleil tout en contournant le véhicule pour être du même côté qu'Alize, il lui demanda ce qu'elle pensait du paysage, et la réponse qu'elle lui servit lui donna pleine satisfaction. "Tu vois que ça valais le coup d'attendre pour manger.", lança-t-il amusé, se rappelant parfaitement bien les cris de famine de son estomac durant le voyage. D'ailleurs, le jeune homme alla chercher le sac plastique contenant leurs repas dans le coffre de la voiture, la verrouilla et montra à la jolie blonde une table de pique-nique au bord de l'eau, à quelques pas de là. "Est-ce que ça te va ici ?", lui demanda-t-il tout en marchant tranquillement vers la fameuse table. Est-ce qu'il venait souvent ici ? Ce n'était pas rare en effet. "Un peu. Quand j'ai besoin de sortir, que je ne sais pas où aller, je viens ici. Mais je connais d'autres coins sympa aussi. C'est souvent quand je ne travaille pas que je prends ma voiture, que je prends n'importe quelle route et je vois où j'atterris.", lui apprit-il. Bon, parfois il se perdait, mais généralement, il arrivait facilement à retrouver son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 19 Nov 2017 - 21:16

Keep calm and come again

La langue, c'était un débat intérieur pour moi. Eh oui, je n'étais parfois pas d'accord avec moi-même. Quitte à me faire passer pour folle, après tout, j'avais la famille faite pour ça, pourquoi ne pas continuer sur cette lancée ? Heureusement, je vivais avec des gens sains d'esprit, du coup, ça nuançait vachement.

Et puis, j'avais touché un point sensible, qui avait fait que Thiago s'était subitement assombri. Ca ne me plaisait pas trop, j'avais l'impression d'avoir fait une grosse bourde et ça me déplaisait réellement, je me sentais comme cette personne qui n'a de cesse de mettre les pieds dans le plat. Alors, oui, j'avais accueilli son silence avec beaucoup de compréhension. En espérant juste ne pas davantage le mettre mal à l'aise que ça, je n'avais pas envie de plomber l'ambiance avec mes questions peut-être un peu trop personnelles. Mais j'étais curieuse dans la mesure du raisonnable. J'avais appris à mes propres détriments que trop de questions mettaient mal à l'aise quand on n'avait pas plus envie de parler que ça. Et oui, moi aussi j'avais eu mon jardin secret. Ma famille était resté quelque chose d'indicible durant des années. Aux questions du genre "mais pourquoi tu vis avec ta grand-mère ?" ou encore "t'as pas de parents ou quoi ?", j'avais parfois eu du mal à répondre et à encaisser le simple fait qu'elles soient posées. Ca m'avait souvent fait mal, et je comprenais très bien que Thiago n'avait pas envie de parler plus que ça. À sa place, selon ce qu'il avait à dire, ou en l'occurrence à ne pas dire, j'aurais tenu ma langue et préféré qu'on ne me questionne pas. Alors je n'étais pas allée plus loin en voyant qu'il éviter le gros de mes questions précédentes. Pas la peine qu'il me laisse au lac toute seule, je n'étais pas capable de retrouver mon chemin, ni de faire la distance à pied. Enfin, je crois.

Et puis, au moins, il me laisserait pas sur le bord de la route. J'étais tellement un cas désespéré, dans mon genre. Il avait sans doute ressenti le besoin de me faire comprendre qu'il plaisantait. C'était vrai que j'avais pris assez sérieusement ce qu'il m'avait dit. Pas forcément dans le mauvais sens, mais j'avais conscience d'être parfois un véritable boulet. Et pas que pour lui. Mais son coup de coude m'avait fait prendre une profonde respiration. Son sourire me fit me détendre aussi un bon coup. Un peu comme s'il était communicatif alors que jusque là, je ne m'étais jamais décrispée devant lui. « Excepté parce que tu es un psychopathe masochiste, il n'y a que ta solution qui tient la route... En même temps, je représente bien le côté "blond" des blagues tu sais... » Puis c'était même pas une teinture, le pire, dans tout ça. Ma bêtise était complètement N-A-T-U-R-E-L-L-E ! Ahurissant. Puis il avait du courage, ce Thiago, d'être toujours là pour moi. J'appréciais énormément, surtout que, comme il venait tout juste de le dire, si c'était toujours vers lui que j'allais, c'était souvent à lui que je faisais perdre du temps, au delà de n'importe qui dans ce commissariat, pourtant bien blindé de fonctionnaires de police.

Sans aucune arrière pensée, je lui avais précisé qu'il n'était pas obligé de me répondre si je n'étais pas la personne à qui il avait envie de parler. Enfin, en d'autres termes, mais l'idée restait clairement là. Même si son visage - et l'éclat dans ses yeux que j'avais eu le temps de capter avant qu'il ne disparaisse aussi subitement que ce qu'il était apparut - semblaient dire que c'était impossible dans tous les cas, sa phrase semblait dire qu'il y aurait, effectivement, possibilité qu'il en parle un jour à quelqu'un. Moi, je mourrais d'envie de savoir de quoi il devait parler, mais je me mordais la langue pour ne pas lui poser toutes les questions qui me démangeaient. Après tout, je mettais en pratique ce que je lui disais, c'était ça.

Mes yeux avaient roulé tous seuls. Il ne savait peut-être pas mentir, mais il était obligé, dans l'exercice de ses fonctions, d'avoir quelques options "mensonges" à apprendre. Rien que pour essayer de bluffer un suspect, peu importe le cas ou quoi. Oui, je regardais la télé, moi ! Je savais pas grand chose au véritable fonctionnement du truc, mais à la télé, ils montraient bien que, parfois, un petit mensonge valait bien un grand aveu. Eheh ! « Tu ne sais peut-être pas mentir, je te l'accorde, mais je suis sûre que tu mens régulièrement. » Alleeeez ! il ne pouvait pas me contredire quand même, si ? Puis après tout, s'il me mentait, ça ne ferait qu'appuyer ma théorie, et très fortement la valider. Il n'avait donc pas vraiment le choix, le pauvre. Enfin, non pas que je le plaignais hein !!

Et puis j'étais descendue de la voiture quand il l'avait arrêtée. J'étais complètement ébahie parce que j'avais sous les yeux. C'était magnifique, splendide, et je n'avais même plus assez de vocabulaire pour exprimer ce que j'avais sous les yeux et ce que ça me faisait comme effet. Une fois encore, je me tournais vers lui, grimace à l'appui, et langue tirée pour répondre à sa boutade. Ah, il était fier le brésilien ! Et puis j'avançais doucement vers l'eau. C'était splendide. Jamais je n'avais vu le Bayou - si c'était vraiment le Bayou - aussi magnifique. Rien à voir que celui que l'on voyait dans les îles vénitiennes ! Non, vraiment rien du tout. Pâle fantaisie et pâle copie. Thiago me montra alors une petite table en bois, un peu plus loin vers l'eau. Ce serait là que nous mangerions. oui oui, j'étais totalement pour. Tout en acquiesçant, je lui répondais. « C'est parfait. La vue doit y être magnifique ! » Et ce même si on voyait un peu d'eau, j'en étais complètement certaine. Et je me dirigeais avec lui vers cette petite table où je n'allais pas tarder à poser mes fesses, de ravissement, même si la voiture n'avait pas fait que du bien à mon popotin, moi qui avais parfois du mal à rester assise trop longtemps, sauf si c'était moi qui conduisais. Mais autant dire qu'il y avait clairement meilleur conducteur que moi. Pire, c'était pas certain, mais meilleur, oh que si ! genre le reste de la population mondiale. Enfin, cela dit, je n'avais jamais eu d'accident non plus, j'exagérais sans doute un peu aussi. Bref. « ça doit être bien de prendre le temps d'aller ailleurs, sans forcément d'objectif, histoire de voir où on atterrit ! » Si je le faisais, seule de mon côté, nul doute que je finirais perdue dans un endroit sans aucun réseau ni aucune vie alentour. Bref, un désert humain et technologique. C'est ça quand on est doué, que croyez-vous ! « Mais je peux pas le faire... sauf si j'ai mon chien et que je laisse ma voiture derrière moi. Lui, il retrouve toujours son chemin. » Du coup, ce qui m'arrivait à moi toute seule, c'était plutôt équivoque, pas très difficile à deviner. La honte quoi...
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Dim 19 Nov 2017 - 22:26





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Un psychopathe masochiste ? Le jeune homme ne put s'empêcher de rire légèrement. C'était n'importe quoi... En fait, il craquait simplement sur elle, il n'y avait pas à chercher plus longtemps, tout ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. D'ailleurs, il n'avait jamais vraiment cherché à le cacher. Même s'il ne l'avait pas non plus crié sur tous les toits. "Un psychopathe masochiste...", répéta-t-il en secouant doucement la tête, un sourire amusé aux lèvres, qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre franchement. "Je pense qu'il y a d'autres possibilités que celle-ci. C'est même certain.", lui lança-t-il amusé. Non, il ne le lui dirait pas clairement, ce n'était pas dans ses projets, préférant attendre qu'Alize s'en rende compte par elle-même.

Par la suite, le brésilien préféra laisser passer cette histoire. De toute façon il ne souhaitait pas en parler, ce qu'Alize avait bien compris, ça ne servait donc à rien de continuer sur ce sujet. Il en parlerait un jour, peut-être, ou peut-être pas. En tout cas, ce n'était pas dans ses projets pour le moment. Et puis, il n'avait pas de vrais "amis" à qui en parler, ni de petite-amie susceptible de le voir lorsqu'il faisait des cauchemars la nuit. Donc en fait, personne ne savait réellement quoique ce soit et c'était très bien ainsi. Pourtant, au fond, il aimerait avoir quelqu'un auprès de lui lorsqu'il se réveille, paniqué, de ses horribles cauchemars, avoir quelqu'un qui le rassure, et ne pas être seul. Mais ça n'était pas le cas, et, dans un sens il préférait car ça serait une sacré plaie pour cette personne qui subirait aussi tout ça. "Tu ne sais peut-être pas mentir, je te l'accorde, mais je suis sûre que tu mens régulièrement.", lui répondit alors Alize. Elle n'avait pas tort. "Ok, je me suis mal exprimé.", répondit-il en riant un peu. "En dehors du travail, je ne sais pas mentir.", précisa-t-il alors, un sourire aux lèvres. "A ce qu'il paraît ça se voit toujours sur mon visage quand je mens à mon entourage par exemple.", rajouta-t-il alors. Mais au fond, était-ce un défaut de ne pas savoir mentir dans ces cas-là ? Mis à part pour jouer au poker... Là, il se faisait plumer à chaque fois car, à ce qu'il paraît, les autres joueurs savaient s'il bluffé ou non. Heureusement que, au boulot, il arrivait à bluffer. Mais c'était des mensonges différents, s'il mentait dans ces cas-là, pour bluffé, c'était pour la bonne cause.

Alors qu'ils étaient descendus de la voiture et que le lieutenant lui avait montré la table de pique-nique après avoir récupéré le sac, ils marchèrent tout deux vers celle-ci, s'installant l'un en face de l'autre. Thiago sortit du sac les différentes choses qu'ils avaient acheté pour le midi, laissant Alize choisir ce qu'elle voulait. Quant à lui, il attrapa une bouteille d'eau et en but plusieurs gorgées avant de répondre à la jolie blonde. "On essaiera un jour tous les deux si tu veux. On verra si tu nous emmènes dans un endroit sympa.", lui lança-t-il. Lui n'avait pas peur de se perdre. Dans le pire des cas, il ferait demi-tour et arriverait bien à retrouver son chemin. Donc, peut-être qu'elle avait une appréhension de faire ça, mais il lui laisserait choisir, rien que pour lui montrer qu'elle aussi, elle pouvait trouver des coins sympas. "Je savais pas que t'avais un chien. C'est quoi comme race ? Et son prénom ?", ok, à son tour de faire l'interrogatoire mais... Il aimait les chiens. En même temps, il valait mieux puisqu'il en avait un lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 29/05/2014
Messages : 577
Avatar : Hayden Panettiere
Age : 25
Métier : Pâtissière et étudiante en commerce

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Lun 20 Nov 2017 - 11:24

Keep calm and come again

J'aurais pu me foutre une claque, honnêtement, je l'aurais fait. Je sortais des mots, comme ça, des réflexions sans réellement faire attention à ce que je disais ni à qui je le disais. Pff Alize, mais tais-toi un peu !! Je haussais les épaules, ne voyant pas vraiment les autres éventualités. « Si tu le dis... » me contentais-je alors d'acquiescer, sans véritablement voir de quoi il pouvait retourner. J'avais l'impression que, par moments, nous dialoguions comme des sourds. Était-ce seulement possible ? Visiblement oui.

Heureusement, la conversation sur ce qu'il avait sur le coeur ne dura pas plus que ça. J'étais bien trop mal à l'aise pour être apte à la continuer quoi qu'il en soit. Et je n'étais probablement pas la personne à qui on parlait ouvertement de ses problèmes quand on savait que même moi je n'avais pas pu me sortir des miens dans mon adolescence et que c'était avec des psychologues et des groupes de paroles que j'avais remonté la pente. Youou, quelle paire de bras cassés. Enfin, si je puis dire, puisque je n'avais aucune idée de ce qu'il en était pour Thiago... et puis c'est tout.

Un sourire de triomphe s'installa sur mon visage. Il ne l'avait pas dit tel quel mais j'avais raison, et le plaisir d'avoir raison, c'était cool. Au moins, pour une fois, j'aurais pu dire "je te l'avais bien dit" avec un sourire de satisfaction bien marqué. Oui, c'est ça. De satisfaction. « J'étais certaine qu'avec ton job, t'étais obligé de mentir un peu. Pour impressionner un vilain suspect dans un braquage de banque ou quoi. Quoi ? Ne me regarde pas comme ça, je regarde pas tant que ça la télévision, je suppose c'est tout ! » Je haussais à nouveau les épaules. Peut-être que ça se voyait plus avec son entourage, mais je n'étais pas vraiment la mieux placée pour confirmer ou désaffirmer. Après tout, j'étais souvent au poste mais ça ne faisait pas de moi un membre de son entourage. Heureusement pour lui, d'ailleurs, il aurait probablement pété un câble depuis belle lurette !

Enfin, assis face à face sur la table de pique-nique, je venais clairement de laisser paraître que je ne pouvais pas partir à l'aventure les yeux fermés - au volant, c'est peu recommandé aussi, je crois - parce que je ne retrouvais pas mon chemin. Je venais de sous entendre bien fortement que je n'étais pas douée pour ça, et que seul mon chien pouvait me sauver la mise, alors oui, forcément, je ne pouvais pas comprendre de quoi il parlait exactement quand il s'agissait de prendre le temps de découvrir des endroits. Finalement, c'était peut-être pour ça que je connaissais si peu la Louisiane. Déjà que le camping avec ma cousine Keo avait été une épreuve en soi pour se retrouver, seul endroit où j'étais allée de plein gré, alors que ça ne me correspondait pas, dans un camping en pleine nature et qui plus est dans la région... « C'est un rendez-vous ? » Ca faisait déjà deux fois que je lui faisais le coup dans la journée, mais la vérité, c'était que ça me faisait bien rire. Qu'est-ce qu'un policier mignon comme lui viendrait faire avec une gourdasse comme moi ? Heureusement que nous ne nous intéressions pas. Enfin, je crois. Les mecs, j'étais tombée que sur des connards, j'en avais marre, puis j'étais bien toute seule. Même si j'essayais plus de me persuader qu'autre chose. « Ne te moque pas, promis ? C'est un border-collie, il a pas encore un an, mais on suit tous les deux des cours de dressage intensifs, il est déjà très obéissant et il est intelligent et... et... il s'appelle Nutella... » Décidément, plus nous discutions, et plus je m'enlisais dans le ridicule. Sauf que j'adorais le prénom de mon chien.
 


_________________________

Say something I giving up on you
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 23/08/2017
Messages : 51
Avatar : Mariano Di Vaio
Age : 29
Métier : Sergent dans la police

Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    - Lun 20 Nov 2017 - 21:12





"Keep calm and come again ."

Feat I. Alize James.

Ah les femmes... on a tendance à dire que les hommes ne comprennent pas ce qu'ils se passent sous leur nez, mais certaines femmes non plus... Tant pis, peut-être qu'un jour Alize se rendraient compte et Thiago prendra peut-être son courage à deux mains. En fait, il n'osait pas lui dire, pas par peur d'être repousser, mais surtout parce qu'une gène s'installerait sans aucun doute entre eux et qu'il ne voulait pas de ça. Il préférait encore pouvoir veiller sur elle en tant que simple policier plutôt que ne plus la revoir ou bien très peu. Alors oui, il attendrait qu'elle ouvre les yeux sur son "craquage" total pour elle. Et puis de toute façon, il avait du chemin à parcourir seul pour l'instant, il devait sortir de ce deuil qui n'en finissait pas. Peut-être qu'elle aussi avait des choses à accomplir seule. Elle avait déjà vécu pas mal de choses de ce qu'il avait appris, et il était sûr de ne pas tout connaître. Tant mieux car, où était l'intérêt dans ce cas ? Et puis, il avait déjà l'impression de cacher tout un tas de choses, ce qui était parfaitement le cas d'ailleurs. Même si ce n'était pas réellement volontaire.

Fort heureusement, la conversation passa à autre chose, détournant la conversation vers un sujet moins désagréable pour lui. Alors, elle avait deviné qu'il pouvait mentir, mais uniquement au travail, c'était tout à fait nécessaire parfois. Bon, l'exemple qu'elle donna concernant le braquage de banque l'avait littéralement fais éclaté de rire. "Je suis pas du FBI hein...!", s'exclama-t-il en riant un peu. "Même si j'avoue que ça pourrait être carrément cool.". Action à gogo, course poursuite, combat... Il était loin de tout ça ici, à la Nouvelle-Orléans. Même s'il avait parfois des affaires compliquées, il ne fallait pas s'en cacher. Mais oui, même s'il mentait au boulot, il ne savait pas mentir. Ah si... Il savait parfaitement mentir à la question "ça va ?", mais ça, c'était plus par habitude. Ok... En fait, il savait peut-être mentir un minimum...

Alors qu'ils étaient enfin assis face à face, près à déguster ce pique-nique improvisé, Thiago proposa à Alize, sans vraiment d'arrières pensées, même si l'idée de pouvoir de nouveau passer du temps avec en dehors du commissariat l'enchantait, d'aller se promener en voiture, sans itinéraire, en y allant au feeling tout simplement. "C'est un rendez-vous ? ", lui demanda-t-elle, question qui le stoppa net dans son élan pour ouvrir le paquet de chips. Il releva alors le regard vers elle avant qu'un léger sourire ne s'affiche sur ses lèvres. "Et si c'était le cas, tu dirais quoi ?", lui posa-t-il comme question, à son tour, un petit air taquin sur le visage, mais en même temps, on pouvait facilement lire son sérieux aussi. Bon, au fond de lui, il espérait qu'elle dise "pourquoi pas". Mais, après tout, jusqu'à présent la jolie blonde avait été plutôt du genre imprévisible alors... Bref, il verrait bien.

"Ne te moque pas, promis ?", à cette demande, le brésilien hocha la tête, non, il ne se moquerait pas. Thiago l'écouta alors lui décrire son chien, les cours de dressage qu'ils faisaient ensemble et, pour finir son prénom. Nutella. Ce qui le fit doucement sourire. C'était mignon. "Pourquoi je me moquerais ? Le Nutella c'est la vie.", lui annonça-t-il amusé. Et en même temps, c'était réellement son point de vue. Le Nutella était son péché mignon donc... Pourquoi ne pas le donner comme nom à une boule de poil attachante ? "Et puis franchement, t'as en face de toi un gars qui a appelé son chien comme celui dans les 101 dalmatiens donc bon...", lui avoua-t-il amusé. Mais en même temps, ça lui allait tellement bien. Et puis, il faut dire que les 101 dalmatiens avait été le premier film d'animation qu'il avait vu en anglais, et surtout compris. Après l'avoir vu plusieurs fois bien entendu... Alors quand il avait voulu adopté un chien pour lui tenir compagnie à la Nouvelle-Orléans, il avait directement en tête ce qu'il souhaitait et comment il allait l'appeler. Pongo, le dalmatien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Message
Sujet: Re: Keep calm and come again ft. Thiago    -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]
» Hey guys, keep calm ! ☮
» Keep Calm And Carry Swords
» KEEP CALM & kill zombies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-